Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 Briey - Il percute un policier et part en boîte de nuit : un an ferme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles


Nombre de messages : 12531
Age : 63
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Briey - Il percute un policier et part en boîte de nuit : un an ferme   Ven 2 Oct 2015 - 14:47

Un chauffard a écopé jeudi de deux ans de prison dont un ferme. Il avait renversé un policier après un accident sur la RN52, avant de partir faire la fête.

Les audiences de comparution immédiate débutent à 14h30 le jeudi à Briey. Petit couac hier : sur la convocation des diverses parties, il est indiqué 16h30. Du coup, l’avocate nancéienne d’un des policiers n’est pas là. Les magistrats font la grimace. Apparemment, le logiciel informatique s’est trompé dans les horaires et personne n’a pris le soin de vérifier.

Placé sous contrôle judiciaire, le prévenu revient donc deux heures plus tard à la barre. Il a certainement eu le loisir de se remémorer, à nouveau, les faits pour lesquels il est poursuivi. Demi-tour temporel : dans la soirée du samedi 12 septembre, un cheval qui s’est enfui de son enclos ne survit pas au choc avec deux autos. L’accident se passe vers 22h, sur le viaduc du Piedmont à Mont-Saint-Martin ( RL du 14/09). Fatigué d’attendre dans le bouchon, Jérémy Nospel embraye la première et passe entre les plots de délimitation. Un policier remarque la scène et tente d’intercepter le véhicule. Accompagné de sa petite amie et d’une copine, Jérémy accélère. L’agent manque de se faire écraser. Il est néanmoins percuté quand il casse la vitre passager avec sa lampe torche. Résultat : 8 jours d’ITT. La voiture s’évanouit dans l’obscurité, fin de l’épisode 1.

Episode 2 : le jeune homme de 26 ans est interpellé le dimanche matin au réveil, à Beuveille. Il ne se laisse pas appréhender. Deux des quatre policiers présents sont violentés, la force publique parvient difficilement à le menotter.

A la barre, l’intéressé répond qu’il a « paniqué ». Aussi bien le samedi soir en voyant le policier lui barrer la route que le lendemain avec ses collègues venus l’arrêter. Le président Grandame ne manque pas de rappeler qu’entre ces deux événements, Jérémy est parti au Grand-Duché… faire la fête en discothèque avec ses deux copines. « Vous dites que vous avez été pris de panique mais cela n’a pas empêché le "projet boîte de nuit" de se réaliser », raille le juge. D’autant plus que le prévenu avait bu et fumé du cannabis avant et après la soirée.

« On a frôlé le carton plein »

La vice-procureure, elle, n’a pas le goût à sourire. Sur un ton ferme, Emily Bandel assène : « Vous allez attendre que quelqu’un meure sous vos roues avant de choisir entre boire ou conduire ? Si vous n’aviez pas donné un léger coup de volant pour éviter le choc avec le policier, c’était le carton plein, une véritable tuerie. Et vous vous permettez en plus de faire la 3e mi-temps au Luxembourg. » Face à l’homme qui compte déjà deux délits routiers, la magistrate requiert seize mois de détention dont quatre avec sursis mise à l’épreuve, ainsi qu’une annulation du permis. « Vous êtes en présence d’un homme normal qui n’aurait jamais dû se retrouver dans une telle affaire. Seulement, il connaît des soucis avec son travail et la chose qu’on peut lui reprocher, c’est de ne pas s’être pris en charge plus tôt », rétorque Me Thomas Kremser en défense. Et de solliciter la clémence ainsi que le maintien du permis « pour qu’il puisse continuer à travailler et ainsi indemniser les policiers ».

Le tribunal va au-delà des réquisitions du parquet en condamnant Jérémy Nospel à deux ans de prison dont un ferme. Il échappe à l’annulation (et même à la suspension) du permis mais doit 1 200 € au policier qu’il a failli tuer et 1 375 € aux quatre autres venus l’arrêter. Le président Grandame lance au prévenu : « Je fais 95 % des audiences pénales. J’ai failli prononcer le mandat de dépôt donc méfiez-vous : le canard ne passe pas deux fois indemne au même endroit… »

http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-briey/2015/10/02/il-percute-un-policier-et-part-en-boite-de-nuit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Briey - Il percute un policier et part en boîte de nuit : un an ferme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Gendarmes Et Citoyens : le Forum PRINCIPAL :: Les forces de l'ordre victimes de leur devoir ou les risques du métier-
Sauter vers: