Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 Des effets pervers de la grille B

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ZORGLUB
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 278
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Des effets pervers de la grille B   Dim 27 Fév 2011 - 15:08

La grille B est là : il faut faire avec. Elle fera son cortège d'heureux et de mécontents, certains gradés étant perdants sur le cours moyen terme. Elle fait l'objet de nombreux posts et c'est compréhensible.

Intéressons nous un instant sur les effets induits (et pervers) de cette nouvelle grille :

- Les compressions de poste, la fameuse RGPP, vont se poursuivre, avec pour seule alternative la fermeture de BTP, puisque les escadrons, les EDSR ont été "édulcorés" à outrance.
En effet, la nouvelle grille est mise en place avec sans nul doute des contreparties. C 'est la politique suivie y compris dans les autres administrations. On baisse le nombre des fonctionnaires, et on augmente leur traitement pour faire passer la pilule, prétextant une meilleure reconnaissance.

- La conséquence pour toute la fonction publique (nous y compris) est quasi immédiate et sans appel : une dégradation des conditions de travail.
Classes surchargées dans l'EN avec des enfants et ados de plus en plus difficiles, délinquance et dossiers divers des préfectures et autres administrations en augmentation, avec moins de personnels pour traiter, heures d'attente aux urgences des hôpitaux publics .... Je m'arrête là, mais je pourrais étoffer la liste sans peine. Et l'on pourrait ajouter bien sur la réduction des budgets de fonctionnement, obligeant à pleurer pour du papier, une réparation sur un véhicule, un coup de téléphone trop long ....

- Un pas de plus vers vers une possible fusion.
Quoique les responsables en disent, l'adoption d'une grille dont les indices de base et sommitaux sont les même que ceux de la police (sauf RULP ('Crying or Very sad')) simplifiera grandement, le moment venu, l'établissement d'une grille unique, lors nos deux belles maisons ne feront plus qu'une.

Bien sur, il serait indécent de se plaindre d'avoir une augmentation. Prenons donc. Mais gardons à l'esprit que le corollaire est un lourd tribu à payer ('Crying or Very sad'). Peut être à la prochaine grogne orienterons nous les revendications vers ce qui cloche vraiment ? Malheureusement je n'y crois pas beaucoup ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des effets pervers de la grille B   Lun 28 Fév 2011 - 13:50

ZORGLUB a écrit:

- Un pas de plus vers vers une possible fusion.
Quoique les responsables en disent, l'adoption d'une grille dont les indices de base et sommitaux sont les même que ceux de la police (sauf RULP ('Crying or Very sad')) simplifiera grandement, le moment venu, l'établissement d'une grille unique, lors nos deux belles maisons ne feront plus qu'une.


Avec un ancien DGPN à l'Intérieur, ton hypothèse n'est pas à écarter, bien évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Ex - Esclave Moderne
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 601
Localisation : OUEST
Emploi : Retraité Gie - GPM aujourd'hui
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Des effets pervers de la grille B   Lun 28 Fév 2011 - 18:54

Croyez vous vraiment que la gendarmerie a à craindre une éventuelle fusion voir sa disparition ?

Il me semble que la gendarmerie (enfin c'est ce qui se dit)est la force la plus économique et efficace actuellement, il me semble donc pessimiste de craindre sa disparition.
pensez vous que financièrement un gouvernement peut se passer d'une telle force ?

Donc, si ce que tous disent à savoir "force efficace et pas cher" (il l'auront un jour....) avec "des hommes et femmes qui ne désirent qu'une chose à savoir qu'elle perdure comme elle est", est vrai il n'y a rien à craindre.
Par contre si ce que tous disent (voir ci-dessus) est faux et que donc la gendarmerie dans sa version et organisation actuelle coûte plus cher que nos amis policiers alors ok, elle peut craindre...

Vous êtes tous en train de dire que vous êtes les meilleurs mais vous avez peur de disparaître, sachez que les politiques ne sont pas si bête que cela, il savent ce que vaut le bétail.. lolllll.

Alors ?
En ce qui concerne j'ai fait un choix qui pour l'instant me convient, tant pis pour la gendarmerie.

Bon courage à vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
archigend
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 872
Age : 45
Localisation : sud du 66
Emploi : Adj/opjiste
Date d'inscription : 20/11/2007

MessageSujet: Re: Des effets pervers de la grille B   Lun 28 Fév 2011 - 21:22

Esclave Moderne a écrit:
Croyez vous vraiment que la gendarmerie a à craindre une éventuelle fusion voir sa disparition ?

Il me semble que la gendarmerie (enfin c'est ce qui se dit)est la force la plus économique et efficace actuellement, il me semble donc pessimiste de craindre sa disparition.
pensez vous que financièrement un gouvernement peut se passer d'une telle force ?

Donc, si ce que tous disent à savoir "force efficace et pas cher" (il l'auront un jour....) avec "des hommes et femmes qui ne désirent qu'une chose à savoir qu'elle perdure comme elle est", est vrai il n'y a rien à craindre.
Par contre si ce que tous disent (voir ci-dessus) est faux et que donc la gendarmerie dans sa version et organisation actuelle coûte plus cher que nos amis policiers alors ok, elle peut craindre...

Vous êtes tous en train de dire que vous êtes les meilleurs mais vous avez peur de disparaître, sachez que les politiques ne sont pas si bête que cela, il savent ce que vaut le bétail.. lolllll.

Alors ?
En ce qui concerne j'ai fait un choix qui pour l'instant me convient, tant pis pour la gendarmerie.

Bon courage à vous

T'es fort toi de nous dire que nous sommes du bétail!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Et toi après avoir été guidé au grain et à l'abrevoir, que fais tu maintenant...vigile du maire!!!!
allez slt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZORGLUB
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 278
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: Des effets pervers de la grille B   Lun 28 Fév 2011 - 22:38

Esclave Moderne a écrit:
Croyez vous vraiment que la gendarmerie a à craindre une éventuelle fusion voir sa disparition ?

Il me semble que la gendarmerie (enfin c'est ce qui se dit)est la force la plus économique et efficace actuellement, il me semble donc pessimiste de craindre sa disparition.
pensez vous que financièrement un gouvernement peut se passer d'une telle force ?

Donc, si ce que tous disent à savoir "force efficace et pas cher" (il l'auront un jour....) avec "des hommes et femmes qui ne désirent qu'une chose à savoir qu'elle perdure comme elle est", est vrai il n'y a rien à craindre.
Par contre si ce que tous disent (voir ci-dessus) est faux et que donc la gendarmerie dans sa version et organisation actuelle coûte plus cher que nos amis policiers alors ok, elle peut craindre...

Vous êtes tous en train de dire que vous êtes les meilleurs mais vous avez peur de disparaître, sachez que les politiques ne sont pas si bête que cela, il savent ce que vaut le bétail.. lolllll.

Alors ?
En ce qui concerne j'ai fait un choix qui pour l'instant me convient, tant pis pour la gendarmerie.

Bon courage à vous

Ça oui, pour être disponibles, nous sommes disponibles !!

Par ailleurs, le modèle ne fonctionne plus sans cette sacro-sainte disponibilité que nous octroie généreusement ... le statut militaire.

Dire les gendarmes sont moins chers que les policiers .... Il ne faudrait pas oublier de prendre en compte le logement, le fameux LCNAS, qui coûte beaucoup, beaucoup d'argent.

Hypothèse de travail 1 : La gendarmerie est mise sous une telle pression qu'elle n'arrive plus à répondre
Hypothèse de travail 2 : Les gendarmes descendent à nouveau dans la rue

Résultat possible :
- Fermeture des brigades de proximité.
- Recentrage des COB sur les BTPCL
- Travail en 3*8
- Perte du LCNAS
- Sans changer fondamentalement le nombre de gendarmes.

Elle est pas belle, ma solution, là ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ex - Esclave Moderne
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 601
Localisation : OUEST
Emploi : Retraité Gie - GPM aujourd'hui
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Des effets pervers de la grille B   Mar 1 Mar 2011 - 20:47

archigend a écrit:
Esclave Moderne a écrit:
Croyez vous vraiment que la gendarmerie a à craindre une éventuelle fusion voir sa disparition ?

Il me semble que la gendarmerie (enfin c'est ce qui se dit)est la force la plus économique et efficace actuellement, il me semble donc pessimiste de craindre sa disparition.
pensez vous que financièrement un gouvernement peut se passer d'une telle force ?

Donc, si ce que tous disent à savoir "force efficace et pas cher" (il l'auront un jour....) avec "des hommes et femmes qui ne désirent qu'une chose à savoir qu'elle perdure comme elle est", est vrai il n'y a rien à craindre.
Par contre si ce que tous disent (voir ci-dessus) est faux et que donc la gendarmerie dans sa version et organisation actuelle coûte plus cher que nos amis policiers alors ok, elle peut craindre...

Vous êtes tous en train de dire que vous êtes les meilleurs mais vous avez peur de disparaître, sachez que les politiques ne sont pas si bête que cela, il savent ce que vaut le bétail.. lolllll.

Alors ?
En ce qui concerne j'ai fait un choix qui pour l'instant me convient, tant pis pour la gendarmerie.

Bon courage à vous

T'es fort toi de nous dire que nous sommes du bétail!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Et toi après avoir été guidé au grain et à l'abrevoir, que fais tu maintenant...vigile du maire!!!!
allez slt



Il ne faut pas le prendre comme cela, cher Archigend.
Je suis sur le ton de l'humour quand je parle de bétail (néanmoins beaucoup de nos supérieurs nous considèrent comme cela).

En tout cas le "vigil du maire" te salut bien, si tu pouvais voir le nombre de mes collègues qui m'envient aujourd'hui...et le nombre de jaloux... enfin ça me fait bien rire (j'ai encore quelques mois pour revenir en gendarmerie, mais même si certains aspects du métiers me manque je ne ferais surement pas marche arrière).

Allez slt.....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MISTERCAMPING
2 étoiles
2 étoiles


Nombre de messages : 416
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Re: Des effets pervers de la grille B   Sam 5 Mar 2011 - 19:19

ZORGLUB a écrit:
Esclave Moderne a écrit:
Croyez vous vraiment que la gendarmerie a à craindre une éventuelle fusion voir sa disparition ?

Il me semble que la gendarmerie (enfin c'est ce qui se dit)est la force la plus économique et efficace actuellement, il me semble donc pessimiste de craindre sa disparition.
pensez vous que financièrement un gouvernement peut se passer d'une telle force ?

Donc, si ce que tous disent à savoir "force efficace et pas cher" (il l'auront un jour....) avec "des hommes et femmes qui ne désirent qu'une chose à savoir qu'elle perdure comme elle est", est vrai il n'y a rien à craindre.
Par contre si ce que tous disent (voir ci-dessus) est faux et que donc la gendarmerie dans sa version et organisation actuelle coûte plus cher que nos amis policiers alors ok, elle peut craindre...

Vous êtes tous en train de dire que vous êtes les meilleurs mais vous avez peur de disparaître, sachez que les politiques ne sont pas si bête que cela, il savent ce que vaut le bétail.. lolllll.

Alors ?
En ce qui concerne j'ai fait un choix qui pour l'instant me convient, tant pis pour la gendarmerie.

Bon courage à vous

Ça oui, pour être disponibles, nous sommes disponibles !!

Par ailleurs, le modèle ne fonctionne plus sans cette sacro-sainte disponibilité que nous octroie généreusement ... le statut militaire.

Dire les gendarmes sont moins chers que les policiers .... Il ne faudrait pas oublier de prendre en compte le logement, le fameux LCNAS, qui coûte beaucoup, beaucoup d'argent.

Hypothèse de travail 1 : La gendarmerie est mise sous une telle pression qu'elle n'arrive plus à répondre
Hypothèse de travail 2 : Les gendarmes descendent à nouveau dans la rue

Résultat possible :
- Fermeture des brigades de proximité.
- Recentrage des COB sur les BTPCL
- Travail en 3*8
- Perte du LCNAS- Sans changer fondamentalement le nombre de gendarmes.

Elle est pas belle, ma solution, là ??

franchement j'attends que ça..... on me file 600 euros de plus par mois et leur logement ils peuvent se le mettre où je pense !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guignol
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 285
Localisation : Perdu dans la Cob
Emploi : Stastiticien
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Des effets pervers de la grille B   Sam 5 Mar 2011 - 20:07

Ça oui, pour être disponibles, nous sommes disponibles !!

Par ailleurs, le modèle ne fonctionne plus sans cette sacro-sainte disponibilité que nous octroie généreusement ... le statut militaire.

[/quote]


Est ce vraiment notre statut militaire qui nous empêche d'aller de l'avant, et de construire une organisation de service qui nous laisse un peu plus de temps libre, comme nous sommes en droit de le revendiquer ?

Perso, je ne le pense pas. Pour avoir été en poste pendant plusieurs années dans une ville abritant une grosse base aérienne, j'ai vu de très nombreux militaires de cette base, avoir des semaines de boulot ressemblant à s'y méprendre, à celle d'un civil employé lamda ! Ces gars de l'armée de l'air n'ont il pas le statu de militaire ?

Qu'est ce qui nous empêche aujourd'hui de nous construire une vie meilleure ? La frilosité de nos chefs, à tous les étages !!

Faites un sondage, combien de commandant d'unité appliquent à la lettre la 100 000 et la 42000 sur l'octroi des QL ? En tout cas chez moi, après plusieurs mois de mise en application de ces circulaires, on attend toujours .... leur application !



Je crois que plus qu'un nouveau statut, c'est un nouveau mode de fonctionnement qu'il faut inventer. A l'instar de l'ordonnance de 1945 sur les mineurs, les temps ont bien changer pour le gendarme brigadier notamment, alors que notre mode de fonctionnement n'a quasi pas évolué depuis plus de trente ans. Et tout ceci en dépit de l'évolution fulgurante de la société dans son ensemble, de son fonctionnement, de ses demandes, etc... Et pourtant, la technologie nous a apporter des moyens non négligeable.

Qui se souviens encore qu'en 2001, les deux portables ont été mis en place pour pouvoir joindre les militaires astreinte sous délai. Aujourd'hui, ils servent au commandant d'unité, au gradé ou à l'OPJ de permanence, voir pour les premiers à marcher. Quand aux astreintes sous délais, (pardon, je devrais dire COI ou je ne sais trop quoi), les commandant d'unité ont bien du mal à les lâcher. Penser donc, ces messieurs sont bien mieux entourés de toute une cour de militaires, l'arme au pied, près à bondir sur l'instant, en cas d'improbable évènement d'ampleur.

Aller, j'arrête, je suis en train de m'énerver ! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des effets pervers de la grille B   Lun 7 Mar 2011 - 15:56

Claude Guéant va-t-il matraquer la gendarmerie?
(source Marianne2.fr)
Citation :

Le secrétaire général de l’Elysée vient d’arriver au ministère de l’Intérieur. Ex-patron de la police, ex-bras droit de Pasqua, il pourrait être l’homme de la reprise en main des forces de sécurité et surtout de la gendarmerie.

On a eu des médecins au ministère de la Santé, on aura un chef de police au ministère de l’Intérieur. Claude Guéant a quitté le secrétariat général de l’Elysée pour la place Beauvau, Brice Hortefeux étant donné partant pour un poste de conseiller auprès de Nicolas Sarkozy. Ce sera donc l'ex-éminence grise de Nicolas Sarkozy qui devra mettre en œuvre la politique de sécurité et d’immigration, credo de campagne pour 2012 mais aussi le point noir du bilan du chef de l’Etat. Il lui fallait un homme de confiance pour verrouiller un ministère clé. Mais le parcours professionnel de l'ex-secrétaire général était également intéressant pour Nicolas Sarkozy.

Claude Guéant, préfet, a toujours été au cœur des réseaux policiers. De 1994 à 1998, il a été directeur général de police nationale et a dû gérer la vague d’attentats de 1995. Nommé à ce poste par Charles Pasqua, ils se sont rencontrés alors que Guéant était secrétaire général de la préfecture des Hauts-de-Seine en 1986. C’est aussi à cette époque qu’il fait la connaissance de l'actuel chef de l'Etat. En 2002, Claude Guéant est nommé directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. Il sera en cela un acteur principal du passage de la gendarmerie sous la tutelle de la Place Beauvau en 2009. Peu de patrons de la police se sont retrouvés ministre de l’Intérieur sous la Vème République. Jean Berthoin, ministre de l'Intérieur sous de Gaulle, a été directeur de la Sûreté générale en 1934. Robert Pandraud, ex-directeur central de la Sécurité Publique, a été ministre délégué à la Sécurité de Charles Pasqua entre 1986 et 1988.

Un chef de la police, c'était le profil idéal pour être le ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy. Le chef de l'Etat n'a en effet jamais caché son tropisme policier au détriment des gendarmes. Et à peine arrivé, Claude Guéant a imprimé sa marque. Son nouveau directeur de cabinet est Stéphane Bouillon, jusque là préfet de Corse. En juillet 2008, à l’époque conseiller de François Fillon, il avait rédigé une note proposant la fermeture de cinq écoles de gendarmerie, 15 escadrons de gendarmerie mobiles et de 175 brigades en trois ans. Le ministère de l'Intérieur, alors dirigé par Michèle Alliot-Marie avait alors affirmé que rien n'avait été décidé. Et finalement, ce seront... quatre écoles de gendarmes qui fermeront et les 15 escadrons seront fermés en 2010 et 2011.


Vers la fin de la gendarmerie ?

Comme directeur adjoint de cabinet, Claude Guéant a nommé Alain Gardère, policier, jusque là directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne. Ils se sont connus lorsque Guéant était préfet de Bretagne et Alain Gardère, directeur de la sécurité publique d’Ille-et-Vilaine selon Le Monde. De même, une des premières décisions de Guéant fut de renoncer à la fermeture de la caserne de CRS de Bergerac. En janvier, il aurait déjà fait pression sur Hortefeux pour qu’il renonce à fermer des casernes à Marseille et Sainte-Foy-Les-Lyon. Mais la fermeture d'escadrons de gendarmerie mobile a été maintenue.

Mais sans doute conscient de son image trop marqué de chef de la police, le nouveau ministre de l’Intérieur a tenu à rencontrer des gendarmes.. et des policiers pour son premier déplacement sur le terrain. Ce sont les gendarmes de Lucé et les policiers de Chartes qui ont eu cet honneur. Le choix du lieu n’est pas anodin. Guéant tenait à montrer qu’il ne s’intéressait pas qu’aux descentes du RAID dans les cités sensibles. « Il n'y a pas de questions de sécurité qu'en Seine-Saint-Denis et à Marseille.. Il y en a aussi dans toutes les villes de France et dans les villages », a-t-il déclaré. Un petit clin d’œil aux gendarmes surtout connus pour servir en milieu rural. Un mouvement de colère parmi ces troupes pourrait avoir des conséquences fâcheuses. Même si les gendarmes n’ont ni le droit de grève ni le droit aux syndicats, ils peuvent mobiliser l’opinion via les associations de retraités ou d’épouse de gendarmes. Le mouvement est peut-être moins fort que chez les policiers mais pas inexistant. Reste à savoir si ces quelques paroles suffiront à rassurer.

A l’inverse, les syndicats policiers de toutes obédiences ont naturellement approuvé l’arrivée de Guéant saluant sa connaissance de la maison. La menace de fermeture de casernes de CRS, les commissariats supprimés, les postes en moins avaient déjà échauffés les esprits. L’installation d’un chef de la police à l’Intérieur est en cela un signe politique, histoire de dire que la Place Beauvau est bien le ministère des policiers. Et si Guéant a donné quelques gages médiatiques aux militaires, la perspective d’un effacement voire d’une disparition de la gendarmerie au profit de la police refait surface. En matière de sécurité, Nicolas Sarkozy n'aimerait voir qu'une seule tête, celle de Guéant de préférence.


Les flics du président
D’autant plus que l’arrivée de Guéant Place Beauvau a eu lieu peu après une autre promotion : celle d’Ange Mancini, comme coordinateur national du renseignement à la place de Bertrand Bajolet, nommé ambassadeur en Afghanistan. A son poste, Ange Mancini sera le premier interlocuteur de l’ensemble des services de renseignements français. Premier chef du Raid, il était auparavant préfet de la Martinique. Le monde étant très petit, il était numéro deux de la PJ quand Claude Guéant était chef de la police.

Car dans la police version Guéant-Sarkozy, on se croise et on se recroise. Michel Gaudin, préfet de police de Paris (donc ancien patron d’Alain Gardère, le directeur adjoint de cabinet), autre homme clé de la politique de sécurité, est lui aussi issu des cercles pasquaïens. Il a été directeur général des services du Conseil général des Hauts-de-Seine sous la présidence de Pasqua, il a également été directeur de la formation puis de l’administration de la police sous le patronage de… Guéant. De même, d’autres proches de Guéant et Sarkozy comme Bernard Squarcini, à la tête de la DCRI, ou Erard Corbin de Mangoux, à la DGSE, dirigent les services les plus sensibles. Les postes clés dans le renseignement et la sécurité sont donc verrouillés par un petit cercle proche du ministre de l’Intérieur et du chef de l’Etat.

Comme chef de la police, Guéant a pourtant acquis une image de fonctionnaire impartial. Nommé par Pasqua, il a été conservé par Jean-Louis Debré en 1995 et par Chevènement en 1997 avant de devenir préfet de Franche-Comté, la région de… Chevènement, une belle faveur. Dans son livre Il a détruit la police de proximité (l’auteur parle de Nicolas Sarkozy), Jean-Pierre Havrin, actuel adjoint au Maire PS de Toulouse et ex-conseiller de Chevènement décrit ces rapports cordiaux entre son ministre et l’ex-chef de la Police. « Chevènement, qui a une haute opinion des préfets, ne voulait voir en lui qu’un "grand serviteur de l’Etat". Personnellement, j’ai toujours pensé qu’il ne jouait pas totalement le jeu avec nous.. Bien sûr, il ne disait jamais non au ministre, mais je sentais bien que les "tuyaux étaient tordus" dès le départ et que certains dossiers prenaient le chemin des écoliers », écrit-il. Et certains accusent déjà Guéant de vouloir instrumentaliser politiquement son ministère, chargé du renseignement intérieur et des élections, en vue de 2012.

C'est bien la prochaine présidentielle qui est en ligne de mire de cette volonté de reprise en main. Nicolas Sarkozy veut manifestement construire sa campagne sur son image de « premier flic de France ». Mais au delà de son bilan calamiteux sur les chiffres de la délinquance, il a surtout réussi à se mettre à dos depuis 2002, tous les corps d’Etat chargé de la politique pénale et de sécurité. Les juges, sans cesse menacés de « sanctions », l’ont toujours dans le collimateur, il essaie d’amadouer les policiers, qui réclament plus de moyens, mais montre ostensiblement son mépris pour les gendarmes en nommant Guéant à l’Intérieur. A croire que sa politique soi-disant sécuritaire est plus politique que sécuritaire.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des effets pervers de la grille B   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des effets pervers de la grille B
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Archives du forum :: Archives rémunération / grilles indiciaires-
Sauter vers: