Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 Lyon - Quatre policiers de la BAC de Lyon visés par une enquête pour faux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles


Nombre de messages : 12531
Age : 63
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Lyon - Quatre policiers de la BAC de Lyon visés par une enquête pour faux   Mer 7 Oct 2015 - 10:42

Ce mercredi matin, quatre policiers de la Brigade Anti-Criminalité (BAC) de Lyon sont convoqués pour être auditionnés dans les locaux de l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN), la police des polices.
Des mesures de garde-à-vue pourraient être ordonnées. Selon nos informations, les fonctionnaires de la BAC sont suspectés de faux et usage de faux dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Lyon.


Tout est parti d’une interpellation d’individus sur les berges du Rhône "avant l’été", sans autre précision de date. Ivres, les personnes auraient pris d’assaut la nacelle d’un engin de travaux en stationnement sur la voie publique. Mais l’interpellation tourne mal et les hommes de la BAC ont eu, semble-t-il, recours à la violence.

PV falsifiés et vidéosurveillance

Mais les procès-verbaux dressés par l’équipage de la BAC ne coïncident pas avec les déclarations des individus interpellés. Problème, les images de la vidéosurveillance de la ville infirmeraient même la version policière couchée sur PV et rendraient, du coup, illégitime l’usage de violence. Les fonctionnaires de la BAC ont-ils falsifiés des PV et menti à leur hiérarchie pour couvrir une affaire de violences en réunion ?

Les quatre fonctionnaires lyonnais visés par l’enquête seraient impliqués à des degrés divers selon une source proche du dossier. "Il faudra déterminer dans quelle mesure ils sont solidaires ou bien si l’un d’eux a pu entraîner ses collègues dans sa bêtise", commente cette même source. "Il est déjà difficile de juger des affaires où tout ce qu’on a, c’est la parole des policiers contre celle de suspects. C’est toujours la parole policière qui l’emporte. Donc, on ne peut avoir le moindre doute, il faut qu’on aille au bout de ce dossier et qu’on investigue pour éliminer tout doute", s’agace une source judiciaire.

Prudence

Problème, le faux et l’usage de faux commis par une personne dépositaire de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions sont passibles de la cour d’assises et punis, en théorie, de 15 ans de réclusion et de 225 000 euros d’amende selon les dispositions de l’article 441-4 du Code pénal.

Pour l’heure, il convient de rester prudent quant à l’issue de la procédure. D’autant plus que l’on a déjà vu, dans l’affaire de violence policière présumée sur le pont de la Guillotière à Lyon après le match de Coupe du monde 2014 entre la Corée du Sud et l’Algérie, une vidéo postée sur Youtube qui semblait accabler un policier avant que l’enquête ne mette définitivement hors de cause le fonctionnaire incriminé. Mais dans ce dossier, on ne parlait pas de faux.

Sans aller jusqu’à évoquer un nouveau coup dur pour la police lyonnaise, difficile de nier que cette affaire intervient à une époque où celle-ci vit au rythme des scandales. Depuis l’explosion de l’affaire Neyret, plusieurs dossiers se sont accumulés sur le bureau de la police des polices.

Par ailleurs, cette nouvelle affaire intervient dans un contexte où des détenus crient régulièrement à la manipulation de la procédure lors de leur passage devant la justice lyonnaise et accusent la police d’avoir fait des faux dans leur dossier. Cette procédure de faux qui vise les fonctionnaires de la BAC ne sera sans doute pas de nature à rendre l’ambiance des prétoires plus sereine.

130 fonctionnaires de police sont affectés à la BAC de Lyon. Aujourd’hui, quatre d’entre eux sont suspectés dans une procédure de faux et usage de faux. Et à cette heure, ils restent présumés innocents.

Slim Mazni

http://www.lyonmag.com/forum/topic/75853/quatre-policiers-de-la-bac-de-lyon-vises-par-une-enquete-pour-faux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles


Nombre de messages : 12531
Age : 63
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Lyon : trois gardes à vue levées, une maintenue pour les policiers de la BAC   Mer 7 Oct 2015 - 23:12

Sur les quatre fonctionnaires de police de la BAC de Lyon qui sont soupçonnés d’avoir falsifié une procédure, un seul devrait finalement passer la nuit dans les locaux de la police des polices au sein du commissariat de Villeurbanne. Sa garde-à-vue sera en effet prolongée demain, jeudi, afin de conduire de nouvelles auditions, notamment sur des faits de violence sans ITT.

Quatre policiers de la BAC de Lyon étaient entendus depuis ce mercredi matin par l’IGPN, la police des polices, dans une affaire de faux et d’usage de faux, révélée par LyonMag.

Le 15 mai dernier, les fonctionnaires sont intervenus de nuit, entre 22h et 23h, sur les quais du Rhône en contrôlant des individus qui manipulaient la nacelle d’un engin de chantier.

La situation dégénère alors et les policiers accusent l’un des individus d’avoir usé de violence à leur encontre. Cette personne a été condamnée en comparution immédiate à une peine d’emprisonnement avec sursis. Décision qui a été frappée d’appel.

Problème, les images de vidéosurveillance paraissent infirmer la version policière et semblent démontrer que la violence a été exercée au contraire par les policiers. Une plainte est déposée et les procès-verbaux des fonctionnaires de police deviennent du coup suspects et semblent avoir été bâtis pour couvrir les agissements des fonctionnaires de police.

Durant les 10 heures de garde à vue, les auditions ont révélé des inexactitudes sur les PV selon une source proche du dossier. Mais elles n'ont pas permis d’établir avec exactitude une qualification pénale pour faux et usage de faux.

Dans l’attente d’une analyse complète des pièces du dossier, le parquet semble s’acheminer vers un classement sans suite de l’enquête préliminaire ouverte pour faux et usage de faux, nous souffle une source judiciaire.


http://www.mlyon.fr/138501-lyon-trois-gardes-a-vue-levees-une-maintenue-pour-les-policiers-de-la-bac.html

http://www.leprogres.fr/lyon/2015/10/07/quatre-policiers-suspectes-de-faux-en-garde-a-vue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles


Nombre de messages : 12531
Age : 63
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Policiers de Lyon: le quatrième relâché   Jeu 8 Oct 2015 - 22:46

Le dernier des quatre policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) de Lyon placés en garde à vue mercredi dans une affaire de faux présumés a été relâché aujourd'hui, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Il a été convoqué devant le tribunal en mars prochain pour des faits de violences, les poursuites pour faux et usage de faux ayant été abandonnées. Ses trois collègues avaient été relâchés dès mercredi soir.

Ce policier qui reste mis en cause a quitté définitivement ses fonctions à la BAC, a-t-on précisé de même source.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/08/97001-20151008FILWWW00311-policiers-de-lyon-le-quatrieme-relache.php


http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/rhone/villeurbanne-trois-des-4-policiers-suspectes-de-faux-en-ecriture-remis-en-liberte-825171.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles


Nombre de messages : 12531
Age : 63
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Lyon : Le policier poursuivi pour violences est écarté de la BAC   Ven 9 Oct 2015 - 17:38

Le fonctionnaire de police placé en garde à vue pendant 48 heures pour une intervention musclée à Lyon a été relaché.Il sera poursuivi pour violences en mars prochain.Il va être écarté de la Brigade anti-criminalité d'ici à son procés.Son avocat évoque une affaire montée en épingle.

Cet agent de la Brigade anti- criminalité , âgé de 37 ans, avait participé il y quelques jours encore à la course-poursuite sur l'A 7 qui avait conduit à l'arrestation de dangereux malfaiteurs du côté de la Mulatière à Lyon et il avait été blessé .Et c'est donc portant une minerve qu'il s'est présenté mercredi matin dans les locaux de l'Inspection générale des services pour répondre de violences dans une autre opération, remontant cette fois au mois de Mai.

Entendu avec 3 autres de ses collègues, pour "faux en écriture" , sa garde à vue avait été prolongée jusqu'à son terme.I l a été relâché hier soir après 48 heures d'interrogatoire. Si les poursuites ont été abandonnées pour ses collègues, lui devra répondre de violences devant le tribunal.

Maître Bohé, son avocat, ne comprend pas le procès qui lui est fait , pas plus que la publicité donnée à cette affaire , relativement mineure au regard des charges qui pèsent sur le policier . Des accusations formulées par ailleurs par une victime alcoolisée au moment des faits. Il estime que cette plainte a été "montée en épingle ,voire orchestrée" pour fragiliser l'appareil policier. "Un syndrôme lyonnais" pour lequel il n'a pas encore d'explications mais qui l'interpelle.

La comparution de son client est prévue en mars 2016. Il sera d'ici là écarté des interventions de la BAC sur la voie publique.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/lyon-le-policier-poursuivi-pour-violences-est-ecarte-de-la-bac-826259.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lyon - Quatre policiers de la BAC de Lyon visés par une enquête pour faux   Aujourd'hui à 9:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Lyon - Quatre policiers de la BAC de Lyon visés par une enquête pour faux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Gendarmes Et Citoyens : le Forum PRINCIPAL :: Les forces de l'ordre victimes de leur devoir ou les risques du métier-
Sauter vers: