Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 anecdotes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: anecdotes...   Lun 26 Juil 2010 - 14:53

Rappel du premier message :

bonjour...si le retraité n'est plus bon à grand chose dans les débats actuels du fait de l'évolution permanente de la Gendarmerie , des textes et des mentalités...ils nous reste notre vécu et toutes les situations drôles qui nous est arrivés de vivre ou voir dans notre carrière....au moins un gendarme à une histoire croustillante ou étonnante à raconter.... moi par exemple, j'ai assisté à une séance de vomissements de madame Giscard d'estaing (Anémone) lors d'une excurssion sur la route de la trace en Martinique....malade en voiture la p'tite dame....nous ,en escorte nous avons pu constater que femme de président ou pas, les p'tits fours quand ils ne veulent pas passer...ils ne passent pas....et beurcccck ! raoul......le sens du vent et le choix savant de notre position nous ont éviter les odeurs de toasts aux crevettes accompagnés de don Pérignon....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Sam 14 Aoû 2010 - 17:39

bonjour...mon premier service de police sur la route est inoubliable...
En effet ,fringant jeune Gendarme tout frais sorti de l'ESOG je me vois désigné comme beaucoup d'autres à l'escadron pour un service de surveillance sur les routes de la région, c'est dimanche et une circulation abondante est prévue.... Généralement l'adjudant d'escadron associe un jeune et un ancien, et c'est normal....un véhicule nous dépose aux endroits prévus pour ce service qui doit durer 4 heures....pour ceux qui n'ont pas connu la tenue police route de l'époque (ils n'ont rien perdu) je vais la décrire...nous sommes en tenue bleue , crispins (manchons), ceinturon, baudrier et étui de pistolet en plastique blanc, gants et cordon de sifflet blanc également...sur soi ,le paquet de pansement et le carnet de déclaration rarement paraphé et signé....
Je suis désigné pour faire équipe avec un ancien qui pour une fois n'a pu échapper au service extérieur...en effet c'est ce genre d'individu que l'on cache au sein des escadrons (de l'époque) parce qu'il ne sont pas très représentatif à cause d'un exces régulier de la dive bouteille...on les affecte généralement aux cuisines pour leur éviter la tentation de piccoler (tiens donc), comme plongeur ou éplucheur de légumes....
Il est petit ,obèse, le pif en patate et violassé comme une aubergine, l'oeil morne, la démarche mal assurée, une tenue qui date de son stage d'après guerre, c'est à dire en flanelle avec des galons sur les manches qui monte jusqu'aux coudes, le képi qui à subit moultes intempéries et qui à la visière en " tremplin de ski", une chemise trouée par les cendres de cigarettes roulées à la main qui s'y sont posées.... une race de Gendarme qui heureusement était envoie d' extinction....Nous voilà au bord de la route, nous formons un couple vraiment mal assorti, une jeune grand et mince, tiré à quatre épingles et un petit gros rougeau mal fagoté..... les voitures passent , certaines ralentissent, nous klaxonnent, les passagers se marrent, font des signes , signes qui ne trompent pas sur le vice de mon équipier (main fermée en rotation devant le nez)...j'ai honte à me mettre dans un trou de souris, je suis mal à l'aise et il me tarde d'en finir avec se service..... dès le retour à la caserne je demande un entretient avec l'adjudant d'escadron pour lui expliquer mon état d'âme et de lui demander de ne plus me mettre en service avec ce genre d'individu.....situation qui ne se reproduira plus....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Dim 15 Aoû 2010 - 8:00

En Martinique alors que je faisais partie du Groupe d'intervention (les ELI n'xistaient pas encore) par un, bel après midi antillais , nous sommes alerté par la BT qu'une tentative de viol venait d'avoir lieu dans une bourgade proche de la caserne.... Notre rapidité d'intervention nous permis d'être sur place en quelques minutes...un bouclage est fait par les pelotons mobiles et le groupe d'intervention est chargé de fouiller la zône...seul renseignement donné par la victime ,l'individu , un antillais ne portait qu'un slip de couleur rouge... les cris de la femme l'a fait fuire , il serait entré dans la brousse.....toute personne masculine devait à notre demande nous montrer non pas ses papiers mais la couleur de son sous-vêtement...je ne vous dis pas la tête des gens, et il fallait à chaque fois expliquer les raisons d'un tel contrôle....une voiture engagée dans un petit chemin ou un jeune homme présentait "ses hommages" à une dame fut stoppé net dans ses ébats ..."contrôle Gendarmerie veuillez nous présenter votre slip SVP...." il fallait voir la tête du gars et de la donselle....après une brève explication , le jeune homme à poil retrouva sous la pédale d'embrayage son slip..heureusement pour lui il était bleu...." merci vous pouvez continuer"...je doute que les opérations aient pu reprendre.....bref l'individu rechercher fut signalé et arrêter dans la soirée...plus d'une centaine de sous-vêtements ont été contrôlés dont certains dans un état plus que douteux.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Dim 15 Aoû 2010 - 8:21

C'est à la Guadeloupe cette fois, que se passe ce qui va suivre....

En 1976 l'éruption du volcan de la Soufrière est iminant, les autorités avec le conseil des scientifiques décident d'évacuer toute la population qui habite autour de la montagne, celà fait environ 75.000 personnes. Une zône est délimitée , il sera interdit d'y pénètrer, la gendarmerie mettra en place des postes de contrôle et effectuera des patrouilles à sa périférie....Mon peloton ,commandé par un brave et paternel A/C est désigné pour prendre position dans un village au Nord de Basse-terre...Ce village est envahi par les personnes évacuées, il n'y a plus de place, les bâtiments officiels comme privés sont occupés....Principal soucis pour l'A/Chef, trouver un cantonnement pour ses hommes....après plusieurs heures de recherches et de discutions avec les autorités locales, aucun endroit n'est disponible sauf un....
L'A/chef tout content, vient nous faire part de sa découverte , celle d'un cantonnement pour le peloton. Nous sommes tous heureux, nous allons enfin installer les lits Picots et nous reposer un peu, nous sommes sur le terrain de 6 heures du matin....Bon les gars, il va falloir attendre un peu avant de s'installer, le local ne sera libre que vers 15 h.... je suis désigner pour accompagner l'A/C jusqu'au local afin de préparer l'accueil du peloton....stupéfaction le local est occupé par un mort, que la famille et les amis veillent....l'enterrement aura lieu à 15 h , ce local à notre disposition est la morgue....tolé général,mini émeute, personne ne veut logé à cet endroit, notre A/Chef déçu et penaud ne sait que faire , un coup de bol, un petit local vidé de son bric à brac nous servira pendant plusieurs jours de cantonnement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Dim 15 Aoû 2010 - 8:59

Deux pelotons Mobiles de la Guadeloupe avaient embarqués sur le bâteau Batral le "Francis Garnier pour se rendre aux iles de Saint Barthélémy et de Saint-Martin ou devait se dérouler des élections prévues "houleuses"...Le navire restera ancré dans le port de Gustavia à St-Barth, il servira de cantonnement au deux pelotons....couchage et repas à bord, bronzette à la plage ou sur les filets de la plate-forme hélico, pêche à la ligne , plongée sous marine, de vraie vacances......a part quelques éléments en alerte et de permanence, le reste du personnel pouvait jouir des lieux , faire du tourisme....ou comme beaucoup se mettre à la terrasse d'un bar,sur le port ,face au bâteau....les incessantes descentes et montées de léchelle de coupée par les gendarme se déroulait toute la journée et une bonne partie de la nuit...quelques jours après notre arrivée le "Pacha" du navire demanda au chef de détachement que les gendarmes adoptent les mêmes régles que les marins...c'est à dire saluer la "coupée" avant de poser le pied sur le bâtiment...c'est ainsi que se mis en place le moment de divertissement très prisé des gendarmes, admirer la montée de l'échelle de coupée et admirer le superbe salut du vieil A/Chef gentillement surnommé "Pépé". En effet ,le climat et l'ambiance des îles antillaises étaient propices a l'adoption des tenues vestimentaires qui n'ont rien à enviées à celles du fameux "Magnum". Les bermudas et chemises à fleurs très voyantes étaient l'accoutrement favoris de la troupe hors service bien entendu.Les places étaient chère à la terrasse du café, tous attendait "Pépé"....le voilà qui arrive enfin, nous reconnaissons son pas lourd aux bruits caractéristique de ses "claquettes" , vétu d'une chemise bariolée à souhait, d'un bermuda tout autant fantaisiste, un superbe chapeau de paille, des lunettes de "miafosio",un sac jaune canari renfermant quelques achats de souvenirs locaux... voilà notre Adjudant/Chef qui emprunte l'échelle de coupée..... au dessus de cette dernière, il prend la rigidité nécessaire et salue réglementairement le drapeau et la coupée, doigts joints sur le bord du chapeau de paille..... fou rire général à chaque fois, on ne se lassait pas de ce spectacle....celà duré plusieurs jours jusqu'au moment ou une personne alla lui faire remarqué qu'il était en civil....depuis on s'emmerde un peu à la terrasse....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Dim 15 Aoû 2010 - 9:30

une anecdote qui se passe sur "le caillou" j'étais cantonné à La Foa

J'étais ce soir là ,de repos et nous avions prévu avec les copains de passer notre soirée à Nouméa au "Bal à Jules à la baie des Citrons..pour ceux qui connaissent...mais chutttt! je n'en dirai pas plus....bref

Etant retardé par un service imprévu, je décide de rejoindre les amis plus tard dans la soirée...je me débrouillerai pour faire du stop ...la nuit commençait à tomber lorsque je pris position sur le bord de la route.... très peu ,voir pas de circulation....celà ne va pas être facile d'aller à Nouméa...au bout d'une demi-heure une petit car arrive une musique très forte qui s'en échappe, le conducteur stoppe et me fait monter... présentations brèves , il est chauffeur de bus,il demeure aux environs de Nouméa, je lui demande s'il est antillais, car la musique diffusée par le lecteur de cassettes est du Zouk....en effet, il est Martiniquai.....il veut bien m'emmener jusqu'à la baie des citrons à une condition..que je lui rende un petit service....pani problem ! ....lui dis-je....et c'est là que je met le doigt dans l'engrenage......

Voilà me dit-il, j'ai une femme extrèmement jalouse...je suis vachement en retard, car je suis allé voir une de mes maitresses...alors si vous pouviez dire à ma femme que je suis tombé en panne et que vous, qui passiez par là m'avez aidé a réparer celà arrangerait bien mes affaires.....nous passons en vitesse à la maison, nous expliquons à ma femme, on boit un ti punch et je vous amène à la baie des citrons....Ok !
Nous arrivons à la maison, personne...la femme n'est pas là ,désarroi du gars...elle est parti à ma recherche sans doute, c'est qu'elle est tellement jalouse....nous buvons quand même un pi punch, c'est alors qu'une voiture arrive à fond de train, une furie en descend, et la fête du conducteur de bus commence....je vous passe les noms d'oiseaux et insultes diverses....çà chauffe sérieux tout juste si la vaisselle ne passe pas par la fenètre....il se défend comme il peut et crie à sa femme "mais demande à monsieur c'est lui qui m'a dépanné sur la route", je tente d'expliquer et de confirmer ses dires, mais voilà que c'est à mon tour d'affronter l'ouragan...taisez-vous, ...vous êtes aussi menteur que lui, ah! vous faites une belle équipe, vous allez voir les femmes ensemble, vous êtes complices etc...etc.... ben, je viens de prendre une sacrée "avoinée"....le couple part discuter ou plutôt s'engueuler" dans une autre pièce, je reste seul à la cuisine, je me sert un pi-punch pour me remettre de mes émotions en écoutant la suite des opérations...au bout de quelques minutes, les cris diminuent puis disparaissent comme par enchantement....les deux tourtereaux émergent, se font des bisous, tout est rentré dans l'ordre comme si rien ne s'était passé....ils décident de m'emmener à Nouméa et après m'avoir déposé, ils iront se faire un bon resto pour se faire pardonner.....ben ! je m'en souviendrai de celle-là ... moi qui voulait rendre service.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Dim 15 Aoû 2010 - 10:14

bonjour...dans "la mobile" de lépoque que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre, pour avoir un poste à responsabilité et ainsi échapper aux diverses corvées dont certaines ne sont là que pour occuper le personnel, il fallait "passer des examens comme le B.A (brevet d'armes) chose que j'ai faite....ainsi je me suis retrouvé désigné-volontaire-à l'insu de mon plein gré barman au mess de l'escadron... tous les matins à charge pour moi de faire l'inventaire, de recomplèter les frigos, nettoyer et "faire la caisse".... un quart d'heure après la prise du boulot le "premier client" vient rôder du côté du bar, puis deux, puis trois...les "anciens" ont besoins d'un p'tit blanc ou p'tit rouge pour attaquer la journée....dans la matinée je suis régulièrement dérangé par ces assoiffés qui trouvent toujours un truc pour piccoler....ainsi je me souviens de cet ancien qui tous les matins sur les coups de 10 h , venait me commander "en vitesse" comme il le dit ,2 blancs, un pour lui , un pour son copain....tremblotant il avale son verre, puis regardant sa montre , s'exclame " mais que fait-il" eh! bien tant pi s'il ne vient pas je bois son verre, il est payé...et chaque matin le même sénario.....il se tapait deux blancs

et celui là ,un vieux Chef qui avait fait "l'indo", qui venait en douce me demander un blanc sec....il avait 40 centimes et le verre en coutait 30...alors il buvait un peu et me demandait de lui en rajouter pour les 10 centimes qui restaient.... il payait toujours en petite monnaie, qu'il "piquait" à sa bourgeoise quand il allait au pain.......

Le bar dans un escadron apportait beaucoup d'argent, je me souviens de certains "fusillés" sur le carnet de notes car ils n'allaient pas au bar.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Dim 15 Aoû 2010 - 10:26

bonjour.... comme tous les jeunes arrivant du stage, l'instruction continue en escadron, il faut déjà préparer le fameux C.A.T qui vous donne droit à passer de carrière....Nous n'avions pas toujours des instructeurs motivés ou ayant une instruction suffisante, certains étaient désignés d'office et ne prenait pas beaucoup à coeur leur mission...au diable la pédagogie.... bien souvent l'instructeur nous faisait la lecture mot pour mot du bouquin que nous recopions bêtement..... cependant nous passions quelques fois de bons moments..Ainsi ce vieux Chef qui avait fait plusieurs séjours en Indo, nous dispensait des cours qui ne le passionnait pas du tout, celà se voyait ,et nous en étions peinés pour lui...Nous avions trouvé "le joint" pour dériver du cours et parler d'autres choses..." il suffisait que l'un d'entre nous dise " c'est pas comme en Indo hein! chef"...et voilà que notre gradé était reparti en jonque ou sur les hauts plateaux du Tonkin.... nous narrant avec détails et gestes à l'appui toutes ses campagnes d'extrème orient....les heures passaient vite et nos connaissances en C.A.T restaient au point mort...que diable, rien ne vaut l'indo ...hein! Chef......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Dim 15 Aoû 2010 - 10:37

La "Bobine", c'est le surnom donné à un ancien, il était mécano-bricoleur-magouilleur au garage de l'escadron....lui aussi avait fait l'indo, non pas dans les troupes combattantes, mais dans un "claque" à officiers à Saïgon...en effet il était responsable du recrutement et de "l'animation" d'une maison close réservée à l'élite de l'armée coloniale française.....je ne dis pas qu'il n'a pas mérité la Médaille militaire qu'il arborre fièrement lors des prises d'armes, mais avoué qu'il risquait dans son boulot plus d'attrapper une "chaude lance" qu'une balle de fusil.... Mais voilà à chaque fois qu'une prise d'armes se déroule à l'escadron le Colonel ou le Général reconnaissent "la Bobine", qui ne manque pas en privé de leur rappeller de bons et vieux souvenirs....moi le Colon je l'ai connu Lieute, et le Gégène c'était un bon client çà......sacré la Bobine....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El jubilado
2 étoiles
2 étoiles


Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Un bol de café, comme d'hab.   Dim 15 Aoû 2010 - 19:35

@ baroco,

Merci à vous de nous faire profiter de vos bons souvenirs.
Et j'imagine, que nous aurons encore le plaisir de vous lire.
L'histoire de ce gradé qui, chaque jour, commandait deux blancs, un pour lui et le second pour son copain, toujours à la bourre, me rappelle celle d'un brave A/C du Train, bardé de médailles et fort sympathique.
Etant engagé, je couchais à l'extérieur du cantonnement. Comme tout bon militaire, je me faisais un devoir de prendre mon petit-déjeuner, vers 07:45, avec mes camarades.
Parmi les fidèles consommateurs, il y avait un adjudant-chef (je ne souviens encore de son nom et pourtant nous n'appartenions pas à la même arme et ça fait une paille), plutôt discret, toujours tiré aux quatre épingles.
Un matin, j'étais déjà en plein travail, café + croissants, l'adj/chef entra dans le mess, salua tout le monde et s'adressa au serveur : " comme d'habitude, un grand bol."
Mon attention fut attirée par la moue de mon ami Gérard (à la fin de son contrat Gégé fit carrière à la GRP, lui) laissant plâner un doute quant à la boisson réellement présente dans le bol de notre voisin.
¡ Le serveur du Mess s'était sacrément planté !
A la place d'un bol de café bien chaud, il apporta à ce brave sous-officier, un bol de vin blanc sec, bien frais.
N'importe quoi !
Pas la peine de souffler A/C, ça ne brule pas les lèvres, le reste...
A croire qu'à cette époque, la formation des serveurs mess du BTIA 204, Camp Guynemer, laissait à désirer.
Je tiens à saluer l'esprit de camaraderie de cet adjudant-chef qui ne signala jamais les faits, pourtant réitérés, au commandant du Bataillon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Lun 16 Aoû 2010 - 9:58

Pour un jeune gendarme arrivant dans un escadron ce n’était pas toujours facile, la vie que l’on avait imaginée n’était pas au rendez vous…beaucoup ont été déçu et certains sont partis….

Les jeunes se comptaient sur les doigts d’une main, ils arrivaient au goutte à goutte, la majorité de l’escadron était en grande partie composée d’anciens qui avaient fait l’algérie, l’indo voir la résistance….je ne veux pas dire qu’il y avait des brimades, mais il fallait marcher droit et dans le bon sens…pas question de se mettre n’importe ou dans les rangs au rassemblement ou dans le car…l’ancien avait sa place attitrée, le jeune se mettait ou il pouvait ou plutôt à celle que l’ancien lui attribuait…les anciens étaient en sorte une aide précieuse pour les gradés, c’est eux qui se chargeaient de leurs »éducations »…Quand aux gradés, plus rien à voir avec la hiérarchie de nos jours…un Chef s’était quelque chose, ne parlons pas des autres, quand nous rentrions dans le bureau de l’Adjudant d’Escadron ou celui du commandant d’unité s’était bien souvent pour se faire souffler dans les bronches….

les punitions étaient courantes, encouragées par les anciens qui voyaient là l’occasion d’échapper pour un bout de temps aux tours de garde…..Pour des chaussures mal cirées, un bouton manquant ou des cheveux pas assez courts le tarif était un tour de garde le dimanche..sans récupération bien entendu….la liste d’attente était parfois longue, certains avaient deux ou trois tours de punition d’avance…. Je ne parle pas de la déception des familles ainsi privées elles aussi des sorties dominicales et des rares moments de loisirs..Ce n’était pas marrant de dire à son épouse et a son fiston « non nous ne sortirons pas dimanche, papa est puni il va passer dimanche au poste de police »….En plus des tours par punition il y avait les autres en supplément..les anciens choisissaient leur faction et le jeune se tapait la plus mauvaise c'est-à-dire celle du milieu de la nuit.

Ce n’était pas le temps du week-end complet ou des 35 heures… nous n’avions que le samedi après midi et le dimanche quand nous n’étions pas en déplacement ou en service police route , enfin pour ceux qui n’étaient pas puni ou de corvées de douches…en effet le samedi après midi les douches collectives fonctionnaient pour les familles, les logements ne comportait pas de salle d’eau il fallait se laver à l’évier ou avec une cuvette, il fallait donc du personnel pour allumer et entretenir la chaudière et effectuer le nettoyage…

Il n’y avait pas intérêt à oublier de saluer un gradé, ou de sortir sans calot ou képi ou les mains dans les poches, la sanction tombait aussitôt….comme tout le monde ne pouvait trouver un poste ou du travail, des « commandos binettes » étaient créer, un groupe de quelques jeunes sous la surveillance d’un chef avaient pour mission de biner l’herbe aux quatre coins de la caserne…le chef délimitait et affectait la portion de sol à chacun…gare aux trainards….une fois qu’une partie était désherbées, nous passions à une autre, puis au bout de quelques jours il fallait de nouveau enlever l’herbe qui avait repoussée aux endroits précédents…je ne suis souvent demandé pourquoi ne pas mettre du désherbant…. »le chef m’a dit ..vous réfléchissez trop, ….allez binez au lieu de discuter» cette période pour nous était très déprimante, certains ont craqués et sont reparti dans le civil ou dans la police…quand l’herbe était épuisée et que la saison de la chute des feuilles arrivait les commandos « ramasse feuilles » étaient en place …c’était la valse des râteaux- brouettes, et des crises de nerfs….la place d’arme complètement débarrassée des feuilles mortes se retrouvait subitement souillée par un coup de vent assassin.. le chef ne voulait rien savoir…il y avait encore des feuilles au

sol….nous tentions bien de secouer les branches et troncs afin de tout faire tomber, mais rien à y faire, les corvées se succédaient pendant toute la saison d’automne….

Une corvée qui nous plaisait bien était celle qui consistait à descendre à la cave sous le bâtiment administratif pour y couper des « buchettes » pour faire de l’allume-feu….a deux ou trois nous passions de bons moments, assis, sans gradé sur le dos, en discutant et en nous évadant mentalement….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Lun 16 Aoû 2010 - 10:00

L’examen dans la poche il fallait être autorisé et être accepté pour préparer le brevet d’armes B.A 1 qui assurait une carrière en mobile et qui pouvait ouvrir la porte de l’avancement, cette position de préparation au B.A vous assurait un certain respect et vous éloignait des diverses corvées, nous étions alors considérés comme « petit chef » au même titre qu’un gendarme ancien….Le B.A de cette époque vous donnait la capacité de commandant de peloton, blindé ou porté….30 ans plus tard on ne nous donnerait même pas la responsabilité de chef de bord dans un véhicule…tout change, notre belle arme est devenue une armée Mexicaine ou tout le monde est gradé… en fin de carrière avec le grade d’Adjudant je commandais « que dalle » ! ….bref



Heureusement, il n’y avait pas que la vie en caserne, il y avait régulièrement des déplacements, je me souviens de mon premier, j’ai rejoins par le train l’escadron a Guingand en Bretagne, il était chargé de surveiller les perceptions afin d’éviter les plasticages du FLB…le personnel par groupe de deux étaient déposés à la nuit en civil au abords des établissement et étaient récupérés au petit jour..c’est la seule fois en mobile ou j’ai pris le service en civil, ce qui était marrant c’est que le véhicule qui procédait au délestage des binomes était aux couleurs de la gendarmerie..pour l’incognito il fallait repasser…. Tous les gendarmes pour l’occasion avaient adoptés, l’imper et le chapeau de feutre, cela faisait un peu « gestapo ». Pour mon grand malheur et pour le bien être de mon éducation, je me suis retrouvé dans une chambrée d’anciens, ces « vieux de la vieille » que l’on ne sort pas et qui ont une fâcheuse tendence à siphonner tout liquide alcoolisé se trouvant à leur portée…ils travaillent soit aux cuisines comme plongeurs, soit à l’armurerie ou au matériel…

Ma première nuit de mobile en déplacement fut un cauchemar, ronflements, rêves , cris, sursauts, …..les anciens revivaient entre deux rasades de pinard leurs guerres et campagnes et pour réactiver leurs souvenirs ils les entretenaient au gros rouge….sous les lits des bouteilles, des munitions pour la nuit, pleines au couché, vides au réveil….une cafetière de vin chaud mijote doucement toute la nuit sur le poêle , amenant un parfum particulier à cette nuit mouvementée..je n’ai pas fermé l’œil de la nuit, dès le lendemain, je suis allé voir l’A /d’escadron pour lui demander de me changer de chambre, chose qu’il a accepté……
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Lun 16 Aoû 2010 - 10:01

L’art de faire une cantine est encré en moi pour l’éternité, je l’ai tellement faite et défaite, en France comme aux 4 coins du globe…personne ne doit y toucher, même mon épouse n’a pas l’autorisation je la fait moi-même…d’abord les vêtements « civils » et s’il reste de la place les tenues…..c’est tout un art de confectionner une vraie cantine de moblots….j’ai fait un cours sur la cantine alors que j’étais instructeur à l’ESOG de Montluçon, pour le plus grand plaisir des élèves….

Surtout ne rien oublier, chaque chose à son importance, cela va du bout de ficelle au radio cassettes, quand une fois nous avons oublié, nous ne recommençons jamais la même erreur….rien de sert d’emmener une cantine de 60 kilos, il faut que ce qu’il est utile et nécessaire…mais rien n’est plus désagréable de constater que l’on a oublié à la maison les chaussures civiles ou la trousse de toilette…

Qui dit déplacement, dit éloignement et naturellement retour à la maison…quelques jours avant la fin du déplacement c’est l’effervescence pour ne pas dire la frénésie générale, le mâle en rut qui sommeillait en nous se réveille..c’est le moment de l’achat des petits cadeaux..pour maman, et pour les gosses pour qu’ils nous fichent la paix au moment tant attendu de l’accouplement sauvage et bref d’un retour de mission….

Les enfants sont autour de place d’armes, ou à la barrière du poste de police…ils attendent les bus et les Papas, les épouses sont allées chez le coiffeur, pomponnées de partout, des dentelles des frous-frous, du parfums à la louche, enfin tout pour émoustillés leur homme…enfin le premier bus franchi le portail, puis le deuxième , le troisième, voilà papa….d’autres enfants sont déçus, leur père ne viendra que plus tard dans la soirée, il est avec le convoi lourd…pour les autres ce n’est qu’embrassades et câlins…la nuit promet d’être chaude à l’escadron….le convoi lourd arrive avec quelques heures de retard, il faut décharger une partie des camions, en priorité les cantines, le reste attendra demain ou la reprise du travail se fera à 9 heures.. avant de penser à la famille il faut décharger les cantines dès l’arrivée du convoi lourd, et les amener devant les portes des appartement, encore un boulot pour les jeunes, … après un bref rapport, la grâce matinée est octroyée aux personnels rentrant de déplacement….une aubaine pour ceux et celles qui sont « du matin »…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Lun 16 Aoû 2010 - 10:03

Lors d’un départ en déplacement c’était toujours la hantise de la » panne de réveil », les jeunes dorment bien et c’est toujours difficile à 22 ans de se lever tôt…les départs sur Paris s’effectuait à 4 ou 5 heures du matin…garde aux retardataires, il se condamnaient a un mois de purgatoire….d’ou la nécessité de préparer toutes ses affaires la veille….Une seule fois je suis arrivé en retard, l’escadron m’attendait, un copain est venu frappé à ma porte, je me suis jamais si vite habillé…heureusement pour moi que tout était prêt…le départ par ma faute a été retardé de 20 minutes….je ne vous dis pas la remontée de bretelles…ce n’était pas la peine de sortit l’éternelle formule « le réveil n’a pas sonné » … pendant 15 jours j’ai été dans le « collimateur » des gradés..il ne m’était pas nécessaire de regarder la feuille de service pour savoir qui serait de corvée ou de première faction à terre….c’était naturellement ma pomme….une « connerie » d’un camarade me libérait de ces punitions , c’était à lui de prendre la relève des corvées….et ainsi de suite…. J’en ai été tellement traumatisé que plus jamais je n’ai raté un départ, même à la retraite l’heure c’est l’heure…..

Les corvées, si se mot à choqué après mai 68 et changé en « servitudes pour faire bien , il rien n’a changé, la merde reste de la merde et il faut bien la nettoyer…à force de tout vouloir changer on en arrive au point ou l’on en est aujourd’hui…. Une gendarmerie moribonde qui vit ses dernières heures… ( oui on en reparlera….)bref

Quelques années de cette vie en mobile vous forge un homme, vous apprends beaucoup, surtout la vie en collectivité et le respect de l’autre…si nous nous moquions des anciens qui picolaient ce n’était jamais méchant, nous les respections comme des pères, nous savions par ou ils étaient passés et les durs moments qu’ils ont vécu , on ne sort pas indemne d’une année ou deux dans un poste en brousse en indo ou en Algérie….Ils nous ont beaucoup appris et je les remercie, il ont fait de moi un homme droit et honnête, fier de son métier et de son pays… J’ai été je crois un bon Gendarme et Je pense avoir été un bon gradé, c’est un peu grâce à eux .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Lun 16 Aoû 2010 - 10:37

En déplacement sur l’ile de Saint-Martin à l’occasion de la visite du premier Ministre Jacques Chirac, nous avons effectué un service d’ordre tout au long de l’itinéraire ….le discours a lieu à la Sous-préfecture, il y a foule….une autre unité est de service et nous ,nous sommes en réserve à l’intérieur de l’établissement…une salle est mise à notre disposition….dans cette salle se trouve un énorme frigo…curieux comme peuvent l’être des mobiles, nous jetons un œil sur son contenu…Surprise l’appareil est chargé du haut en bas de bouteilles de champagne….un serveur,pantalon noir ,veste

blanche et nœud pap, passant par là, est interpellé « pardon monsieur, ces bouteilles à qui sont-elles destinées » , l’homme nous réponds « c’est pour vous, vous pouvez y aller » ni une ni deux voilà les moblos en train de se servir, les bouchons sautent, les verres qui se trouvaient dans des boites en cartons sont rempli, tous profitent de cette aubaine….il n’a pas fallu bien longtemps pour tarir la source…..c’est alors que le discours prenant fin, une escouade de serveur se rendent au frigo…cri de stupeur du responsable « qui à bu le champagne de Chirac » comme l’éclair nos officier et gradés supérieurs quittent la salle, …. Les serveurs nous engueulent, nous essayons de nous expliquer, l’esclandre arrive aux oreilles du premier ministre qui s’inquiète …le responsable de la réception mis au courant téléphone de suite à tous les hôtels de l’ile afin de récupérer du champagne pour M.Jacques Chirac qui crève de soif….cette histoire à fait le tour de l'ile et même le premier ministre a été mis au courant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Lun 16 Aoû 2010 - 15:07

Lors d'un départ sur la capitale pour un M.O, un copain un peu à la bourre arrive pile poil au départ des cars....il a eut chaud, celà m'empêche pas quelques remontrances de la hiérarchie....ceci n'est qu'un avertissement attention à la prochaine fois....au bout d'une heure de route nous remarquons que le copain n'a pas de cravatte, dans la précipitation il l'a oublié....personne n'en a une de "secours sous la main pour lui prèter... il ne va pas échapper aux sanctions en cas de découverte de se manque....la tenue c'est la tenue....la tenue du M.O de cette époque est simple, tenue bleue, pantalon avec élastiques sur les randgers, chemise bleue cravatte...rien a voir avec la 4 S....pour éviter à notre copain des sanctions, nous avons une idées qui s'est avérée lumineuse...prendre une sangle de l'étui du masque à gaz, récupérer tous les stylos noir disponible et colorier en noir cette sangle. Discrétement tous y mettent la main et nous vidont quelques stylos pour arriver à noircir cette sangle....une fois terminé, le noeud fait....cette dernière passée au cou est ajustée correctement, la ressemblance de loin avec une cravatte réglementaire est parfaite... ni vu ni connu ainsi notre camarade à pu échapper à une sanction...nous sommes fier de nous et d'avoir ainsi roulé dans la farine les gradés.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Lun 16 Aoû 2010 - 16:52

bonjour et merci El Jubilado pour ta participation à la rubrique anecdotes...c'est vrai que dans une carrière on en voit de drôles alors pourquoi pas en faire profiter tout le monde....pour moi qui aime écrire je me régale.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Lun 16 Aoû 2010 - 17:06

bonjour...alors que je me trouvais en renforts estivaux à l'ile de Ré, je suis amené un jour de marché à régler la circulation au centre ville. Il y a bien entendu beaucoup de touristes pour acheter des légumes. Je me place comme d'habitude au centre du carrefour et fait de mon mieux pour faire traverser les piètons et faciliter le passage des voitures...depuis un certain temps, je m'aperçois que les passants me regarde en rigolant, certains même s'arrêtent d'autres me prennent en photo...pas rassuré du tout, je pense avoir une anomalie dans ma tenue, ai-je la braguette ouverte ou un trou aux fesses.... je fais semblant de ne rien voir et continue ma régulation...Une passante ayant surement pitié de moi et ne supportant pas que l'on se moque d'un représentant de l'ordre me dit discretement à l'oreille " Gendarme sur votre képi il y a un papillon" Aussitôt je me saisi délicatement de mon couvre-chef et je constate d'effectivement sur la grenade est posé un superbe gros papillon jaune qui ouvre et ferme ses ailes....voilà l'objet des rires.....d'un léger revers de main j'invite cet insecte à allez jouer ailleurs, ma grenage jaune d'or ne peut rien contre l'appétit sexuel de cette bestiole
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El jubilado
2 étoiles
2 étoiles


Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 03/07/2010

MessageSujet: L'Ile de Ré...   Lun 16 Aoû 2010 - 18:28

Buenas tardes Baroco,

J'habite dans un pays oú il fait très chaud en été, surtout les AM.
Alors j'en profite pour allumer mon PC.
Je viens de te lire et te remercie pour ton message amical.
Tu sais, au début des années 70, dans le car de brigade, un jeune gardien CRS n'aurait pas osé poser son auguste postétieur n'importe oú.
Seuls les anciens étaient habilités à t'indiquer ta place.
Inutile d'insister, sinon tu feras un vol de nuit.
Avant d'effectuer mon stage motocycliste au CNIAPN de Sens, j'ai fait un peu de SG, comme tant d'autres jeunes policiers.
A cette époque, et même jusqu'en 1985 ou 1986, il y avait quelques anciens qui avaient baroudé aux quatre coins du monde.
Beaucoup d'entre eux consommaient, mais ils ne buvaient pas.
Un CRS ne boit pas, il se désaltère.
La plupart étaient sympas et le MO n'avait aucun secret pour eux. Ils avaient vu et vécu tellement de moments difficiles, en Indo et en AFN, ils étaient blindés, n'évoquant qu'exceptionnellement leurs aventures passées.
Un de nos officier, aujourd'hui décédé, était un ex Lieutenant du 1er REP, d'autres avaient également servi dans des unités prestigieuses, certaines furent dissoutes en 62, à l'instar du 1er REP.
J'ai connu un gradé, une force de la nature, décoré comme un arbre de Noël le 25 décembre. Décorations qui sanctionnaient ses actes de bravoure durant toute la campagne de la 2eme DB.
En (+ ou -) 1960, n'avait-il pas bien compris ou bien entendu les ordres venus d'en haut : " surtout, vous ne tirez pas, aucun incident..."
¡ Déjà !
Toujours est-il que pour lui et ses hommes placés sur le barrage, hors de question de se laisser égorger sans broncher.
Chose promise, chose due... la poudre parla et les "bandits" firent demi-tour.
Tous, le brigadier et les 8 ou 10 gardiens, rentrèrent entiers à Marseille, services 3 pièces opérationnels et ils eurent beaucoup d'enfants. Sept, en ce qui concerne cet ancien sous-officier qui signa chez les flics.
Un jour, j'ai eu le plaisir de le croiser près du Vieux Port. Quelle joie de le revoir. A côté d'un gars comme lui, je me sentais petit, je ne savais rien de la vie.

L'ile de Ré, un DP animé en 74, nous n'avions pas le temps de dormir et encore moins de repasser nos chemises en nylon.

Mais force resta à la loi.

Cordialement, A +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 9:33

La vie en déplacement était tout autre de celle actuelle, les cantonnements n’est pas classés dans les 3 étoiles….généralement nous allions dans des casernes , centres mobilisateur, tout dépendait du service ou de la ville… à cette époque pas question d’être logé à l’hôtel…il nous est arrivé dans le sud de la France d’être logés dans une école maternelle…je ne vous dit pas les problèmes pour aller se laver et aller aux toilettes…c’est là qu’il faut bien viser…..les chambrées de 12 et plus étaient courantes, le concert de ronflements la nuit était quelques fois insupportable, tout comme les odeurs, certains n’étaient pas très copain avec le savon ou la propreté vestimentaires,… j’ai vu certaines chaussettes tenir tout le déplacement, et des slips portés 15 jours à l’endroit et quinze jours à l’envers….. la nuit ce n’est que bruits de cantine, il y en a toujours un pour taper dedans quand il se rend aux toilettes…Souvent les parties de tarots durent une bonne partie de la nuit, dormir dans la fumée de cigarette n’était pas très agréable, le matin c’était des monceaux de mégots sur la table parmi bouteilles de bières vides….De la fumée nous en avons avalé des jours et des nuits, pendant des années, en effet les trois quart de l’escadron était fumeur, les clopes étaient fournie par l’état, chaque mois nous recevions notre ration de poison ( certainement pour ne pas payer trop longtemps les retraites) alors dans le car en réserve MO c’était « l’enfumoir » une odeur très forte de tabac, du blond, mélangé au gris, de l’américaine à la gitane papier maïs…nous vivions dans cette fumée des heures entières. Tout est imprégné de cette odeur, surtout les vêtements, que les femmes étendaient dehors à chaque retour car elles infestaient les appartements….dans les bus il y avait aussi le ravitaillement boissons, jamais nous ne partions sans faire le plein, la bière avaient priorité sur le jus de fruit..les anciens apportaient eux même leur ration quotidienne de gros rouge….Les repas nous étaient emmenés sur le terrain par le gérant ou son aide nous arrivions à manger chaud à condition que le gérant ne se perde pas en route. Les « touques » ou Norvégiennes contenaient tout le repas, entrée, viande, légumes, dessert…. Une caisse de vin et un peu d’eau était allouée à chaque véhicule…c’est toujours au moment de manger qu’il fallait partir et de s’équiper en tenue M.O…qui n’a jamais connu un départ sur les « chapeaux de roues » avec une assiette de petits pois sur les genoux…..une expérience à vivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 10:05

Le service à terre n’était pas souvent agréable, passer deux heures de nuit à faire les cent pas au coin d’une rue ventée n’est pas très motivant…la relève est toujours la bienvenue. La journée dans Paris ce n’est pas la même chose, pour nous distraire il y a les passants et surtout les touristes qui ne manquent jamais de vous demander la direction de la place de l’étoile ou des Champs Elysées… avec nous pas de problème, c’était toujours tout droit, quelques fois les touristes expédiés dans une mauvaise direction revenaient, heureusement la relève avait été faite, et c’est depuis le car que vous voyez votre copain se débrouiller avec le groupe de Japonais. Regarder passer les jolies filles était une de nos occupations préférées surtout en fin de déplacement ou le manque d’affection se faisait cruellement sentir…..La nuit au coin d’une ambassade, il n’y a pas grand-chose à faire pour se passer le temps. Bienvenu au « clodo » de passage, avec qui il était possible de tailler une bavette ou le regarder faire l’inventaire des poubelles du voisinage….il est même arrivé à certains de fouiller les poubelles, j’ai connu des collectionneurs de timbres poste qui ont ainsi fait des découvertes, d’autres ont ramenés divers objets, d’autres des rames de papier…Je me souviens même d’ une altercation entre un gendarme et un clodo au sujet d’un même objet convoité….
Tout était bon pour passer le temps, je m’amusais à compter le nombres de pas entre deux poteaux, le nombre de pavés, le nombre de passants barbus, ou portant un chapeau etc….la faction finie, il fallait dormir jusqu’à l’heure de la suivante. Généralement cela nous faisait 4 heures de sommeil ou 6 cela dépendait des postes à tenir..alors il fallait s’installer, dormir assis et tout habillé, dormir n’est pas si difficile quand on est bien crevé et quand on est jeune…avec l’âge c’est de plus en plus insupportable. Vous vous réveillez avec des courbatures et quand il faut remettre le nez dehors vous avez froid….en fin de service retour sur le cantonnement, vous retrouvez votre lit et vous vous endormez jusqu’à midi.
A cette époque, lorsque l’escadron n’est pas de service ou d’alerte, nous avions « quartier libre » c’est ainsi que j’ai découvert Paris, Paris et ses monuments , mais aussi ses coins pittoresques et coquins..Il était courant de voir arriver le matin en catastrophe un « découcheur » il récupérait de ses fatigues en dormant toute la journée dans le bus entre les factions….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 10:26

Comme la grande majorité des moblos, nous n’attendions qu’une chose, un bon M.O, un M.O avec la réquisition qui va bien . Quand cela arrivait tout le monde se serrait les coudes et çà déménageait quand le Capitaine criait « chargez » les montées d’adrénaline nous aimions celà…En ces temps là c’était clair…une réquisition, des sommations et de l’action…notre équipement était des plus sommaire tenue de service courant bleue, pantalon randgers avec les élastiques, casque lourd avec visière en plastique, gants de peau, cartouchière, Mas.36, tromblon alu, masque à gaz…l’efficacité du bon vieux Mas 36 n’est plus a démontrer, celui qui a un jour fait une » bise » à une plaque de couche peut en témoigner. A l’ordre « crosse en avant » je vous assure que ceux qui sont devant il ont intérêt à rester hors de portée de la crosse. Heureux temps ou il n’y avait pas beaucoup de « journaleux » de caméra et de téléphone portable…quelques fois il fallait retenir certains qui s’acharnait un peu trop sur des manifestants déjà bien « secoués »
Pourtant certains M.O nous inquiétaient, quand il fallait aller « croiser le fer » avec les viticulteurs du Sud-Ouest du côté de Narbonne ou avec les métallos des chantiers de l’Atlantique Les boules de pétanques bourrées à l’explosif et les lance-pierres projetant d’énorme boulons nous faisaient peur, nombreux d’entre nous ont été blessés grièvement , il y a eut même des morts….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier08
1er flocon
1er flocon


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 11:16

Bonjour Bacoco, bonjour à tous,

Tu nous fais rêver avec toutes tes anecdotes. Ca rappelle tellement de souvenir. J'ai connu un MO avec les viticulteurs, dans les années 80. C'était au mois d'avril et nous logions dans une colonie de vacance à Narbonne plage (chambrées de 50 lits...). Nous sommes restés trois semaines là bas sans jamais voir un viticulteur. Il faut dire qu'avec le nombre de litres pinard que nous leur avons acheté, ils ne venaient pas nous embêter devant la Préfecture que nous gardions la nuit. Au retour à la résidence, il a fallu plus de temps pour décharger les cartons de vin que les cantines.

au plaisir de te lire

Olivier08
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 16:34

Le M.O n’est pas le seul but des déplacements à l’époque…il fallait aussi allez garder les résidences secondaires de certaines personnalités, même en leur absence…Je me souviens d’Ascain dans les Pyrénées ou nous gardions la maison de campagne de Chaban Delmas…son âne nous tenait compagnie… puis il y a eut la longue période de Souston, avec les postes de garde dans les bois , interdiction formelle de regarder en direction de la villa et de la piscine ,la femme de Gilbert (le fiston)s’y baignait à poil et prenait un malin plaisir à se montrer aux militaires, les mobiles ne quittaient pas les jumelles des yeux….Les rondes à pied ,quand la saison était propice se transformaient vite en cueillette de champignons, je n’ai jamais vu autant de cèpes qu’à cet endroit…il était même sorti une note de service interdisant le ramassage des champignons car Monsieur le Président se les faisait « souffler » sous le nez par les moblots….. La garde de ce site l’hiver était pénible, il faisait très froid, les gradés effectuaient en permanence des rondes afin d’apporter du café chaud aux factionnaires….l’été c’était tout le contraire, la chaleur dans les pins était dure à supporter. Quelques fois nous rencontrions le Président en promenade sur les chemins, il était souvent accompagné d’amis ou de son épouse, il ne manquait pas de venir nous serrez la main et nous dire quelques mots….surtout ne rien dire de votre rencontre, car vous étiez bon pour vous « taper » un compte-rendu relatant les faits et votre conversation avec le Président…Les patrouilles éloignées en véhicules était des plus agréables, nous avions nos points de chutes ou nous pouvions » cassez une graine » ou boire un coup….En l’absence du président nous étions bien, quand il était présent toute la hiérarchie « flippait »….Comme tous les escadrons nous avions droit à notre séjour régulier en Corse, c’est fou les inaptes dans ses moments là….par contre quand il s’agissait de partir outre-mer, les anciens retrouvaient une seconde jeunesse, adieu rhumatismes, et mal de dos, il y avait du pognon à se faire…alors certains allaient pleureur dans le gilet du commandant de peloton ou du Capitaine…. Inapte pour aller à Paris, mais apte pour aller au soleil se faire de l’IJAT…telle était la politique…et bien des jeunes restaient au dépôt à cause d’eux….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katatonia57
PPM, Référent, Conseiller
PPM, Référent, Conseiller


Nombre de messages : 1070
Age : 43
Localisation : Chateau-Salins (57) - Pas de commerces, pas de loisirs, pas d'emmerdes
Emploi : CB à l'insu de son plein gré
Date d'inscription : 29/09/2007

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 17:20

En lisant toutes ces anecdotes croustillantes, je regrette d'autant plus de ne pas être allé en mobile (merci à la fille qui m'a empêché d'y aller, et merci aussi de m'avoir quitté peu après ^^). J'ai quelques anecdotes de GD aussi mais elles sont forcément plus glauques car souvent liées à la misère humaine.

L'une d'entre elles revient pourtant à mon bon souvenir :

Il y a une dizaine d'années, alors que j'étais planton dans ma grosse boutique, je reçois la visite d'une personne souhaitant déposer plainte pour des dégradations sur sa voiture. Cette personne, très bien habillée, tranchait un peu par rapport aux visites habituelles dans mon patelin de cas sociaux et d'alcooliques. De plus, il s'exprimait très bien malgré une attitude assez obséquieuse à mon égard.

Je sors avec le plaignant sur le parking et je fais trois fois le tour de sa belle BMW neuve pour constater les dégradations. J'ai beau écarquiller les yeux, je ne vois absolument rien. Le type me désigne le capot de la voiture en me disant "mais regardez, c'est flagrant ici". En collant le nez contre le capot, je constate quelques petites traces éparses de poussière sur le capot.

Je dis donc au type "mais monsieur, ce sont des traces de pattes de chat". Il me répond "oui, ce sont des dégradations et j'exige de déposer plainte". Ne voulant pas polémiquer, je commence à rédiger le procès-verbal en me disant que recueillir une plainte bidon me prendra bien moins de temps qu'à entamer un débat avec un imbécile pareil.

Pendant que je recueille la plainte du siècle, je dis au gugusse "vous savez monsieur, un chat qui se promène à l'extérieur est par définition un chat errant, il sera donc difficile d'identifier son propriétaire".

Le plaignant me dit alors "mais je sais qui est le propriétaire de ce chat !"
moi : "ah bon, et c'est qui ?"
lui : "mais Monsieur, c'est le mien !"

Là j'avoue que je suis sorti de mes gonds et le type été fermement invité à quitter les lieux dans les meilleurs délais.

Réflexion faite, je me dis que quelqu'un qui dépose plainte contre son propre chat ne doit vraiment pas être tout seul dans sa tête.....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 17:26

bonjour ...ouai, il y a vraiment des tordus en ce bas monde...et la race n'est pas prète de s'éteindre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 17:29

Nous attendions tous l’été avec impatience, en effet notre escadron étaient détaché tous les été en renforts estivaux…a cette époque nous pouvions emmener notre famille avec nous. Il y avait des logements mis à notre disposition par les communes…se n’était pas toujours le grand luxe, mais on arrivait à se débrouiller. Nous avions la possibilité de choisir notre affectation, notre choix se faisait en fonction de divers critères comme la situation géographique, la grosseur de l’unité, BT, ou Poste provisoire, la capacité des logements et bien entendu les autres personnels avec qui il faudrait travailler…Généralement les « potes » se retrouvaient ensemble..les » cons » étaient plus difficiles à caser, personne ne voulait être avec eux…mais il fallait bien trancher, alors le Capitaine prenait sa décision…en général il y avait peu de déçu….Deux mois sur la côte avec la femme et les enfants, que du bonheur malgré le travail très prenant en cette période touristique. Nous faisions de notre mieux pour aider les gendarmes départementaux et nous ne rechignons pas pour nous mettre nous aussi à la machine à écrire. Les affaires familiales étaient acheminées par camion car à cette époque les gendarmes possesseurs de voiture étaient rares, alors dans le camion qui devaient effectuer la tournée des BT et Poste, il y avait des lits, des landaux, des machine à laver etc…..Nous qui étions séparés de notre famille plus de 250 jours par an , nous apprécions particulièrement cette période, il faut dire que peu d’épouses travaillaient dont elles pouvaient sans problème venir avec les enfants….
Les célibataires ne se plaignaient pas non plus, il y avait le choix sur les plages et l’uniforme attirait les filles comme une fleur les papillons…….les plus heureux étaient sans nul doute, les gendarmes MNS ou pilote de zodiac….bronzés à souhait ils étaient les coqs et les maitres de la plage, les filles s’agglutinaient devant le poste et cherchaient le moindre prétexte pour se faire soigner par le gendarme, la moindre petite piqure ou ampoule était l’occasion de venir tenter sa chance….
Le jeune qui était sportif pouvait échapper partiellement aux corvées ou aux divers missions, en effet, il y avait au sein des unités des équipes de sport… le Cross était à l’honneur , le foot, et le pentathlon militaire, l’entrainement étaient régulier et toutes les dispositions étaient prises pour avoir de bons résultats qui faisaient honneur à l’unité..à condition d’avoir un Capitaine qui apprécia le sport….Pour les bons éléments les championnats régionaux et nationaux gendarmerie ou inter armes .
Au cours des premières années en escadron les jeunes sont envoyés quelques mois en stage Brigade, question de leur montrer une autre facette de la gendarmerie et de les orienter vers « la Blanche » car tous ne pourrons faire carrière en mobile…j’y suis passé comme les autres, j’avoue avoir été déçu. Affecté quelques mois à la BT du chef lieu, donc dans une grosse brigade, la seule fonction que l’on m’ai donné pendant toute cette période , c’est la remise des fascicules de mobilisation. Ce travail consistait à circuler en mobylette à travers la ville à la recherche d’adresses d’individu est leur remettre le fascicule les concernant…bien souvent le destinataire avait changé d’adresse, voir de région…à moi de trouver des éléments pour retrouver le gus….quelques fois je suis sorti en patrouille de nuit pour faire le nombre, mais dans l’ensemble rien de passionnant a ce stage GD….Ma décision alors était irrévocable, je resterai en mobile (j’en profite ici pour remercier ceux qui m’ont dégouté de la GD) j’ai fait une belle carrière chez les moblos…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El jubilado
2 étoiles
2 étoiles


Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 03/07/2010

MessageSujet: @ Baroco   Mar 17 Aoû 2010 - 17:31

Un jour, en escorte officielle, j'ai pu admirer cette très jolie femme.
Elle descendait d'un des véhicules du cortège et par pur hasard, nos regards se sont croisés.
Force est de reconaître que les gendarme ont très bon goût.
J'avais stoppé ma moto du bon côté, histoire d'assurer une protection efficace.
Bien sûr, elle était fort bien vêtue, magnifique, visiblement consciente de sa beauté.
Je dois avouer que j'aurais préféré assurer une protection très rapprochée.

Baroco,
Si ça t'intéresse, je te raconterai une anecdote sympa survenue en 1974 lors d'un MO "relax" dépt 17.
Rien d'extraordinaire, amusante sans plus.

A +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 17:32

bonjour..toutes les anecdotes sont les bienvenues alors lâches-toi....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bacoco
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 768
Age : 69
Localisation : Le Val d'AJOL 88340
Emploi : retraité Gendarmerie
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 18:11

bonjour...oui comme tu parles de femme, celà me fait penser à une patrouille en périférie de la ville ou dans une voiture dans un chemin creux nous avons surpris la femme d'un collègue en train de se faire "trombiner" allégrement par un motard de la BMO...bon ! d'accord celà ne sortait pas de la maison..mais tout le monde s'est trouvé con !.....tout le monde s'est écrassé, par de suite ni scandale.... nous nous sommes permis quand même de dire gentillement au motocycliste que le fait d'enfourcher sa moto tous les jours lui suffisait largement et qu'il laisse si possible la femme des potes tranquille....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katatonia57
PPM, Référent, Conseiller
PPM, Référent, Conseiller


Nombre de messages : 1070
Age : 43
Localisation : Chateau-Salins (57) - Pas de commerces, pas de loisirs, pas d'emmerdes
Emploi : CB à l'insu de son plein gré
Date d'inscription : 29/09/2007

MessageSujet: Re: anecdotes...   Mar 17 Aoû 2010 - 18:49

J'ai aussi souvenir d'une perquisition faite chez une femme particulièrement forte (dans les 150 kilos facile) où nous avons trouvé plus d'une vingtaine de vibromasseurs et godemichés, dont certains de tailles incroyables. Nous lui avons demandé si elle avait vraiment l'usage des plus gros, elle nous a répondu qu'après plusieurs accouchements, même une borne à incendie pouvait rentrer.

Je ne sais pas pourquoi, mais je crois me rappeler que je n'avais pas trop faim en rentrant ce jour-là chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: anecdotes...   Aujourd'hui à 21:00

Revenir en haut Aller en bas
 
anecdotes...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Forums spécifiques (GM / GR / CSTAGN / GAV / Personnels Civils Gie / Réservistes) :: Forum spécial Retraités-
Sauter vers: