Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 L’interminable plan Vigipirate épuise les forces de l’ordre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: L’interminable plan Vigipirate épuise les forces de l’ordre.   Lun 2 Mar 2015 - 18:35

Source : La Croix.

Le niveau alerte attentat du plan Vigipirate, déclenché le 7 janvier 2015, n’avait jamais été maintenu aussi longtemps.

Faute de pouvoir prendre les jours de repos nécessaires, policiers et militaires avouent accuser le coup physiquement.

Jean porte fièrement l’uniforme. Ce CRS d’une quarantaine d’années fait partie des troupes envoyées en renfort à Paris pour protéger les bâtiments sensibles (lieux de culte, médias, écoles juives…) dans le cadre de Vigipirate.

« Là, physiquement, j’atteins un peu mes limites », reconnaît ce gradé rattaché habituellement à la caserne de Saint-Omer (Nord). Alternant les factions devant les ambassades et les synagogues, il accuse le coup à force de voir ses périodes de repos reportées.

« Début février, j’ai fait dix heures de faction quasiment d’affilée », témoigne-t-il. À la clé : une journée off après neuf jours de vacation. « J’ai hésité à rejoindre la famille. Finalement je suis resté à la caserne et j’ai dormi ! »

Son collègue Vincent est davantage d’attaque. Après trois semaines quasiment non-stop, il est tout juste de retour à Paris après quatre jours passés en famille, à Metz (Moselle). « Pour être honnête, ça ne s’est pas très bien passé », maugrée l’intéressé, posté devant une entreprise de presse. Ma femme et mes mômes m’ont reproché de ne faire que dormir ! » Il lui semble évident que le niveau de vigilance actuel ne pourra pas durer très longtemps. « On ne va pas pouvoir tenir à ce niveau-là », assure-t-il.

« CHACUN A PEUR, À FORCE DE STRESS ET DE FATIGUE, DE LA BALLE PERDUE »

Sur le long terme, Vigipirate s’est pourtant bien installé dans le paysage français. « À chaque nouvel attentat, on l’élève d’un cran, et aucun gouvernement ne se risque ensuite à revenir en arrière de peur, en cas d’attentat, qu’on le lui reproche », constate Jean-Hugues Matelly, à la tête de GendXXI, la toute nouvelle association professionnelle de défense des gendarmes, eux aussi largement mis à contribution depuis le 7 janvier.

Il craint pourtant que cette banalisation n’augmente les risques de bavure. « Mobilisés au long cours, les militaires s’épuisent. Chacun a peur, à force de stress et de fatigue, de la balle perdue. »

Jean-Hugues Matelly met en cause la baisse constante des effectifs. « Il faut à nouveau recruter. Et vite, car ceux qui le sont aujourd’hui ne seront opérationnels que dans six mois ! » À l’Unsa-Police, on plaide surtout pour le transfert d’une partie des activités de surveillance vers les officines privées.

« Il s’agit certes au départ d’une activité régalienne mais, vu le contexte, il faut déléguer », estime Christophe Crépin, délégué à l’Unsa. Une perspective qui continue, toutefois, de diviser la profession.


MILITAIRES ET POLICIERS SUR LE TERRAIN RÉCLAMENT UN REDÉPLOIEMENT DES TROUPES

Dans l’immédiat, militaires et policiers sur le terrain réclament surtout un redéploiement des troupes. Leur principale doléance : la fin ou, au moins, la diminution des patrouilles statiques. « Rester debout des heures entières devant un bâtiment avec nos deux gilets pare-balle, notre fusil 5.56, notre casque… c’est épuisant à la longue », soupire Jean, qui évalue le poids de son équipement à 13 kg. « On pourrait continuer à être présents 24 heures sur 24 dans les quartiers sensibles ou autour des lieux à protéger tout en faisant des rondes mobiles, en restant à bord de nos fourgons. »

Cette « surveillance dynamique », comme disent les autorités, devait être systématisée mi-février, mais les agressions de trois militaires à Nice et les attentats de Copenhague l’ont reportée. Jusqu’à quand ? « Les choses pourraient évoluer début mars nous dit-on ! », espère un gradé.

Une directive européenne de 2003 qui encadre strictement les cadences de travail des militaires (1) pourrait jouer en leur faveur. « Ils doivent selon ce texte bénéficier chaque jour de onze heures de repos d’affilée et, chaque semaine, d’au moins une journée sans astreinte, précise Jean-Hugues Matelly. Avec Vigipirate, ces règles sont bafouées. »

La directive prévoit toutefois une série d’exceptions, notamment en cas de guerre, d’état de siège ou d’état d’urgence. Reste à savoir si tel est le cas aujourd’hui.


Marie Boëton
(1) En cas d’entorse au droit européen, la Cour de justice de l’Union européenne peut être saisie.

http://www.la-croix.com/Actualite/France/L-interminable-plan-Vigipirate-epuise-les-forces-de-l-ordre-2015-03-02-1286457
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikosaliagas
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 446
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: L’interminable plan Vigipirate épuise les forces de l’ordre.   Mar 3 Mar 2015 - 14:50

De tout manière nous ne sommes plus assez nombreux. Nos matériels s'épuisent également. Et cela le démontre plus que largement !
Qu'attendent nos énarques ?
La fracture de fatigue plane !
La sonnette d'alarme ne semble pas être entendue !
Et en attendant qui paye la facture ?
Toujours les mêmes !
Courage à eux quand même.
Ils assurent nos soldats ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Le gouvernement prolonge les niveaux d'alerte actuels pour plusieurs mois.   Mer 4 Mar 2015 - 13:43

Les niveaux actuels du plan Vigipirate, "alerte attentats" pour l'Ile-de-France et les Alpes-Maritimes et "vigilance renforcée" pour le reste de la France, sont déjà prolongés jusqu'au 10 avril au moins et le seront pour "plusieurs mois", a-t-on appris aujourd'hui de source gouvernementale.

Ces niveaux d'alerte relevés après les attentats de janvier, qui sont en théorie prolongés chaque semaine, ont d'ores et déjà été prolongés jusqu'au 10 avril et vont l'être pendant "très longtemps", c'est à dire "plusieurs mois".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/04/97001-20150304FILWWW00141-vigipirate-le-gouvernement-prolonge-les-niveaux-d-alerte-actuels-pour-plusieurs-mois.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Plan Vigipirate: «Les hommes sont fatigués nerveusement et physiquement».   Mer 4 Mar 2015 - 21:09


Les heures supplémentaires s'accumulent

«La police n’est pas organisée pour rester en Vigipirate sur le long terme. Nos collègues sont fatigués», développe Philippe Capon, secrétaire général Unsa Police. «S’ajoute à la fatigue une lassitude face aux missions "pots de fleurs", 24h/24h, jour et nuit, et peu valorisantes pour les hommes.»
Depuis quelques semaines, les périodes de repos se font plus rares. «Le niveau alerte attentats impose que les chefs de service privilégient la nécessité du service aux congés. Il y a une restriction de ce côté-là», précise Frédéric Lagache. Autre sujet délicat, les heures supplémentaires. «Les policiers font des heures supplémentaires et ne peuvent pas les récupérer. On en était déjà à 19 millions d'heures en attente en décembre 2014 et on devrait atteindre les 20 millions à la fin de l’année 2015», explique Philippe Capon.

«Eviter le drame»

Les deux syndicats soulignent le manque d’effectifs. «Pourquoi ne pas déléguer certaines missions de garde statique à des officines privées?», demande Frédéric Lagache, prenant pour exemple les missions de filtrage dans les aéroports. «Cela permettrait de recentrer les policiers vers le cœur de notre métier.» Ce transfert d’une activité régalienne divise toutefois la profession.

Pour le moment, seuls les militaires sont également sur le pont. Outre les gendarmes, 10.500 soldats ont été déployés depuis janvier pour protéger les 830 «sites sensibles» en France. Mais, là aussi, la fatigue se fait sentir. «Nos effectifs ne nous permettent pas sérieusement de tenir le rythme actuel de déploiement sur plusieurs mois», affirme Jean-Hugues Matelly, président de l'association professionnelle GendXXI, qui demande davantage de recrutements.

«Les permissions et repos sont reportés, les stocks s’accumulent. Les hommes sont fatigués nerveusement et physiquement. Face à cette situation complexe, il faut veiller aux temps de récupération si l’on veut éviter le drame.»

http://www.20minutes.fr/societe/1555051-20150304-plan-vigipirate-hommes-fatigues-nerveusement-physiquement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Plan Vigipirate : la grande fatigue des forces de l'ordre.   Jeu 5 Mar 2015 - 11:51

Le plan Vigipirate n'a jamais été mis en place aussi longtemps. Les effectifs, mobilisés depuis deux mois, sont au bord de l'épuisement.

Le plan Vigipirate va être prolongé plusieurs mois à son niveau d'alerte actuel, soit au niveau "alerte attentat" en Ile-de-France et dans les Alpes-Maritimes, et "vigilance renforcée" pour le reste du territoire, a annoncé le gouvernement, mercredi. Mis en place depuis deux mois, le dispositif censé assurer la protection des citoyens repose sur la mobilisation quotidienne de milliers de soldats, policiers et gendarmes. Mais combien de temps ces hommes vont-ils encore pouvoir tenir à ce rythme ?

Des risques liés au surmenage. Pour le lieutenant-colonel Jean-Hugues Matelly, qui préside la nouvelle association professionnelle des gendarmes GendXXI, il est impossible de poursuivre dans ces conditions : "Les hommes sont fatigués et cette fatigue s'accumule. Ce n'est pas tenable car tous nos effectifs sont limités", explique-t-il à Europe 1. D'autant plus qu'avec l'usure physique et nerveuse, "le risque, c'est tout simplement le manque de vigilance qui fait que nous ne sommes pas réactifs face à une menace avérée et donc que nous ne sommes pas en mesure de l'arrêter", prévient-il.

"Le moindre loupé peut être dramatique". Pour le militaire, "c'est aussi le risque de l'accident, que quelqu'un finalement se trompe dans ses manœuvres de sécurité avec son armement. Et c'est un risque qui existe. S'il y a un accident ou un coup de fatigue, le moindre loupé peut être dramatique pour nos citoyens", met en garde Jean-Hugues Matelly.

Un dispositif qui n'est pas prévu pour durer. Il faut dire que c'est la première fois en France qu'un tel déploiement est maintenu sur une aussi longue période. En théorie, le niveau "alerte attentat" est un dispositif ponctuel, de courte durée, qui ne se prolonge pas sur le long terme.

Or, le plan Vigipirate repose actuellement sur la présence d'une grande partie des forces mobiles disponibles en France. C'est une mobilisation sans précédent. Tous les jours, ce sont ainsi 4.700 policiers et gendarmes, accompagnés de 10.500 soldats de l'armée, qui sont déployés sur le territoire, notamment pour protéger les 830 "sites sensibles" en France, dont 310, principalement juifs, en Ile-de-France.

Des pistes pour réduire l'usure. Pour prendre en compte le facteur humain et préserver les forces des hommes, certains comme le lieutenant-colonel Matelly proposent donc de recruter et de former au plus vite des militaires, afin de grossir les rangs des effectifs. De leur côté, les syndicats de police suggèrent plutôt d'externaliser certaines missions en confiant, par exemple, la surveillance de certains sites à des agents de sécurité privée.

Enfin, une dernière piste, qui sera sans doute validée, a été évoquée pour permettre de pérenniser le plan Vigipirate. Il s'agirait d'adapter le déploiement en fonction des lieux à protéger. En accord avec les responsables religieux, certains lieux confessionnels pourraient ainsi être surveillés par de simples rondes lorsqu'ils sont vides plutôt que d'être veillés en permanence par des militaires.

http://www.europe1.fr/faits-divers/vigipirate-la-grande-fatigue-des-forces-de-l-ordre-2390693


http://www.france24.com/en/20150305-tired-soldiers-could-mean-france-unable-stop-terror-attack-vigipirate-charlie-hebdo/

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/plan-vigipirate-les-gendarmes-et-policiers-a-bout_841025.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Vigipirate prolongé : gare à la fatigue des militaires.   Jeu 5 Mar 2015 - 19:50

MYTF1NEWS

Au lendemain de l'annonce par le ministre de l'Intérieur de la prolongation "de plusieurs mois" du plan Vigipirate tel qu'il est depuis les attentats de janvier, l'association des gendarmes d'active GendXXI met en garde contre les risques de fatigue des militaires déployés depuis deux mois et insiste sur la nécessité de recruter des forces supplémentaires.

Cela fait maintenant deux mois que le plan Vigipirate a été renforcé. Depuis les attentats contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, ce sont ainsi quelque 10.500 militaires qui sont mobilisés pour protéger 830 "sites sensibles" en France dont 310, principalement juifs, en Ile-de-France. Des effectifs de l'armée de Terre qui viennent s'ajouter aux 4.700 policiers et gendarmes déjà mobilisés au quotidien dans le cadre de ce dispositif. Pb : la situation de France fait que cela va durer "encore plusieurs mois" a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Une mobilisation sans précédent qui menace toutefois d'épuiser les effectifs soumis à rude épreuve, met en garde Jean-Hugues Matelly, président de l'association des gendarmes d'active GendXXI. "Pour l'instant tout va bien mais dans la mesure où le plan Vigipirate va durer, il est nécessaire de recruter tant dans la gendarmerie que dans l'armée de terre pour permettre aux effectifs engagés de tourner (...) sinon nous aurons des personnels trop fatigués et qui ne seront donc plus efficace sur le plan de la qualité", explique ce gendarme sur LCI. En clair, le risque, c'est la bavure. "Nous avons des militaires qui sont postés au milieu de citoyens avec des armes de guerre, explique le président de GendXXI. Ils doivent pouvoir réagir de manière instantanée et pertinente, ce qui est difficile quand on est fatigué moralement et nerveusement". Jean-Hugues Matelly insiste sur le fait qu'il faut lancer le recrutement dès maintenant pour avoir le temps de former de nouvelles recrues capables d'assurer la relève à compter de cet été.

http://lci.tf1.fr/vigipirate-prolonge-gare-a-la-fatigue-des-militaires-8574817.html


http://www.francebleu.fr/faits-divers/militaire/plan-vigipirate-prolonge-les-forces-de-police-vont-elles-tenir-2194255
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Conseil de Défense   Mer 11 Mar 2015 - 15:40

Le Président de la République a réuni un Conseil de Défense pour faire le point des opérations militaires et des moyens de l’Etat mobilisés pour assurer la sécurité de nos concitoyens en France comme à l’étranger.

La menace d’attaque terroriste contre notre pays demeurant élevée, le chef de l’Etat a décidé de maintenir l’engagement des armées sur le territoire national à hauteur de 10 000 militaires en soutien des forces de sécurité du ministère de l’Intérieur. 7 000 d’entre eux sont déployés dans la durée, principalement pour la surveillance et la protection de sites à caractère confessionnel particulièrement menacés.

Le chef de l’Etat a demandé de prendre les mesures nécessaires pour adapter l’organisation des armées à cette évolution de leur mission et leur permettre d’apporter une protection adaptée à l’évolution des menaces et aux besoins de protection des Français.

Il a demandé d’en tirer toutes les conséquences en termes d’adaptation des effectifs du ministère de la Défense, au-delà des 7 500 postes dont il avait déjà décidé le maintien le 21 janvier dernier. Ce travail sera réalisé dans le cadre de l’actualisation de la loi de programmation militaire.

http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/conseil-de-defense-5/

http://www.leparisien.fr/charlie-hebdo/vigipirate-hollande-maintient-la-mobilisation-de-10-000-militaires-11-03-2015-4594445.php



Vigipirate : « On est au taquet et au-delà »

""""Le ministère de l’Intérieur indique que ses policiers et ses gendarmes sont à bout de souffle, avec une charge d’heures supplémentaires devenue insupportable.""""

http://www.valeursactuelles.com/politique/vigipirate-on-est-au-taquet-et-au-dela-51266
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Vigipirate : des CRS en colère reçus au ministère de l'Intérieur .   Lun 30 Mar 2015 - 15:50

Source : France Info

Depuis les attentats à Charlie Hebdo, gendarmes, policiers et CRS sont en alerte maximale. Ces derniers ont d'ailleurs eu rendez-vous avec le ministre de l'Intérieur pour discuter des cadences infernales imposées par le plan Vigipirate.

Les policiers ont assez tôt exprimé leurs craintes alors que le plan Vigipirate reste au niveau maximum. Policiers, gendarmes mobiles et soldats sont toujours en patrouille pour surveiller les sites sensibles. Aujourd'hui, près de 4.700 policiers et gendarmes surveillent plus de 700 écoles et lieux de culte juifs en France. Ce sont ainsi des moyens quotidiens importants qui sont mis en œuvre pour organiser et assurer la continuité de cette sécurité.

Les CRS sont, de leur point de vue, arrivés au maximum en termes de contraintes horaires, ce qui pose des problèmes par rapport à leurs familles. Le ministère de l'Intérieur qui a senti poindre cette colère les a donc reçus en urgence place Beauvau parce qu'ils menacent de passer à l'action, juste avant leurs services, pour tirer le signal d'alarme.

Nicolas Comte, secrétaire général adjoint et porte-parole d'Unité SGP Police – FO, ne se sait pas combien de temps le plan Vigipirate renforcé va durer. Il estime que "c'est le gouvernement qui fixera la durée en fonction de la menace. Mais c'est compliqué pour mes collègues qui assurent cette surveillance. C'est compliqué parce que c'est une mission fatigante et que cela implique de nombreux jours de déplacement."

En ce qui concerne la durée du plan Vigipirate, Nicolas Comte estime "c'est difficile à évaluer" mais "si c'est dans les conditions actuelles, cela ne pourra pas durer éternellement". Il souhaite donc que soient trouvées des solutions en termes d'emploi et de repos. "La revalorisation en terme de pouvoir d'achat a un aspect psychologique. Et ce que l'on est allé dire place Beauvau, c'est qu'il faut trouver un moyen de les faire souffler."

http://www.franceinfo.fr/actu/societe/article/plan-vigipirate-les-crs-recus-au-ministere-de-l-interieur-662233
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’interminable plan Vigipirate épuise les forces de l’ordre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L’interminable plan Vigipirate épuise les forces de l’ordre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Gendarmes Et Citoyens : le Forum PRINCIPAL :: Espace dédié aux discussions autour de GendXXI-
Sauter vers: