Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 Protection des pompiers, policiers et gendarmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GMG
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 1382
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Protection des pompiers, policiers et gendarmes    Mar 8 Mar 2011 - 20:34

Par Christian Vanneste le 5 mar 2011 dans Questions écrites au Gouvernement

M. Christian Vanneste interroge M. le ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration sur l’étude 2010 de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, publiée le mardi 23 novembre 2010, qui révèle que les représentants des services publics sont particulièrement exposés aux violences et incivilités. Il souhaiterait connaître son avis sur cette étude et savoir quelle action compte prendre le Gouvernement afin de protéger les représentants de l’État.

Réponse du Gouvernement :
En 2010, 19 policiers et gendarmes ont trouvé la mort et près de 13 000 ont été blessés dans l’exercice de leurs missions. Récemment encore, des « voyous » ont saisi l’occasion des manifestations contre la réforme des retraites pour agresser 72 policiers et gendarmes entre le 12 et le 21 octobre 2010, tandis qu’au mois de décembre, des malfaiteurs n’hésitaient pas à ouvrir le feu sur des policiers, après le violent « braquage » d’une agence bancaire d’Aulnay-sous-Bois. Ces actes de violence, de même que les menaces ou les injures, sont particulièrement inadmissibles et sont des atteintes à la République elle-même. Le Président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration réaffirment régulièrement leur soutien, leur confiance et leur reconnaissance aux policiers et aux gendarmes, qui assurent chaque jour la garantie du respect de la loi et de l’ordre républicains et la protection de nos concitoyens, dans des situations fréquemment difficiles et dangereuses et en témoignant d’un discernement et d’un sang-froid exemplaires. Leur sécurité constitue une priorité absolue pour le ministre de l’intérieur et plusieurs mesures ont été prises pour lutter contre ce type d’infractions, tandis qu’un accompagnement social et psychologique est garanti aux policiers par le service de soutien psychologique opérationnel. L’arsenal juridique de protection des policiers a également été renforcé par l’extension de la protection juridique aux conjoints, enfants et descendants, tandis que la loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance et la loi « anti-bandes » du 2 mars 2010 ont créé de nouvelles infractions et circonstances aggravantes et renforcé les peines (violences volontaires avec arme commises en bande organisée ou avec guet-apens, embuscade, participation à un groupement violent, etc.). Par ailleurs, à la suite des graves incidents survenus à Grenoble au mois de juillet et à la demande du Président de la République, le ministre de l’intérieur a proposé, dans le cadre du projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, de renforcer la répression des agressions envers les représentants de la force publique. La multiplication des actes de violence à l’encontre des forces de l’ordre a également conduit à les équiper de moyens de force intermédiaire (lanceurs de balles de défense, etc.) leur permettant de se protéger et de riposter de manière à la fois efficace et proportionnée. Les équipements individuels de protection ont été améliorés (gilets pare-balles, pistolets Sig Sauer, boucliers balistiques souples, casques et lunettes de protection, etc.) et 34 MEUR ont ainsi été consacré, en 2010 à l’achat d’équipements de protection.
Question publiée au JO le : 30/11/2010 page : 13135
Réponse publiée au JO le : 01/03/2011 page : 2033

http://www.christianvanneste.fr/2011/03/05/protection-des-pompiers-policiers-et-gendarmes-qe/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles


Nombre de messages : 12531
Age : 63
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Sécurité : le vent de Grenoble mollit   Mer 9 Mar 2011 - 12:06

Il s’agissait d’un message symbolique adressé aux forces de l’ordre : celui qui s’en prend à vous, n’est pas digne d’être français. C’était, l’on s’en souvient, l’un des points phares du fameux discours de Grenoble, fin juillet 2010, après les scènes de violences survenues dans la ville, au cours desquelles les fonctionnaires de police avaient essuyé des tirs à balles réelles. «La nationalité française se mérite. Il faut pouvoir s’en montrer digne. Quand on tire sur un agent chargé des forces de l’ordre, on n’est plus digne d’être Français », avait dit Nicolas Sarkozy, avant de s’en prendre aux Roms.
Il s’agissait de déchoir de leur nationalité les Français depuis moins de dix ans qui se seraient rendus coupables d’un crime à l’encontre d’une personne dépositaire de l’autorité publique. Un rendez-vous pour dans 30 ans, puisque dans le même discours, il était également question de l’instauration d’une peine incompressible de 30 ans « pour les assassins de policiers ou de gendarmes ».
Un discours qui a fait le lit de Marine Le Pen.
« Je prends mes responsabilités », avait-il martelé. A priori, les députés de sa majorité aussi, puisqu’il semble bien que cette loi vienne d’être rangée aux oubliettes.
Pour celui qui se veut le « parrain » des policiers, c’est un échec. Non pas que ceux-ci aient été fous friands de cette vengeance de l’au-delà, mais lorsque l’on joue avec les grands principes, il faut s’y accrocher. Et quelque part, ils sentent bien que le vent politique est en train de changer. Les promesses ont fait long feu. Il est d’ailleurs de plus en plus vraisemblable que les élections de l’année prochaine ne se joueront pas sur la peur de son voisin, mais plutôt sur la peur du chômage. Et lorsqu’il s’agit d’économie, il est plus difficile de dire n’importe quoi. Comment faire oublier, par exemple, que le gaz a augmenté de 20 % en un an et que prix du carburant à la pompe atteint des records ?
Heureusement, il n’y a pas que des mauvaises nouvelles. Ainsi, GDF Suez a dégagé un bénéfice de 4.61 milliards d’euros en 2010, tandis que la Société Générale se contentait de 3.9 petits milliards, ce qui représente quand même 6 fois son bénéfice annuel de l’année précédente. Quant à Total, c’est l’une des entreprises françaises les plus prospères, avec 10.3 milliards de bénéfices.
Des discordances qui font mal.
Ce blog n’est pas politique, mais on ne peut être qu’effaré devant la myopie de nos décideurs. On se souvient de cet entretien télévisé où le Président réglait les problèmes de quatre sous de Paul ou de Jacques, je ne sais plus, alors que de l’autre côté de la Méditerranée la révolution était en marche. C’était surréaliste. Il manquait juste le chêne. Et aujourd’hui, le débat sur les religions…

Georges Moréas

http://moreas.blog.lemonde.fr/2011/03/09/securite-le-vent-de-grenoble-mollit/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Komugi chan
Membre de l'équipe G&C
Membre de l'équipe G&C


Nombre de messages : 6162
Age : 64
Localisation : Deux Sevres
Emploi : Infirmière psy
Date d'inscription : 09/11/2007

MessageSujet: Re: Protection des pompiers, policiers et gendarmes    Mer 9 Mar 2011 - 14:28

GMG a écrit:



En 2010, 19 policiers et gendarmes ont trouvé la mort et près de 13 000 ont été blessés dans l’exercice de leurs missions.

Il est intéressant de comparer ces chiffres avec le nombre de suicides chez les gendarmes et les policiers.
Il n'existe pas de statistique sur l'année 2010, toutefois les articles suivants, relatifs aux années antérieures, permettent de s'en faire une idée :

Un cas par semaine dans la police
http://www.ladepeche.fr/article/2007/11/19/293930-Le-commissaire-de-Castres-se-suicide-au-bureau.html

"Entre 2001 et 2005, les armées ont subi 332 suicides et environ trois fois plus de tentatives". ...
"D'une armée à l'autre, les chiffres sont très variables. "Pour 100.000 personnes, Gendarmerie 27,1. Terre : 19,7. Air: 14,1. Mer 13,2. A rapprocher du ratio de la population civile d'environ 19 pour 100.000" On se suicide donc deux fois plus dans la Gendarmerie que dans la Marine."
http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2007/10/le-suicide-chez.html

=> 1 cas par semaine = 52 suicides par an chez les policiers.
X suicides chez les gendarmes, sachant que le nombre est plus important que dans les autres armées: chiffre probable : entre 40 et 60. Ce qui fait aux alentours d'une centaine pour les gendarmes + les policiers.



Revenons aux chiffres du gouvernement : 19 policiers et gendarmes ont trouvé la mort et près de 13 000 ont été blessés dans l’exercice de leurs missions.

Pour les gendarmes et policiers, mourir dans l'exercice d'une mission fait partie des risques du métier. Ils connaissent ce risque et l'acceptent.

En revanche, le risque de suicide professionnel, induit par les conditions de travail, et sans relation avec la criminalité, n'est pas du tout inscrit dans le contrat qu'ils ont signé. Ils n'en ont pas été informés au départ, et n'en sont pas informés non plus tout au long de leur carrière.

S'il est dans la logique des choses, dans le jeu du gendarme et du voleur, que le voleur tire sur le gendarme et que celui-ci se défende, en revanche il n'est pas du tout dans la logique d'une administration d'attenter à la sécurité physique et psychique de ses agents, et encore moins si la politique appliquée engendre un taux de mortalité 5 fois supérieure au taux de mortalité inhérent à l'exercice du métier.

Questions :

1. Parmi les facteurs de mortalité, lesquels sont les plus préjudiciables ? Ceux qui engendrent 19 morts ou ceux qui en engendrent cent ?

2. Les facteurs générateurs de suicides professionnels ne rentrent-ils pas dans les question de sécurité des forces de l'ordre ?

3. Vous parait-il réaliste et honnête, dans le cadre d'une politique sécuritaire quelle qu'elle soit, de concentrer cette politique sur les facteurs qui engendrent 19 morts, et de faire abstraction de ceux qui en engendrent 5 fois plus ?


GMG a écrit:

la loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance et la loi « anti-bandes » du 2 mars 2010 ont créé de nouvelles infractions et circonstances aggravantes et renforcé les peines (violences volontaires avec arme commises en bande organisée ou avec guet-apens, embuscade, participation à un groupement violent, etc.). Par ailleurs, à la suite des graves incidents survenus à Grenoble au mois de juillet et à la demande du Président de la République, le ministre de l’intérieur a proposé, dans le cadre du projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, de renforcer la répression des agressions envers les représentants de la force publique.


Comment se fait-il que les facteurs responsables des suicides professionnels n'entrent pas pas dans les nouvelles infractions et circonstances aggravantes ? Ne s'agit-il pas de violences volontaires organisées dans les cas de harcèlements ?

GMG a écrit:
La multiplication des actes de violence à l’encontre des forces de l’ordre a également conduit à les équiper de moyens de force intermédiaire (lanceurs de balles de défense, etc.) leur permettant de se protéger et de riposter de manière à la fois efficace et proportionnée. Les équipements individuels de protection ont été améliorés (gilets pare-balles, pistolets Sig Sauer, boucliers balistiques souples, casques et lunettes de protection, etc.) et 34 MEUR ont ainsi été consacré, en 2010 à l’achat d’équipements de protection.

Les gendarmes et les policiers ne bénéficent d'aucun moyen de se protéger des facteurs responsables de suicides professionnels, encore moins d'y riposter de manière efficace et proportionnée. Rolling Eyes

D'où la nécessité, dans le cadre d'une politique se préoccupant réellement de la sécurité des gardiens de la paix et forces de l'ordre :
- d'une information fiable et honnête sur le nombre des suicides réels,
- de la mise en lumière des facteurs de mortalité réels,
- de mesures prises à leur encontre, similaires à celles adoptées à l'égard des facteurs de mortalité inhérents à l'exercice du métier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Protection des pompiers, policiers et gendarmes    Aujourd'hui à 7:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Protection des pompiers, policiers et gendarmes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Gendarmes Et Citoyens : le Forum PRINCIPAL :: Les forces de l'ordre victimes de leur devoir ou les risques du métier-
Sauter vers: