Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Jean-Hugues Matelly
Membre de l'équipe G&C
Membre de l'équipe G&C
avatar

Nombre de messages : 3932
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 7 Oct 2010 - 1:30

Rappel du premier message :

L’affaire Matelly : pourquoi un livre ?

C’est en essayant de répondre à cette question que je vous propose d’ouvrir de mon côté le débat, à charge pour ceux qui le souhaitent de poser ensuite toutes les questions qu’ils veulent. J’y répondrai dans les limites d’un agenda assez chargé entre diverses interviews (par exemple LCI : http://www.wat.tv/video/affaire-matelly-34abp_2exyh_.html ).



Alors pourquoi un livre.

Il y a des raisons de fond, mais pour tout vous dire, sous un mode humoristique, l’élément déclencheur, celui qui m’a donné envie de « passer à l’acte » est la lecture de deux messages sur un forum… pas ici, mais sur Gend’Com.
Oui, je sais, cela peut paraître étonnant… Mais, il y eut, dans une discussion de plus de 600 interventions deux posts bien particuliers, sortant du lot par leur caractère disons… peu sympathique. Il est bien entendu que diverses personnes ont exprimé leur accord plein et entier avec la sanction me frappant – et c’est parfaitement normal : c’est justement cela le débat critique – mais, ces deux posteurs sont allés « un rien » plus loin… Ils m’ont traité, en résumé, d’agent infiltré de l’UMP (UMP, vous avez bien lu) visant à déstabiliser la gendarmerie et/ou de mégalomane schizophrène, ne cherchant que son propre intérêt…
Allez savoir, ils ont peut-être raison Laughing , mais j’ai quand même voulu leur offrir une possibilité de me connaître mieux et donc d’écrire un livre… Merci à eux.

Allons, plus sérieusement, il y a des motifs bien plus importants :

D’abord, tout simplement témoigner de cette affaire, sachant bien qu’il s’agit de mon ressenti, forcément subjectif. D’une manière ou d’une autre, dans un sens ou dans un autre, vu son écho national, cette affaire marquera un moment de la question de la liberté d’expression des gendarmes et des militaires, de leur participation au débat public en France. Je livre mon témoignage, il participera avec d’autres analyses à d’éventuelles réflexions futures sur le sujet.

Ensuite, plus prosaïquement, parce que cette écriture répondait à un besoin personnel. Passés les premières semaines et les premiers mois tout emplis du combat juridique qu’il fallait mener, s’en est suivie une période de désœuvrement et de doute. Un des ces moments qui arrivent parfois dans la vie où l’on ne sait plus trop bien quel sens donner à son existence dans la collectivité. Votre soutien à tous, j’en parle évidemment dans l’ouvrage, et ce but m’ont été à passer ces temps de doute.

Enfin, parce que j’ai perçu de plus en plus auprès des gendarmes de ma connaissance de deux que je peux être amené à rencontrer, une sorte de mal être, de résignation, d’abattement. Cela semble se traduire d’ailleurs pour l’institution en de fortes vagues de demande de retraite et/ou de reconversion et une aptitude moindre à recruter. J’en viens à me demander si lorsque nous avons écrit l’article critique sur le rapprochement police – gendarmerie à l’Intérieur, article qui est à la base de ma situation actuelle, nous n’avons pas mésestimé un autre risque de ce rapprochement : une crise identitaire, culturelle pour les gendarmes.
Aussi, ce que j’aimerai transmettre dans ce livre, c’est de l’espoir. Même dans une situation des plus défavorables, voire désespérée l’avenir reste toujours dépendant de ce que nous voulons en faire. Je voudrais vous inviter à garder espoir dans l’avenir de la gendarmerie de la République.


Et maintenant, après la 5 dans C à dire http://www.france5.fr/c-a-dire/index-fr.php?page=emission&id_article=1250 ou encore 20' http://www.20minutes.fr/article/605623/societe-jean-hugues-matelly-dans-democratie-militaires-participent-modele-citoyen ou Le Point http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/l-affaire-matelly-ou-le-cote-obscur-de-la-force-humaine-05-10-2010-1245274_53.php ou encore une itw tv ici http://www.bakchich.info/Matelly-un-gendarme-en-sursis,12068.html (en attendant la suite) c'est à vous de m'interviewer !


_________________
"Que dites-vous? ... C'est inutile? ... Je le sais!
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès!
Non! non! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile!"


Dernière édition par Jean-Hugues Matelly le Sam 16 Oct 2010 - 11:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Dim 10 Oct 2010 - 19:22

flower d accord , merci !!!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Lun 11 Oct 2010 - 14:53

Oups...

J'avais oublié mon serment...

Mais comme cela, je fini sur un nombre pair de messages...
Revenir en haut Aller en bas
.
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 371
Localisation : Centre
Emploi : En activité
Date d'inscription : 28/03/2010

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Lun 11 Oct 2010 - 14:58

Personnellement, je l'ai lu deux fois rien que par plaisir !

Tout y est méticuleusement retracé, comme un ressenti "immédiat" de l'auteur, et au travers de ses réflexions du moment (certainement pas le plus agréable de sa carrière...).

Sans vouloir me perdre en congratulations obséquieuses, sincèrement il s'agit d'un ouvrage où nombre de Gendarmes se reconnaitrons au travers d'un vécu "commun"... pourvu bien sûr, qu'on ait vécu les périodes 1989 et 2001 de "l'intérieur" (pas du Ministère !)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BARON ROUGE
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 334
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Lun 11 Oct 2010 - 15:34

Le (CE) J.H.Matelly vient de s'exprimer juste avant 14 heures 00 sur France info où il avait été convié à s'expliqer sur son livre
et bien sur, sur sa situation"acadabrantesque"
Rien à dire - beaucoup de lucidité, de clarté dans les propos et surtout aucune animosité envers l'Institution-!!!!!
ceux et celles qui n'ont rien compris, ne le pourront jamais.
Plein et entier soutien mon Commandant.
Votre livre sera bientôt dans ma bibliothéque !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Hugues Matelly
Membre de l'équipe G&C
Membre de l'équipe G&C
avatar

Nombre de messages : 3932
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Lun 11 Oct 2010 - 19:25

Merci Electragglo pour la critique. Effectivement j'ai vécu ce qu'a vécu toute une génération de gendarmes, 1989 - 2001 - 2007 et je le raconte dans le livre.

Pour le Baron Rouge, j'étais effectivement l'invité de B. Thomasson sur France Info aux alentours de 13H45, j'en ai profité pour expliquer que les gendarmes de terrain n'avaient nullement connaissance de l'existence d'un éventuel fichier MENS, et que, si fichier il y avait, il ne pouvait être que confidentiel au niveau des offices et services centraux. Merci pour le soutien !

_________________
"Que dites-vous? ... C'est inutile? ... Je le sais!
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès!
Non! non! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylve13
1 étoile
1 étoile


Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 18/05/2007

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mar 12 Oct 2010 - 14:31

Bonjour, juste pour signaler que j'ai aussi découvert une présentation du livre dans ARRET SUR IMAGE, ici : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9309

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hans87
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 1587
Date d'inscription : 18/01/2010

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mar 12 Oct 2010 - 18:01

D'Artagnan Berrichon a écrit:
Oups...

J'avais oublié mon serment...

Mais comme cela, je fini sur un nombre pair de messages...


Te biles pas d'Artagnan ! Les mousquetaires étaient quatre, alors.................. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GENDSTAS
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2257
Age : 67
Emploi : retraité
Date d'inscription : 25/04/2010

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 4:40

Régis d'Ajain a écrit:
Jean-Hugues Matelly a écrit:
Merci à d'Artagnan, et bonne lecture ! Bien sûr je parle de lui, de son célèbre poème et des reprises et louanges dans la presse!

Pour Dieu11, je dirai que l'image de "l'institution gendarmerie" n'est heureusement pas si affectée que celà par l'affaire. J'essaie dans chacune de mes interviews et autres propos publics (et privés d'ailleurs) de recadrer chaque fois les choses : c'est une affaire "parisienne" la gendarmerie n'est pas en cause. Ha bon ! Vous m’étonnez un peu là !
Vos pairs consultés, un certain jour ne vous ont pas fait de cadeau, il me semble. Et ils n'étaient pas tous de Paris.


Quant au choix de d'Artagnan, cela me paraît un choix sage : il faut aussi penser à sa famille. Et il me semble que, dans son cas, le commandement régional comme local veille à l'aspect humain des choses.

Pour Régis d'Ajain,

1- Vous remarquerez que le commandant MATELLY s'adresse à ses interlocuteurs de manière courtoise pour sa part, s'il s'est retenu de vous le dire, je me le permets ;

2- En ce qui concerne la consultation des pairs, je reste très dubitatif. Ayant été tiré au sort (officier) pour une consultation nationale, j'ai attendu en vain les résultats qui semblaient ne pas aller dans le bon sens, devinez lequel ?
Sous-officier, j'ai fréquemment "crispé" mes chefs lorsque je mettais les pieds dans le plat. Certains essayaient de me faire comprendre que même si on a raison, cela ne se fait pas, ne se dit pas. C'est idiot, mais j'avais une mauvaise oreille pour ce type de message ;
Officier, c'était la même chose car 90 à 95% des officiers ne remettent jamais en cause le système : quelques uns carriéristes forcenés ne prennent aucun risque et ne vont que dans le sens du "bon vent" ; un plus grand nombre sont formatés pour obéir et ils obéiront toujours quitte à rentrer dans le mur ; une bonne majorité a pris l'habitude de laisser dire et de la fermer ; un petit nombre de malins la ferment mais n'en font qu'à leur tête.
En fait, ces comportements sont identiques tant chez les officiers que les sous-officiers.

Traduisez : n'exprimeront leur avis en public que ceux qui savent ne rien risquer.
Combien de personnels d'active prendraient le risque de s'exprimer sur ce site s'il n'y avait pas l'anonymat, vous y compris ?

Et pour vous donner mon avis d'officier, je ne suis pas d'accord avec toutes les analyses du commandant MATELLY. En revanche, je le soutiens totalement en ce qui concerne la nécessité de mieux défendre les droits des militaires et le droit d'exprimer des analyses critiques tant qu'elles ne sont pas politiques. Sans parler de la sanction disproportionnée le frappant (rappelons au passage qu'un colonel impliqué dans une opération nocturne "criminelle" a terminé tranquillement sa carrière. Il a perdu quelques étoiles mais il profite tout de même d'une retraite de colonel à l'échelon exceptionnel - mieux vaut un casier judiciaire qu'un mémoire du C.N.R.S. : nous n'avons pas les mêmes valeurs).

Je suis convaincu depuis très longtemps que les institutions militaires ont plus à gagner qu'à perdre en libérant l'expression des personnels.
Le silence ne profite qu'à la carrière de certains, leurs permettant de dissimuler leurs insuffisances et les dysfonctionnements de l'institution qu'ils ont en charge. Les hauts commandements monolithiques sont ancrés dans leurs certitudes et s'asphyxient eux-mêmes en refusant la circulation des idées. Je pourrais vous donner quelques exemples consternants sur le sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
electron84
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 3445
Age : 48
Localisation : là où il fait bon vivre
Date d'inscription : 18/12/2007

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 6:36

Beau Post Gendstas . Rolling Eyes Rolling Eyes
Mon commandant , j'ai une petite question en passant , avez-vous été soutenu par vos pairs dans cette épreuve et par la même avez vous été décu , surpris , ou conforté dans votre perception que vous aviez de notre institution ?????????Electron .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asterix
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 4174
Age : 63
Localisation : Auvergne - Allier - Vichy
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 9:21

j'attends encore le livre et je piaffe d'impatience.
Tu vas voir comme je vais te démonter JH quand j'aurais le bouquin.
Je vais lui faire sa fête à ce présomptueux militaire qui s'est mis dans la tête de lire et de comprendre le système. Si tout le monde cherche à comprendre, où va-t-on ?

Je vais t' exploser les chapitres, t'éparpiller les paragraphes, te pulvériser les mots, t'atomiser le papier.

Il faut dissoudre ce mauvais exemple, empêcher les gens de s'instruire sinon bientôt ils vont poser des questions et après auront des exigences.
Ils doivent se satisfaire des images que nous présentons comme au moyen âge devaient se satisfaire les manants des vitraux des cathédrales. Ces nouveaux vitraux, c'est Gendcom, c'est Gend info et d'autres trucs de retraités. Il est nécessaire de ramener la populace à des lectures saines.

T'es mal Matelly.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flam
2 étoiles
2 étoiles


Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 9:41

asterix a écrit:
j'attends encore le livre et je piaffe d'impatience.
Tu vas voir comme je vais te démonter JH quand j'aurais le bouquin.
Je vais lui faire sa fête à ce présomptueux militaire qui s'est mis dans la tête de lire et de comprendre le système. Si tout le monde cherche à comprendre, où va-t-on ?

Je vais t' exploser les chapitres, t'éparpiller les paragraphes, te pulvériser les mots, t'atomiser le papier.

Il faut dissoudre ce mauvais exemple, empêcher les gens de s'instruire sinon bientôt ils vont poser des questions et après auront des exigences.
Ils doivent se satisfaire des images que nous présentons comme au moyen âge devaient se satisfaire les manants des vitraux des cathédrales. Ces nouveaux vitraux, c'est Gendcom, c'est Gend info et d'autres trucs de retraités. Il est nécessaire de ramener la populace à des lectures saines.

T'es mal Matelly.


J'adooore ce deuxième degré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
interceptor
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2306
Emploi : CBTA
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 10:42

GENDSTAS a écrit:
Régis d'Ajain a écrit:
Jean-Hugues Matelly a écrit:
Merci à d'Artagnan, et bonne lecture ! Bien sûr je parle de lui, de son célèbre poème et des reprises et louanges dans la presse!

Pour Dieu11, je dirai que l'image de "l'institution gendarmerie" n'est heureusement pas si affectée que celà par l'affaire. J'essaie dans chacune de mes interviews et autres propos publics (et privés d'ailleurs) de recadrer chaque fois les choses : c'est une affaire "parisienne" la gendarmerie n'est pas en cause. Ha bon ! Vous m’étonnez un peu là !
Vos pairs consultés, un certain jour ne vous ont pas fait de cadeau, il me semble. Et ils n'étaient pas tous de Paris.


Quant au choix de d'Artagnan, cela me paraît un choix sage : il faut aussi penser à sa famille. Et il me semble que, dans son cas, le commandement régional comme local veille à l'aspect humain des choses.

Pour Régis d'Ajain,

1- Vous remarquerez que le commandant MATELLY s'adresse à ses interlocuteurs de manière courtoise pour sa part, s'il s'est retenu de vous le dire, je me le permets ;

2- En ce qui concerne la consultation des pairs, je reste très dubitatif. Ayant été tiré au sort (officier) pour une consultation nationale, j'ai attendu en vain les résultats qui semblaient ne pas aller dans le bon sens, devinez lequel ?
Sous-officier, j'ai fréquemment "crispé" mes chefs lorsque je mettais les pieds dans le plat. Certains essayaient de me faire comprendre que même si on a raison, cela ne se fait pas, ne se dit pas. C'est idiot, mais j'avais une mauvaise oreille pour ce type de message ;
Officier, c'était la même chose car 90 à 95% des officiers ne remettent jamais en cause le système : quelques uns carriéristes forcenés ne prennent aucun risque et ne vont que dans le sens du "bon vent" ; un plus grand nombre sont formatés pour obéir et ils obéiront toujours quitte à rentrer dans le mur ; une bonne majorité a pris l'habitude de laisser dire et de la fermer ; un petit nombre de malins la ferment mais n'en font qu'à leur tête.
En fait, ces comportements sont identiques tant chez les officiers que les sous-officiers.

Traduisez : n'exprimeront leur avis en public que ceux qui savent ne rien risquer.
Combien de personnels d'active prendraient le risque de s'exprimer sur ce site s'il n'y avait pas l'anonymat, vous y compris ?

Et pour vous donner mon avis d'officier, je ne suis pas d'accord avec toutes les analyses du commandant MATELLY. En revanche, je le soutiens totalement en ce qui concerne la nécessité de mieux défendre les droits des militaires et le droit d'exprimer des analyses critiques tant qu'elles ne sont pas politiques. Sans parler de la sanction disproportionnée le frappant (rappelons au passage qu'un colonel impliqué dans une opération nocturne "criminelle" a terminé tranquillement sa carrière. Il a perdu quelques étoiles mais il profite tout de même d'une retraite de colonel à l'échelon exceptionnel - mieux vaut un casier judiciaire qu'un mémoire du C.N.R.S. : nous n'avons pas les mêmes valeurs).

Je suis convaincu depuis très longtemps que les institutions militaires ont plus à gagner qu'à perdre en libérant l'expression des personnels.
Le silence ne profite qu'à la carrière de certains, leurs permettant de dissimuler leurs insuffisances et les dysfonctionnements de l'institution qu'ils ont en charge. Les hauts commandements monolithiques sont ancrés dans leurs certitudes et s'asphyxient eux-mêmes en refusant la circulation des idées. Je pourrais vous donner quelques exemples consternants sur le sujet.


Bonjour,
je ne sais pas si le fait d'être officier ou sous-officier à vraiment d'importance en terme de liberté d'expression. Peut-être un côté "paternaliste" de l'officier qui aime ses hommes et qui tendrait à croire qu'il se doit de porter leurs paroles ?
pour recentrer sur la liberté d'expression, le message diffusé est illisible !
je suis quasi certain qu'un sondage effectué au sein même des tenants de cette "liberté d'expression" démontrerait cette confusion.

ce que je n'arrive pas à comprendre c'est le domaine dans lequel le gendarme est privé de liberté d'expression ?

Et si l'objectif est de pouvoir se prononcer sur le bien fondé d'une politique gouvernementale, je n'adhère pas ! Surtout pour les militaires que nous sommes.
Voyez ce qu'il se passe parfois au sein de la PN, en haut ... il arrive que des fonctionnaires de police deviennent de véritables électrons libres, complètement libres ... Certes, on peu voir cela comme une force, mais chez eux. Ils en ont la culture ...


Et si jamais on me répond que la gendarmerie doit être à l'image de la Police, cela revient effectivement à réclamer la disparition de la gendarmerie.
Il y a beaucoup d'exemple d'ambitieux qui se sont soit brulé les ailes soit auto détruit !


On réclame de la liberté d'expression en gendarmerie : Pour qui et quoi faire ?

Pour y voir plus clair, voilà la question à laquelle j'aimerai que JHM me réponde.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NETHEM
Membre de l'équipe G&C
Membre de l'équipe G&C
avatar

Nombre de messages : 3889
Age : 53
Localisation : GIRONDE/LANGON/ST MACAIRE
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 10:59

Interceptor,

le sacro saint dicton "bête et discipliné" est mort. Si l'on doit toujours être discipliné, il n'en demeure pas loin que la société ayant évolué, il est normal que ses Armées le fassent aussi.

Dans le domaine de la liberté d'expression, il parait aussi logique que nous puissions être égaux à tous les citoyens, avec cette limite qu'est le devoir de réserve.

Et c'est là le point d'achoppement. Elle est où la limite ? Personne ne s'est jamais risqué à la fixer.

Il faut que cela soit clairement fait, dit et affirmé.

Regardons de près ce que l'on reproche au soldat MATELLY. Est ce vraiment un dénie de réserve ? Tout dépend des points de vue et de quel côté de la barrière l'on se trouve.

Alors le bouquin de JH donne la possibilité à chacun de se faire une opinion sur ce qui lui est arrivé et si vraiment il avait franchi cette ligne imaginaire qu'est le "devoir de réserve".

Quant à ne pas devoir critiquer une politique gouvernementale (qui constitue là un manque de liberté d'expression), par simple dévotion à la cause, je trouve cela idiot, surtout quand la critique est constructive, ordonnée, réfléchie et pour le bien de l'Institution ................... mais ça, c'est mon point de vue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hans87
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 1587
Date d'inscription : 18/01/2010

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 11:30

FLASH BACK :

Nous sommes le 16 août 1945, à la veille du 1er scrutin auquel les militaires français vont pouvoir participer car ils viennent enfin d'obtenir le droit de vote.

Il en pense quoi Interceptor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 11:49

Personnellement, je crois que nous n'aurions jamais dû obtenir ce droit de vote. A quoi ça sert de pourvoir s'exprimer.....dans les urnes. On nous donne un peu et puis après on réclame toujours plus. Ce n'est pas bien tout cela. C'est susceptible de créer un désordre.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Hugues Matelly
Membre de l'équipe G&C
Membre de l'équipe G&C
avatar

Nombre de messages : 3932
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 12:39

Pour répondre à Gendstas et à electron 84, effectivement, la consultation des « pairs » m’a laissé quelque peu dubitatif dès le départ dans la mesure où les opérations de tirage au sort ne sont pas contradictoires. (aucun représentant de la défense ne peut être présent pour s’assurer des conditions de ce tirage au sort).

Quant au soutien, s’il est net chez les sous-officiers, il est beaucoup moins marqué chez les officiers, avec les distinctions suivantes : ceux qui me connaissent m’apportent leur soutien. Chez beaucoup autres, je crois distinguer une prudente distance, voire pour une minorité les effets d’une « image » qui semble avoir été distillée (voir les exemples que je donne dans mon premier post).

J’attends avec plaisir les critiques d’Asterix, même si elles étaient au premier degré Wink

Pour interceptor, il faut distinguer la liberté d’expression individuelle / collective, mais l’une et l’autre me semblent en tout cas utiles pour tous.

S’agissant de la liberté d’expression individuelle, je suis du même avis que le général Desportes que je cite à partir de l’Express ( http://www.lexpress.fr/actualite/monde/la-france-a-du-mal-a-se-sentir-impliquee-en-afghanistan_925627.html )

Citation :

Vous avez été "réprimandé", une peine mineure mais symbolique, par le ministre de la Défense pour avoir critiqué la stratégie américaine en Afghanistan. En France, il est interdit à un officier général de formuler son analyse?
Je n'ai pas critiqué la stratégie américaine: j'ai énoncé des faits puis affirmé qu'il fallait réconcilier tactiques et stratégies. C'est d'ailleurs ce qu'a immédiatement effectué le général Petraeus: lisez sa première directive. J'ai exprimé ce que les plus hauts chefs militaires américains disent eux-mêmes, notamment sur la difficulté à respecter le calendrier de retrait. La discipline demeure la force principale des armées. Mais une armée dans laquelle la pensée critique est bannie s'affaiblit. Et l'inverse est vrai: c'est bien par l'encouragement à la réflexion libre que l'armée prussienne, défaite à Iéna, se dote de cette efficacité que nous avons payée cher par trois fois, en 1870, en 1914 et en 1940. Relisons de Gaulle: "Il faut former des cerveaux et des caractères." Pour résoudre des problèmes aussi complexes que ceux de la guerre, nous n'avons pas trop de toutes les intelligences. Ecoutons-les. Les chefs doivent prendre la parole, prendre le risque de la pensée hétérodoxe, à contre-courant. La difficulté est de trouver le bon équilibre entre la discipline et l'initiative, entre l'exécution passive et la participation active à l'évolution. On a vu que les avis divergeaient sur ce point...

Cette sanction ne va-t-elle pas conduire les militaires à s'exprimer de façon anonyme et polémique, à l'instar de Surcouf, ce groupe d'officiers qui avait critiqué le Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale?
Bien sûr. Si on ne donne pas sa chance à la pensée critique constructive, on est condamné à voir se multiplier les Surcouf. On est loin, en France, de la liberté d'expression des sociétés anglo-saxonnes. En 2005, l'armée américaine est engluée en Irak. Contre l'avis de sa hiérarchie, le général David Petraeus demande à ses officiers de contribuer à rebâtir une nouvelle stratégie. Ainsi naît la nouvelle doctrine contre-insurrectionnelle qui a porté ses fruits dans le "Surge" [NDLR : renforcement rapide des effectifs]. La critique de la pensée officielle est ouvertement encouragée et organisée aux Etats-Unis. Par les plus grands chefs. En France, la défaite de 1940 vient, pour partie, du musellement de la pensée militaire dans les années 1930. 1870, c'est l'esprit Mac-Mahon: "Je raye du tableau d'avancement tout officier dont je lis le nom sur une couverture!" Le progrès naît du débat. Le droit de louer a toujours été reconnu; s'il n'est pas accompagné du droit de critique, la parole n'a plus de valeur.
Cette critique est d’autant plus indispensable dans une société démocratique, qu’elle porte sur des PROJETS : décisions en devenir, lois en préparation… (ce qui était le cas pour le rapprochement GN-PN).


Sur le plan collectif, l’expression est une nécessité dans nos sociétés de l’information, où n’existent plus pour le public (les citoyens) et les politiques que ce qui fait l’objet des coups de projecteurs médiatiques.
Si la place des armées se réduit considérablement en France, c’est parce que ces dernières sont étrangères au débat, et par là deviennent étrangères aux citoyens (avec l’aggravation constituée par la fin du service national). A ce rythme là on ne s’étonnera de la part de plus en plus grande prise par les acteurs civils publics ou privés (sociétés de sécurité et sociétés militaires privées) au détriment des acteurs militaires…
Pour en revenir aux gendarmes, il me semble qu’ils ont collectivement leur mot à dire (et leur expertise de praticien à apporter) dans de nombreux débats publics, par exemple à l’heure actuelle sur la réforme de la garde-à-vue, sur le budget sécurité qui désavantage la GN par rapport à la PN, etc.


_________________
"Que dites-vous? ... C'est inutile? ... Je le sais!
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès!
Non! non! c'est bien plus beau lorsque c'est inutile!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asterix
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 4174
Age : 63
Localisation : Auvergne - Allier - Vichy
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 13:02

Mêmes questions, même analyse Interceptor et mêmes conclusions.

Mais pourquoi sommes-nous opposés ?

La réponse est simple -

L'homme n'est pas bon par nature. Donnez-lui des pouvoirs, il en abuse.
Petit exemple : les affirmations de la DG concernant le droit d'association. Pourquoi des gens normaux pensent-ils pouvoir mentir ainsi aux gens. Simple, ils se croient tout permis, pensent leur avis supérieur à la loi, sont persuadés que leur seule opinion compte et qu'il est bon de faire taire tout avis contraire.
Autre exemple : le pacs gène la pensée de quelques uns, peu nombreux probablement, mais ils ont trouvé le moyen de faire obstacle à ses conséquences dans l'armée jusqu'à des mises en demeure du conseil d'état.
Autre exemple : Les prélèvements sur solde se font au bon vouloir des gestionnaires. Qui peut aujourd'hui vérifier ce qu'il doit, demander des comptes sur les détails sans se faire remarquer défavorablement. Qui peut exiger de voir les factures pour revoir ces comptes. Qui peut exiger ce qu'on lui doit sans attendre le bon vouloir des gestionnaires.

De trés nombreux exemples justifient ce besoin d'expression collective.
Qui rend cette expression nécessaire ? Car enfin, ce besoin n'est qu'une conséquence, rien d'autre.

L'expression collective est l'outil nécessaire et indispensable au contrôle de ces abus, à la compréhension d'un métier, de ses hommes et femmes, mais aussi à maintenir cette profession au plus prés de sa mission.
Intervenir dans le débat pour être entendu avant un texte est une chose qui doit être considérée comme normale. Cela n'empiète nullement sur les obligations d'un soldat et cela ne peut que renforcer une autorité redevenue légitime.
Tout est une question de dosage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
interceptor
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2306
Emploi : CBTA
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 18:25

JHM
Pour le général je crois plutôt que c'était un coup de pub par opportunisme ... il n'a fait que répéter ce que beaucoup manifestement avaient déjà dit ou envisagé ...
Et se référer sans cesse à des anciens, certes glorieux et dignes d'éloges, n'est qu'une espèce de pirouette, un peu de miel pour faire passer ... il faut bien évidemment retenir les leçons du passé pour ne pas commettre les mêmes erreurs mais il faut surtout vivre avec son temps.
Quant à l'anticipation, à moins d'être particulièrement au top et encore, cela relève d'un numéro d'équilibriste . Si l'avenir se prédisait, cela se saurait. On peut ressentir les choses ...

En fait JHM, dans le cadre de ce débat, je suis un esprit simple et j'ai besoin de précisions. Certainement pas pour « polluer » le sujet, bien au contraire ...
Tu donnes pour exemple qu'il faut associer les gendarmes pour la réforme de la garde à vue ... Bien évidemment, mais en quoi aujourd'hui ne sommes nous pas consultés dans ce domaine ? Il y a des contacts ...et je ne vois pas en quoi notre parole aurai plus de poids si nous étions « syndiqués » ... la Loi est faite par le législateur et il entend qui il veut. Aujourd'hui il faut adoucir le système pour satisfaire l'eurocratie ... donc, notre avis ...


Pour l'information, nous serions donc selon toi incapable de nous informer correctement et diversifier nos sources ... Là, j'ai du mal à comprendre et je ne suis absolument pas d'accord.

Mets moi au défi sur un sujet quelconque même technique ... je pense grâce à internet et à la bibliothèque de trouver pas mal d'infos, à charge pour moi ensuite d'en vérifier la réalité, et c'est là qu'est le véritable problème, s'assurer de la qualité de l' info. La partialité, voir le non dit pour ne pas dire le mensonge font partie de l' info ... si le « bovin » moyen se contente du 20h il va certainement passer au travers de pas mal de choses ...
Le Français se désintéresse de son Armée ! C'est parce qu' il vit dans un monde en paix. C'est comme ça ! Maintenant, je n'ai pas l'impression moi que nos camarades en Afghanistan soit plus mal lotis que les autres ...encore une fois le législateur est vigilant ... l' Etat a su faire les efforts nécessaires ...
La diminution des effectifs ... qu'en pense les Anglais et les Allemands ?
Tu nous dis que la PN est favorisée ... encore une fois, je ne suis pas tout à fait d'accord.

Quand tu écris que les gendarmes ont leur mot dire, leur expertise ... je crois que cela se passe ainsi autrement il ne resterai plus grand chose de nous.


J'aimerai juste que tu me dise concrètement ce que ton projet pourrai changer dans ma condition de gendarme ? Est-ce que te suivre dans ta démarche fera que nous verrons nos conditions de vie et de travail s'améliorer réellement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BAND of BROTHERS
PPM, Référent, Conseiller
PPM, Référent, Conseiller
avatar

Nombre de messages : 954
Localisation : EN FRANCE
Emploi : GD/ASSISTANT SOCIAL COMME NOUS TOUS
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 20:08

Bien reçu votre livre aujourd'hui mon Commandant et merci Respect vert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollo
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 1962
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Mer 13 Oct 2010 - 20:57

@Interceptor

Les gens qui cherchent à diversifier leurs sources ne sont pas légions (temps, volonté, intérêt ...). Nombreux sont ceux qui se contentent de ce qu'on leur donne (Ex: le post sur le retraité ici même)
Ce n'est que mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GENDSTAS
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2257
Age : 67
Emploi : retraité
Date d'inscription : 25/04/2010

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 14 Oct 2010 - 1:35

Bonsoir Interceptor,

Dans l'attente de la réponse du commandant MATELLY, je dirais que la libre circulation des informations et des idées avec l'appui d'une structure "professionnelle" aurait permis au cours des dernières décennies d'éviter que pendant longtemps des commandants de brigade et des officiers jouent les tyranneaux sans risque, que les droits des militaires soient bafoués sans crainte d'une sanction.
Tout cela parce qu'un individu surtout s'il est jeune et inexpérimenté n'osera pratiquement jamais prendre le risque de se défendre.

Les hasards de ma carrière font que j'ai souvent bénéficié d'informations qui n'étaient pas normalement celles de mon échelon, tant sous-officier qu'officier.
Alors quelques exemples : pendant longtemps certains chefs de corps ont joué impunément avec les mutations ou l'avancement ce qui permettait les injustices que beaucoup constataient mais ignoraient qu'un recours était possible.
Pour les mutations, quels sont les "anciens" qui savaient que l'ordre de priorité réglementaire pour les mutations a été pendant longtemps l'ordre d'arrivée : premier enregistré, premier servi ?
J'ai connu le cas de sous-officiers sur lesquels une "certaine" pression a été exercée pour qu'ils acceptent une mutation par convenances personnelles, donc déménagement à leur charge, alors que l'effectif de leur unité était réduit et que la mutation aux frais du corps était la règle.
Autre cas vécu, sans que personne n'ose un recours : imputation aux militaires d'une surconsommation de chauffage d'appartements vides (donc à charge du corps) car leurs vannes étaient défectueuses.
Un excellent candidat d'1 m 67 partait déçu vers la maison d'en face pendant qu'un Saint-cyrien d'1 m 64, ou moins, astreint à la même règle intégrait l'EOGN.
Sur la notation, lors de la mise en place du quota de points, le texte réglementaire d'origine ne prévoyait pas d'exceptions, mais la DGGN s'est empressée de ne pas l'appliquer à ses personnels, l'échelle des effectifs étant pourtant largement suffisante en comparaison des unités de terrain bien plus modestes.
Lors des années de crises, aurait-on accepté qu'il manque du carburant pour les unités de terrain et que des logements soient toujours vétustes quand dans le même temps la gendarmerie restituait, chaque année, des centaines de millions de budget non consommés en raison de la lenteur des procédures administratives notamment en matière de construction de casernes ?
Ce n'est qu'un aperçu.

Il faut comprendre que la gendarmerie n'évolue que "l'épée dans le dos", l'expression n'est pas de moi mais d'un cabinet d'audit civil pressenti par la DGGN après la crise de 1989. C'est la nature "française" aggravée par la lourdeur du système militaire.
La gendarmerie et l'administration ont une structure pyramidale. L'échelon supérieur est toujours celui qui donne son avis et qui s'estime compétent pour répondre et surtout plus compétent que l'échelon inférieur.
Mais il y a un autre principe dont il faut être conscient : le haut commandement de la gendarmerie est strictement cloisonné. Ce qui se dit ou se fait dans un bureau de la DG sera ignoré du bureau voisin et réciproquement. Une décision ou un projet sera mené ou préparé de manière quasi individuelle. L'exploitation des données du terrain peut ne dépendre que de l'humeur d'un chef.
Pour ne fâcher personne, comme exemples anciens : pendant longtemps la chemise manches courtes a été refusée par un responsable de la logistique qui estimait que ce ne serait pas beau car "les gendarmes avaient des petits bras" !!!!
A la fin des années 80, la gendarmerie a accepté la charge de la D.O.T. sans aucune compensation financière, un général ayant affirmé, certainement pas sans motivation personnelle, que le budget de la gendarmerie le permettait.

La génération des décideurs d'aujourd'hui n'est pas celle de l'Internet ou de la communication, elle est celle qui doit mettre en place ces structures mais elle-même a été "dressée" sur le principe du chef intouchable et incontestable, de l'obéissance aveugle et silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
interceptor
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2306
Emploi : CBTA
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 14 Oct 2010 - 8:23

Gendstas
bjr
je m'intéresse à ce débat car je ne campe pas sur mes positions en matière de concertation, de dialogue ....
Je ne conteste absolument pas tes propos ! Mais je le répète, aujourd'hui nous savons, et sans tomber dans un angélisme béat, que ces abus sont de plus en plus difficilement contrôlables par son auteur.
Pour m'intéresser un peu à ma gendarmerie, je sais que petit à petit les choses se mettent en place. Je ne sais plus qui a dit un jour qu'il laissait le soin de s'occuper de ses ennemis aux autres et qu'il allait se garder lui même de ses amis ... c'est ce qu'il se passe chez nous. Tu as parfaitement raison de stigmatiser certains responsables. Aujourd'hui nous avons la possibilité de mieux faire valoir nos droits et la réforme de la chaine de concertation est le début d'une nouvelle ère ...

Les PPM seront en mesure de dénoncer toute dérive constatée, demander des explications concernant des décisions incomprises. Cela ne dépendra que de leur courage, rien d'autre .... il suffit de voir les syndicats policiers qui sont devenus des « machines à potes » et à intriguer ...

Si le fond du problème est juste d'avoir les moyens de s'opposer « au chef », j'aimerai que l'on me précise en quoi le projet de JHM peut aussi modifier et améliorer le quotidien du Gendarme ...
Prendre pour exemple ce qu'il se passait avant (c'est tout de même un peu démago non ? ) n'est pas un argument recevable pour moi. Il est nécessaire de démontrer pourquoi aujourd'hui, dans quel but et pour quel résultat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
interceptor
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2306
Emploi : CBTA
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 14 Oct 2010 - 8:25

Apollo a écrit:
@Interceptor

Les gens qui cherchent à diversifier leurs sources ne sont pas légions (temps, volonté, intérêt ...). Nombreux sont ceux qui se contentent de ce qu'on leur donne (Ex: le post sur le retraité ici même)
Ce n'est que mon avis.

+1

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Yves Fontaine
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 585
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 14 Oct 2010 - 8:34

Bonjour,

Un très court commentaire sous forme de questions sur tout ce qui vient d'être écrit et qui reste vrai, bien évidement : la "tyrannie" et les divers dysfonctionnements structurels qui sont ici mis en avant pour stigmatiser le système sont-ils spécifiques à la gendarmerie ? Ne retrouve-t-on pas les mêmes difficultés, les mêmes errements, les mêmes erreurs ailleurs, c'est-à-dire dans les autres structures organisationnelles comme la Police, la Justice, l'Université et même au sein des entreprises privées ? Que décrit-on là en fait si ce ne sont que les rapports dirigeants/dirigés, dominants/dominés appréciés par les dirigés et les dominés eux-mêmes ? Rien de bien original en somme qui puisse donc remettre sérieusement en cause le système gendarmique mais qui cultive le ressentiment d'un certain nombre de personnels qui s'estiment laissés de côté comme on en trouve partout, hélas. Peut-on alors fonder toute une stratégie de revendications sociales sur ces quelques critères qui me paraissent un peu minces et et qui n'alimentent que le dépit et la rancune ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 14 Oct 2010 - 8:52

@ Gendstas : + 10000

@ Jean-Yves Fontaine,

Ce que tu dis est sans doute très vrai. Les problèmes que nous rencontrons sont peu ou prou les mêmes que dans toutes corporations.

MAIS, les civils ne subissent pas leurs chefaillons (terme générique qui englobe tous supérieurs imbus de son autorité) que 35 h par semaine, nous c'est 60 et plus si affinité, sans compter qu'on est obligé d'habiter à coté de lui quand le chefaillon est local.
MAIS, les civils et leur famille ont le choix de leur logement (je ne remets pas en cause l'impératif d'habiter à coté de son lieu d'emploi, mais simplement de choix possible)
MAIS, les civils peuvent par l'intermédiaire d'une représentation INDEPENDANTE, s'exprimer.
MAIS, je trouve quand même que l'échantillon de personnel "qui ne veut pas déplaire à son supérieur" est très bien représenté chez nous.
liste non exhaustive.

Je trouve ta question un peu naïve tant la réponse est évidente, chercherais-tu à diriger le débat dans une autre direction ?
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Fontaine
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 585
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 14 Oct 2010 - 9:10

Il s'agit simplement de constater qu'un mouvement revendicatif structuré ne peut pas reposer sur des critiques de ce type. Il est nécessaire d'élargir le spectre à autre chose que la tyrannie des petits chefs et le manque de gommes et de crayons, critiques dans lesquelles vous vous enfermez avec un certain plaisir au bonheur de ceux que vous "tyrannisent" et qui vous comptabilisent les rames de papier si tant est qu'ils existent...

Bonne journée à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 14 Oct 2010 - 9:16

Il y a "la tyrannie des petits chefs et le manque de gommes et de crayons" mais surtout le devoir impérieux de se taire. Tu sembles éluder cette "revendication" pourtant essentielle Wink

"si tant est qu'ils existent..." : je t'invite quand tu veux pour constater.
Revenir en haut Aller en bas
asterix
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 4174
Age : 63
Localisation : Auvergne - Allier - Vichy
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 14 Oct 2010 - 9:28

par exemple le sort fait à la gendarmerie qui ne peut être examiné sous le seul angle de la nomination d'un général ?

c'est ça ?

non j'ai tout faux. Je sais.
Mais on attend toujours les commentaires de ceux qui se faisaient une fête de l'arrivée au ministère de l'intérieur en faisant semblant de ne pas voir ce qui se passait.

Car en fait et il n'en faut pas s'en détourner les propos de Matelly ne concernaient que le sort de la gendarmerie dans ce ministère. On est loin des rames de papier.
Tout comme les budgets comparés police et gendarmerie.
Aujourd'hui, qui pose le problème ?

Pas de problème, les chefs s'en occupent, on a vu, on lit.
Rien que l'introduction sur les missions de ces deux services. On voit le niveau d'ambition pour les institutions respectives.
Qui va en parler, les représentants ? non, ça ne les concerne pas. Moi j'affirme qu'ils sont concernés individuellement par chacune des lignes de ce budget et des constats faits, car le constat sur les résultats obtenu, c'est le résultat de leur travail, la conséquence de ce qu'on leur demande tous les matins.

Qui peut parler des orientation, commenter les décisions, aujourd'hui : personne, ou pas intérêt sinon à la rue. Réaction de brutes épaisses.

un général préfet n'effacera pas un budget

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
interceptor
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2306
Emploi : CBTA
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 14 Oct 2010 - 9:49

asterix a écrit:
par exemple le sort fait à la gendarmerie qui ne peut être examiné sous le seul angle de la nomination d'un général ?

c'est ça ?

non j'ai tout faux. Je sais.
Mais on attend toujours les commentaires de ceux qui se faisaient une fête de l'arrivée au ministère de l'intérieur en faisant semblant de ne pas voir ce qui se passait.

Car en fait et il n'en faut pas s'en détourner les propos de Matelly ne concernaient que le sort de la gendarmerie dans ce ministère. On est loin des rames de papier.
Tout comme les budgets comparés police et gendarmerie.
Aujourd'hui, qui pose le problème ?

Pas de problème, les chefs s'en occupent, on a vu, on lit.
Rien que l'introduction sur les missions de ces deux services. On voit le niveau d'ambition pour les institutions respectives.
Qui va en parler, les représentants ? non, ça ne les concerne pas. Moi j'affirme qu'ils sont concernés individuellement par chacune des lignes de ce budget et des constats faits, car le constat sur les résultats obtenu, c'est le résultat de leur travail, la conséquence de ce qu'on leur demande tous les matins.

Qui peut parler des orientation, commenter les décisions, aujourd'hui : personne, ou pas intérêt sinon à la rue. Réaction de brutes épaisses.

un général préfet n'effacera pas un budget


Bjr Astérix

les députés, les sénateurs .... et surtout les citoyens aux prochaines élections, peuvent commenter les décisions et influer sur les décisions ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BARON ROUGE
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 334
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   Jeu 14 Oct 2010 - 10:09

On refuse aux militaires le droit de s'exprimer sur leur avenir, mais je pense aussi qu'actuellement, on refuse aussi le droit au public de prendre sa responsabilité sur son avenir.
Il suffit de voir ce qui se passe actuellement avec les retraites: le gouvernement veut faire croire aux jeunes qu'il s'occupe de son avenir(la retraite !!) encore faut il qu'on demande aux jeunes ce qu'ils en pensent. Mais non, ils ne sont pas responsables !! Si à 15/16 ans voir plus ils ne le sont pas alors pourquoi le sont ils devant la Justice !!!
N'ont ils pas le droit de prendre leur destinée en main, même si ceux sont les adultes qui votent les lois - On a mis en place des conseils minucipaux de jeunes voir plus même, ne sont ils pas responsables de ce qu'ils décident !!!
Nous savons que les lois prises aujourd'hui, ne seront plus applicables d'ici quelques années !!! pourquoi ne pas se mettre autour d'une table et parler franchement mais ensemble des problèmes!!!
Non, comme certains ont dit, les cheffaillons veulent garder leur autorité, leurs prérogatives sur la base !!! et ceci à touis les nouveaux et dans tous les domaines
Ce n'est pas comme cela qu'on avance et comme d'hab. nous serons encore et encore en retard d'un wagon par rapport aux autres nations !!!
Lorsqu'on a le pouvoir, que c'est dur de lacher un peu de lest, c'est comme si on vous prenait un peu de votre sang !!! Rambo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
L' "Affaire matelly" : pourquoi un livre ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Gendarmes Et Citoyens : le Forum PRINCIPAL :: Affaire Jean-Hugues MATELLY-
Sauter vers: