Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 Les policiers font part de leur "malaise"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Les policiers font part de leur "malaise"   Lun 30 Mar 2015 - 18:20

Les policiers, selon une enquête officielle, aiment leur métier mais estiment à une forte majorité que les relations avec la population se sont dégradées, que le climat social est mauvais et qu'il y a un malaise dans la police. La Direction des ressources et des compétences de la police (DRCPN) a rendu public lundi un questionnaire lancé en 2014 auprès des 142.000 agents du ministère de l'Intérieur afin de connaître l'état des troupes. 45.000 y ont répondu. Un échantillon "représentatif" de 3500 fonctionnaires, du gardien de la paix au commissaire, a été défini.

Il permet "pour la première fois", selon la DRCPN, d'établir un "baromètre social" dans cette profession souvent décriée. Cette enquête officielle le confirme: à plus de 94% les fonctionnaires répondent qu'il y a bien un malaise dans la police. Pareil pour le "climat social": il leur paraît "mauvais" ou "très mauvais" à près de 82%. Mais ces résultats, selon la DRCPN, sont "à nuancer": si "l'environnement est difficile", plus de 67% des policiers disent être "satisfaits" de leur métier et 74% persuadés de son "utilité dans la société".

"Sur les douze derniers mois" avant le questionnaire, effectué de mai à juin 2014, 64% jugent que les relations police/population se sont dégradées confirmant le fossé grandissant depuis plusieurs années. C'était avant les attentats du 11 janvier, a observé la DRCPN, où la cote de la police a connu une embellie jamais vue et où les réponses auraient "peut-être été différentes".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/30/97001-20150330FILWWW00257-les-policiers-font-part-de-leur-malaise.php


http://www.larep.fr/france-monde/actualites/a-la-une/national/2015/03/30/les-policiers-aiment-leur-metier-mais-font-massivement-part-de-leur-malaise_11385160.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Le blues du policeman.   Mar 31 Mar 2015 - 19:15

Source : L' express

Commençons par un aveu: j’ai cédé non pas à la facilité, mais à l’envie de mettre un joli titre pour une réalité qui l’est infiniment moins. Car la police est sans aucun doute l’un des corps de métiers, avec les professions de santé et les enseignants, les plus touchés par le burn out. Plus de 10% d’entre eux se disent en effet « au bout du rouleau », d’après une étude citée par mon confrère Eric Pelletier dans un papier très complet paru sur lexpress.fr

Cette semaine, c’est une autre enquête révélée par l’AFP qui donne la mesure du problème: 45 000 fonctionnaires (gardiens de la paix, commissaires, CRS…) ont été interrogés. A 94% (!), ils évoquent « un malaise » dans la police, ainsi qu’un climat social « mauvais » et même « »très mauvais » pour 82% des personnes interrogées. Conséquence: une motivation en baisse pour 62%, et un niveau de stress, de fatigue et d’irritabilité situé entre 6,1 et 7,1 sur une échelle de 10.

Les causes d’un burn out ont été identifiées depuis longtemps. Surcharge de travail, directives inapplicables, horaires décalés, absence de reconnaissance de la hiérarchie, pressions en tous genres… Impossible de les citer tous, d’autant que ces facteurs déclenchants (ou aggravants) ne sont sans doute pas spécifiques à la police. Mais que penser en revanche, du manque de soutien entre collègues? Ou, pour dire les chose autrement, du sentiment de solitude qui semble habiter la plupart de ces fonctionnaires, un sentiment qui, tous les spécialistes en conviennent, constitue un élément important dans la survenue du stress?

Un indice parmi d’autres: le taux de syndicalisation dans la police (70%) est l’un des, voire le plus élevé de toute la France. Or, 78% des policiers font « rarement ou jamais » appel aux syndicats justement. Corporatisme excessif? Dé-coïncidence entre la base et le sommet? Manque de représentativité? Cherchez l’erreur.

http://blogs.lexpress.fr/le-boulot-recto-verso/2015/03/31/le-blues-du-policeman/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les policiers font part de leur "malaise"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Gendarmes Et Citoyens : le Forum PRINCIPAL :: Les forces de l'ordre victimes de leur devoir ou les risques du métier-
Sauter vers: