Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GMG
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 1382
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Sam 27 Mar 2010 - 16:23

J.-Y. Fontaine : "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment de l'autorité politique"


Jean-Yves Fontaine, docteur en sociologie à l'université de Caen et bon connaisseur des affaires gendarmiques, nous a adressé un long texte sur l'affaire Matelly. Nous en publions ci-dessous des extraits.

Après la pire des sanctions disciplinaires, la radiation des cadres, que vient de se voir infliger le Commandant de gendarmerie Jean-Hugues Matelly, l’obligation de loyauté est projetée au cœur du métier militaire : désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment de sa hiérarchie et de l’autorité politique et surtout le faire savoir jusqu’à s’exposer au risque d’être exclu du système. Par extension, tous les fonctionnaires sont d'ailleurs concernés. Est-ce la fin de toute liberté d’expression au sein de la société militaire ou bien la hiérarchie a-t-elle voulu simplement en finir avec le droit à la désobéissance qui s’installait au sein même des systèmes de défense et de sécurité ?

Il a été reproché à cet officier supérieur, âgé de 44 ans, contrôleur de gestion pour la région Picardie, ancien rapporteur à la Commission des recours des militaires, commandant de la compagnie de Blois en 1998, excellemment bien noté par sa hiérarchie, sorti major de sa promotion, de formation universitaire, juriste, docteur et chercheur associé en Sciences Politiques et auteur de nombreux articles, romans et ouvrages (notamment un dernier livre intitulé Police. Des chiffres et des doutes qui aborde la question du traitement et de l’usage des statistiques en matière de délinquance), d’avoir publié le 30 décembre 2008 un article sur Rue89 intitulé La gendarmerie enterrée, à tort, dans l'indifférence générale et de s’être exprimé le lendemain sur Europe 1 en critiquant le rapprochement Police/Gendarmerie et, comme le relève la DGGN, « se dispensant ainsi de l'exigence de loyauté et de neutralité liée à son statut militaire ».

Jean-Hugues Matelly, qui avait déjà fait l’objet de procédure disciplinaire, s’était exprimé le 23 octobre et le 12 novembre 2007 sur la conduite de la politique sociale au sein de la gendarmerie sur RTL et avait signé un éditorial de nature revendicative publié dans l’Essor, journal corporatif des personnels de la gendarmerie. Il s’était auparavant fait remarquer en 2001 dénonçant dans le Journal La Nouvelle République la volonté des généraux de l’Etat Major des Armées de marcher sur les manifestations de gendarmes en utilisant les blindés de Satory.

Jean-Hugues Matelly est un personnage brillant et qui, à n’en pas douter, sort de l’ordinaire de ce que propose la gendarmerie. C’est paradoxalement un pur et un des meilleurs produits de la gendarmerie (...) C’est en premier lieu un intellectuel dans une organisation d’ordre. Mais c’est aussi un acteur de terrain qui, compte tenu de sa formation et de ses compétences, a été placé à la tête d’unités opérationnelles importantes et qui a été dès le départ promis à brillant avenir. Intellectuel certes, mais aussi chercheur qui en revendique le statut et qui a pris l’institution qui l’a façonné comme domaine et objet de recherche.

Être un intellectuel et un chercheur au sein de l’appareil gendarmico-policier réunit tous les aspects d’une difficulté insurmontable qui ne trouve de solution qu’en tranchant le dilemme et beaucoup l’ont fait, soit en renonçant à la spéculation intellectuelle pour se consacrer soit uniquement à l’action, soit l’inverse. On peut donc comprendre la logique des réticences et les réactions du système gendarmique qui, en toute cohérence institutionnelle, cherche à réduire au silence et à éjecter l’intellectuel déclaré et le chercheur patenté qui démontre, en les médiatisant fortement et en toute liberté, les travers du système et les incohérences internes qu’il a pu approcher parfois jusque dans sa chair.

Matelly, c’est surtout un ardent militant de la liberté d’expression, ce qui est cohérent avec sa position de chercheur dont la rigueur et l’efficacité du travail reposent sur la liberté critique, fondement même de toute investigation universitaire. On peut déjà s’apercevoir que sur ce point, l’action et la recherche s’entremêlent parce que ce qui relève de l’individu et de l’intime est projeté sur le collectif. Jean-Hugues Matelly a presque réussi le pari de transformer une problématique existentielle - la liberté d’expression du chercheur - en problématique collective, la liberté d’expression de la société militaire. (...) Il en arrive à la conclusion que la liberté d'expression du gendarme ou du militaire (bref, du fonctionnaire d’autorité) reste la condition de la démocratie en favorisant la transparence du pouvoir et surtout la possibilité de dénoncer tous les abus et tous les dévoiements. Il ajoute, en reprenant des accents jaurèssiens, que « la liberté d'expression des militaires est, en réalité, le meilleur moyen de contrôle permanent de la force armée ».

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2010/03/apr%C3%A8s-la-pire-des-sanctions-disciplinaires-la-radiation-des-cadres-que-vient-de-se-voir-infliger-le-commandant-de-gendarme.html

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Sam 27 Mar 2010 - 17:48

Voilà le Jean-Yves FONTAINE que j'aime à lire ! ! !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Sam 27 Mar 2010 - 18:15

je crois qu'une modification au contrat va être faite :

" au lieu de lire " devoir de réserve " , lire " LE DROIT DE SE TAIRE "
Revenir en haut Aller en bas
Christian
Membre de l'équipe G&C
Membre de l'équipe G&C
avatar

Nombre de messages : 5419
Age : 65
Localisation : Var La Crau
Emploi : Matricule 113217X
Date d'inscription : 06/12/2008

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Sam 27 Mar 2010 - 18:16

Je copie-colle ce que j'ai mis sur un autre sujet ::

===========
Et bien là, je retrouve le sociologue-gendarmologue dans tout ce
que j'aime en lui.
Il nous livre là une véritable étude
sociologique, lié avec le "droit d'expression" dans les forces armées et
par extension dans toute la Fonction Publique.

A mon sens, c'est
très remarquable.

Cordialement

_________________
La liberté peut être définie de manière positive comme l'autonomie et la spontanéité
d'une personne douée de raison. La liberté est la possibilité de
pouvoir agir selon sa propre volonté, dans le cadre d'un système
politique ou social, dans la mesure où l'on ne porte pas atteinte aux
droits des autres
et à la sécurité publique.



Etre et durer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NETHEM
Membre de l'équipe G&C
Membre de l'équipe G&C
avatar

Nombre de messages : 3889
Age : 53
Localisation : GIRONDE/LANGON/ST MACAIRE
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Sam 27 Mar 2010 - 18:18

Non non Excelsior, c'est "devoir de se taire" !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JIPI-88
1er flocon
1er flocon


Nombre de messages : 11
Emploi : GD
Date d'inscription : 26/11/2007

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Sam 27 Mar 2010 - 19:10

Je trouve toute cette affaire très inquiétante.

Que défendons nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Affaire Matelly : l'analyse d'un juriste.   Dim 28 Mar 2010 - 10:08

Affaire Matelly : l'analyse d'un juriste



Maitre Laurent Epailly, avocat à Montpellier, officier de réserve, et habitué des commentaires de ce blog, livre sur son propre blog une analyse nuancé de l'affaire Matelly. "Ce fait est rarissime et relève manifestement d'une volonté politique. Ce qui nous intéresse sera la chose juridique, où les choses sont rien moins que simples." Pour lire la suite, cliquez ici.



http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2010/03/affaire-matelly-lanalyse-dun-juriste.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asterix
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 4174
Age : 63
Localisation : Auvergne - Allier - Vichy
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Dim 28 Mar 2010 - 10:27

D'Artagnan Berrichon a écrit:
Voilà le Jean-Yves FONTAINE que j'aime à lire ! ! !

au fond, rien de changé dans son discours, tu sais, du moins je le pense et même si l'on est convaincu qu'il se trompe dans les solutions et moyens à mettre en place pour remettre la gendarmerie en selle, il a toujours soutenu ses "adversaires" dans la liberté d'expression.

et ça ne m'empêchera nullement de tomber à bras raccourcis dessus quand il viendra nous expliquer que ces solutions tomberont du ciel et qu'aujourd'hui Gilles obtient autre chose que des miettes. lol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asterix
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 4174
Age : 63
Localisation : Auvergne - Allier - Vichy
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Dim 28 Mar 2010 - 10:29

JIPI-88 a écrit:
Je trouve toute cette affaire très inquiétante.

Que défendons nous ?

on défend :
- une expression collective libre
- l'avenir de la gendarmerie
- accessoirement Matelly.

C'est tout cas ce que je défends dans cette affaire


Dernière édition par asterix le Dim 28 Mar 2010 - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christian
Membre de l'équipe G&C
Membre de l'équipe G&C
avatar

Nombre de messages : 5419
Age : 65
Localisation : Var La Crau
Emploi : Matricule 113217X
Date d'inscription : 06/12/2008

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Dim 28 Mar 2010 - 10:31

Tout à fait, mais là, au moins il est dans son rôle, c'est ce que j'ai voulu souligner.

D'accord ou pas avec ses idées, n'est pas le problème.

_________________
La liberté peut être définie de manière positive comme l'autonomie et la spontanéité
d'une personne douée de raison. La liberté est la possibilité de
pouvoir agir selon sa propre volonté, dans le cadre d'un système
politique ou social, dans la mesure où l'on ne porte pas atteinte aux
droits des autres
et à la sécurité publique.



Etre et durer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Matelly : liberté d'expression ou droit à la désobéissance ?, par Jean-Yves Font   Lun 29 Mar 2010 - 17:30

Avec la radiation des cadres du chef d'escadron Jean-Hugues Matelly, c'est tout le sens de la loyauté qui est projetée au cœur du métier militaire : un gendarme pourra-t-il encore penser différemment de sa hiérarchie, et surtout le faire savoir au risque d'être exclu ? Est-ce la fin de toute liberté d'expression au sein de la société militaire, ou bien la hiérarchie a-t-elle voulu en finir avec le droit à la désobéissance qui s'installait au sein même des systèmes de défense et de sécurité, actuellement en pleine mutation ?

QUE LUI REPROCHE-TON ?

Jean-Hugues Matelly, officier de gendarmerie, docteur et chercheur en sciences politiques, auteur de nombreux ouvrages (notamment un dernier livre intitulé Police. Des chiffres et des doutes), a publié le 30 décembre 2008 un article sur Rue 89.com intitulé "La gendarmerie enterrée, à tort, dans l'indifférence générale" pour s'exprimer peu après sur Europe 1 en critiquant le rapprochement police-gendarmerie. Rappelons aussi qu'il était intervenu au micro de RTL, le 23 octobre et le 12 novembre 2007, sur la conduite de la politique sociale au sein de la gendarmerie, et qu'il avait signé un éditorial de nature revendicative publié dans L'Essor, journal corporatif des personnels de la gendarmerie. Il s'était auparavant fait remarquer en 2001, dénonçant dans La Nouvelle République la volonté de l'état-major des armées de marcher sur les manifestations de gendarmes en utilisant les blindés de Satory.

UN PUR PRODUIT DU SYSTÈME GENDARMIQUE

Cependant et paradoxalement, c'est un des meilleurs produits de la gendarmerie. Sorti major de sa promotion, ce n'est pas par hasard s'il se retrouve en pleine carrière à jouer le rôle qui est le sien : en effet, tout système institutionnalise en son propre sein les acteurs de son propre changement social. Son rôle a bien consisté à pousser la machine jusqu'au bout de sa logique et avec son propre accord. "Apprendre jusqu'où on peut aller trop loin", c'est d'ailleurs une citation de Jean Cocteau qu'il reprend dans un de ses livres dans lequel il faisait part de sa passion pour les jeux de rôle. Réel acteur de terrain à la tête d'unités opérationnelles, son statut d'intellectuel au sein d'une organisation d'ordre lui a donc permis de déconstruire et reconstruire l'action pour être rationalisée, et ainsi donner du sens au système gendarmique. L'esprit critique du chercheur, dont il a toujours revendiqué le statut, donne certainement au vécu une épaisseur et un sens qu'il n'a certainement pas. Se voir agir conduit parfois l'acteur soit à l'incapacité d'agir, soit à agir dans le sens inverse (contre-agir), ce que l'institution ne peut tolérer surtout à des niveaux de responsabilité et de médiatisation élevés comme c'est le cas, sachant qu'il sait se mettre en scène dans l'univers du PAF (paysage audiovisuel français). On comprendra la logique des réticences et les réactions de la gendarmerie, qui, en toute cohérence institutionnelle, cherche à réduire au silence et à éjecter l'intellectuel déclaré et le chercheur patenté qui démontrait, en les médiatisant et en toute liberté, les travers du système et les incohérences internes qu'il a pu approcher parfois jusque dans sa chair.

UN ARDENT MILITANT DE LA LIBERTÉ D'EXPRESSION

Militant de la liberté d'expression, Jean-Hugues Matelly a certainement réussi le pari de transformer une problématique existentielle (la liberté d'expression du chercheur) en problématique collective (la liberté d'expression de la société militaire). Il s'est approprié la question de la liberté qui colle à la réalité de son individualité en l'instrumentalisant pour contrôler l'institution. Positionné dans l'appareil à des postes-clés, il fut le détenteur d'informations confidentielles, et plus ces informations étaient border line, plus il était pris de l'ardent désir de les rendre publiques en rompant ainsi son devoir de réserve. Frédéric Ocqueteau, chercheur au CNRS, dans "Arpenter le champ pénal" (n° 141) écrit d'ailleurs à l'occasion du cas du commandant de police Philippe Pichon, un cas identique, que l'administration ne tolère pas que l'on dénonce de l'intérieur ses carences : "L'appareil de sécurité publique se met alors à tousser puis à bégayer face à des comportements logiques mais non attendus, issus de ses meilleurs agents décidés à transgresser l'interdit suprême : dévoiler les mécanismes de la duplicité congénitale de l'appareil, quitte à accepter de le payer de leur personne en s'entêtant dans leurs gestes citoyens." Après avoir publié dans Le Monde du 15 décembre 2004 "La libre censure des militaire", confirmée par une publication dans la revue L'Actualité juridique droit administratif en 2005 intitulée "L'incertaine liberté critique du militaire", Jean-Hugues Matelly en est arrivé à conclure que la liberté d'expression du gendarme ou du militaire reste la condition de la démocratie, en favorisant la transparence du pouvoir et surtout la possibilité de dénoncer tous les abus et tous les dévoiements en ajoutant, avec des accents jauressiens, que "la liberté d'expression des militaires est, en réalité, le meilleur moyen de contrôle permanent de la force armée".

L'ACTION CITOYENNE COMME ARME DU COMBAT

Parce que la garantie ultime de l'esprit démocratique au sein de la gendarmerie semble ne reposer que sur l'action individuelle d'un gendarme, le geste citoyen est peu à peu devenu le leitmotiv et le principe même de son action en justifiant sa présence au cœur du système : action radicale qui remet concrètement en cause le principe hiérarchique et l'obéissance jusqu'à transformer notre whistle-blower (celui qui tire la sonnette d'alarme) en libertaire déclaré. Face à l'autonomisation revendiquée de ses gendarmes qui n'auraient finalement de compte à rendre qu'à leur conscience républicaine en perturbant l'ordre institutionnel, il est évident que la gendarmerie a le devoir de maintenir sa cohérence organisationnelle en renforçant la contrainte collective et en sanctionnant avec fermeté toute dérive individuelle. C'est pour cela que s'exposer aux foudres du système exige de la témérité, et Matelly concluait son intervention dans Le Monde du 15 décembre 2004 par : "Il est une condition toujours nécessaire à la libre expression des idées et des opinions, une qualité fondamentale d'ailleurs du métier des armes : le courage."

Du courage, il en a eu pour devenir le porte-parole d'un mouvement social qui s'est structuré au sein de la gendarmerie. Il a pu s'exprimer sur le forum Internet Gendarmes & Citoyens qu'il a contribué avec d'autres gendarmes à construire, site qui se présente comme une véritable force de propositions. Ce vecteur électronique reste un des rares moyens pour l'expression de revendications corporatives qui s'articulent autour de la parité avec leurs homologues de la police nationale, avec lesquels les gendarmes s'estiment en décalage. Depuis l'annonce de sa radiation, le site G&C ne tarit pas de messages de soutien à son égard en allant jusqu'à assimiler son combat pour la liberté à celui du général de Gaulle et parfois à celui du capitaine Dreyfus.

DEUX LIGNES BLANCHES À NE PAS FRANCHIR

Face à la reprise en main actuelle du système de sécurité français et au retour en force de l'autorité sur tous les fronts, une étape était sans doute en train d'être franchie. Il ne s'agissait peut-être plus de liberté d'expression mais de ce qui devenait un droit sacré à la désobéissance individuelle. L'autorité militaire rappelle désormais, après l'avoir approuvé et soutenu, qu'elle n'accorde plus sa confiance à Jean-Hugues Matelly mais aussi à tout autre gendarme qui pourrait être amené à remettre en question tout son système organisationnel en pleine restructuration. Cependant, il est une autre ligne blanche à ne pas franchir, car s'il reste bien gendarme, et donc à ce titre soumis à une obligation de réserve aussi drastique soit-elle, les recherches de Jean-Hugues Matelly ont été reconnues par le monde universitaire à leur juste valeur, et aucune autorité hiérarchique, civile ou militaire, ne doit s'autoriser à juger de leur loyauté.

Matelly ? Voilà donc un véritable électron libre, indispensable produit de la gendarmerie nationale, qui a voulu simplement nous "apprendre jusqu'où on peut aller trop loin".
Jean-Yves Fontaine est sociologue, chercheur au CERReV (Centre d'étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités) (Université de Caen).

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/03/29/matelly-liberte-d-expression-ou-droit-a-la-desobeissance-par-jean-yves-fontaine_1325687_3232.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIPM
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2042
Age : 62
Localisation : Lyon
Emploi : testeur harley davidson
Date d'inscription : 18/11/2008

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Lun 29 Mar 2010 - 18:51

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KORRIGAN29
Membre de l'équipe G&C
Membre de l'équipe G&C
avatar

Nombre de messages : 2261
Localisation : Trop loin des terres de la Duchesse Anne
Emploi : An archerien gast !!!!!!
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Lun 29 Mar 2010 - 19:01

SIPM a écrit:
http://policerurale.over-blog.com/article-un-colonel-de-gendarmerie-monte-au-creneau-47623491.html

Dans un autre style, plutôt pas mal, n'oublions pas le texte du discours d'un autre colonel, prononcé le 14 décembre 2006 à l'occasion de la Ste Geneviève, devant le Préfet.....

Par là

_________________
"""Va lentement. Ne te hâte pas. Chaque pas t'amène au meilleur instant de ta vie : l'instant présent."""
(Paroles de sagesse Thich Nhat Hanh)
"""It's nice to be important, but it's more important to be nice"""
(Hans Peter Geerdes dit HP Baxxter - groupe SCOOTER)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Radiation honteuse du gendarme-chercheur Matelly .   Jeu 1 Avr 2010 - 7:03

..............

Le prétendu rapprochement police-gendarmerie, loin de sceller un coopération, risque de renforcer les tensions : danger pour l’un de passer sous la coupe de l’autre, et de se retrouver avec une dissolution pure et simple de la Gendarmerie, comme en Belgique, avec une police unique et toute puissante. Nous sommes concernés en tant que justiciables et victimes potentiels, et donc « usagers ». Je rappelle que la commission de recours des usagers contre les « problèmes » de procédures en enquête, interpellations et auditions, à été supprimée en 2009.

Entretenir les peurs du citoyen pour noyer sa pensée, le replier sur des attitudes auto-défensives individualistes, diviser, permet de ne pas poser les vraies questions, mais cela ne dure qu’un temps. Peur de son prochain, de la précarité, du permis à point, de la garde à vue pour ne pas avoir traversé sur les clous, de la radiation du pôle emploi, peur de la radiation de la CAF… conduisent le citoyen à se débattre dans le quotidien et se taire. Pourtant le pression monte. L’avertissement a été donné clairement aux élections........

http://danactu-resistance.over-blog.com/article-radiation-honteuse-du-gendarme-chercheur-matelly-47600833.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Jeu 1 Avr 2010 - 14:02

GMG a écrit:
J.-Y. Fontaine : "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment de l'autorité politique"

---/---
Il en arrive à la conclusion que la liberté d'expression du gendarme ou du militaire (bref, du fonctionnaire d’autorité) reste la condition de la démocratie en favorisant la transparence du pouvoir et surtout la possibilité de dénoncer tous les abus et tous les dévoiements. Il ajoute, en reprenant des accents jaurèssiens, que « la liberté d'expression des militaires est, en réalité, le meilleur moyen de contrôle permanent de la force armée ».

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2010/03/apr%C3%A8s-la-pire-des-sanctions-disciplinaires-la-radiation-des-cadres-que-vient-de-se-voir-infliger-le-commandant-de-gendarme.html

Voilà son message : le lien Armée-Nation, c'est fondamental.
Revenir en haut Aller en bas
fred64
1er flocon
1er flocon


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Jeu 1 Avr 2010 - 20:43

Il n'est pas encore né celui qui réussira à me faire taire. Il suffit juste de se poser la question de ce qu'on a à perdre, dans mon cas plus rien du tout, pas même mon boulot de m...! Il faut ensuite comprendre qui fait réellement tourner la boutique, sûrement pas nos officiers! Il s'agit enfin d'avoir le courage de leur dire merde et d'arrêter de bosser! Mais sur le dernier point il y a encore du boulot, beaucoup trop de bon petits soldats soumis et dociles dans notre belle institution, pas assez de vrais caractères et de gens qui en ont vraiment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AK47
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 779
Date d'inscription : 10/03/2010

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Ven 2 Avr 2010 - 0:49

Allez sur gendcom voir ce que dit monsieur Fontaine dans un de ses derniers posts, c'est éclairant et surprenant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Philippe Bilger : «On utilise le dérapage pour se débarasser des gêneurs» .   Sam 3 Avr 2010 - 15:00

Cette semaine, Parlons Net recevait Philippe Bilger, magistrat le jour et blogueur la nuit, ce qui ne plait pas à tout le monde et notamment à la Chancellerie. Il a évoqué la crise de la justice qui ne se résorbe pas, ainsi qu'une question qui le passionne : les polémiques et le débat publics avec les affaires Zemmour, Mélenchon, Guillon et même Ménard, Allègre.

http://www.marianne2.fr/Philippe-Bilger-On-utilise-le-derapage-pour-se-debarasser-des-geneurs_a190067.html?com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Gendarme radié, gendarme suspendu pour un poème : APPEL DU 4 AVRIL ...   Dim 4 Avr 2010 - 16:27

Gendarme radié, gendarme suspendu pour un poème : APPEL DU 4 AVRIL.

Posté par Isabelle Voidey le 4 avril 2010

APPEL DU 4 AVRIL


Gendarme radié, gendarme suspendu pour un poème : la liberté, la leur, la nôtre, en question.

L’homme est libre, par essence, il est même « condamné à être libre » (Sartre, L’existentialisme est un humanisme, 1946). L’homme n’est pas d’avance, un ceci, ou un cela, comme un arbre restera l’arbre qu’il est est.

L’homme est ce qu’il se fait. C’est Sa liberté.

Si l’homme, en situation de vie, se trouve contraint ou conditionné par son travail, son milieu social, son statut, ses revenus, son environnement, il peut choisir lui-même sa manière d’être et sa façon de vivre la situation de vie. Il peut décider de sa condition et de celle de ses proches par son état d’esprit. C’est ainsi que l’histoire a montré, durant les siècles passés, pendant la guerre, l’occupation, la révolution industrielle, que « selon qu’il se choisi résigné ou révolutionnaire…. il donne librement…(à ses camarades de travail)…un avenir d’humiliations sans trêve ou de conquête et de victoire » (reprise selon un article de Sartre paru dans Action) .

Quid de la Gendarmerie ?


« L’important n’est pas ce qu’on a fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu’on a fait de nous ».

Nous voici au coeur du sujet car la situation vécue ces derniers mois par les hommes et les femmes de la Gendarmerie, non seulement ne limite pas leur liberté, mais elle est justement le point d’où commence la liberté.

Sartre d’ailleurs écrit en 1944, dans Les Lettres françaises : « jamais nous n’avons été plus libres que sous l’occupation allemande », puisqu’à ce moment-là, « chacun de nos gestes avait le poids de l’engagement« , accompagné du sentiment de responsabilité. « Chacun de nos actes met en jeu le sens du monde et la place de l’homme dans l’univers » (Sartre dans l’article d’Action).

Ce choix est d’autant plus libre qu’il s’effectue en pleine connaissance de cause, cette liberté d’homme est aussi pouvoir de dépassement de ce qui est.

Cette liberté « raisonnable » pour citer Epictète, ancien esclave, n’est pas fantaisie, ni libre spontanéité, ni vouloir que les choses soient conformes à notre volonté personnelle. Au contraire, cette liberté possède en elle cette noblesse et cette beauté de respecter les règles. Que bien souvent ceux qui asservissent ou se trouvent en position de pouvoir ne repectent pas ou peu, ou plus, eux-mêmes.

Cette liberté revendiquée dans la dignité et le respect des valeurs de la démocratie et de la République montre au pouvoir ou aux personnes en situation de domination que le secrêt de la liberté consiste à se dominer soi-même au lieu de dominer l’esclave, ou l’asservi, ou « l’occupé ».

La Liberté inhérente à la condition humaine elle-même ne peut pas rester abstraite ni en retrait par rapport à la vie en situation. Elle va se faire reconnaitre comme libre, car elle est volonté de transformer ce qui est, d’agir sur son environnement.

Les militaires, même s’ils ont consenti à entrer dans un lien d’obligation, conservent cependant un libre-arbitre qui les conduit justement à ce droit naturel et inaliénable, loi universelle, celui de défendre ce même lien, au nom, non pas de l’obligation contrainte, mais de la seule valeur morale, ce sens du Devoir au sens noble, qui les animent profondément.

L’armée, dont la Gendarmerie, ne dispose pas de syndicats pour la représenter. Les syndicats, bien souvent, s’opposent, créent des divisions. Or la Gendarmerie est Une et Indivisible. Elle est Cohésion avant tout. C’est un état d’esprit.

Dans le processus naturel de modernisation, d’adéquation à l’évolution de la France en général, elle se dotera certainement un jour d’un organisme représentatif, une association profesionnelle qui lui permettra de mieux défendre les interêts des siens au plus haut niveau, et de mieux communiquer avec la population.

« On voit que dans d’autres conceptions des armées, dans les pays démocratiques comme chez les Anglo-saxons par exemple, les Généraux n’hésitent pas à prendre des positions très officielles, qui ne sont pas dans la ligne du gouvernement et c’est parfaitement toléré. Dans des pays comme l’Allemagne, la liberté d’expression militaire est largement possible parce qu’elle est prévue par la loi. Quelque part, la France est très très en retard en terme d’expression des militaires, alors que c’est elle-même qui a inventé la notion du « soldat citoyen ». (Jean-Hugues Matelly).

Obligation de réserve, n’est pas silence absolu, mais une expression aménagée sous conditions (loi de modernisation de l’armée 2005).

L’armée, où la Gendarmerie a toujours été d’avant-garde, est apolitique, et le garant de la démocratie et de la stabilité sociale (se référer à l’histoire et à l’actualité, maintien ou rétablissement de la démocratie dans le monde).

Le caractère militaire de la Gendarmerie doit être protégé en priorité tant il est essentiel pour la nation.
Nous ne pouvons pas la laisser démanteler progressivement, nous ne pouvons pas laisser corrompre notre raisonnement et notre conscience de citoyen par les amalgames avec la police. La police est ce que nous en voyons sur le terrain, avec les radars, police route, patrouilles, enquêtes judiciaires, points partagés avec la gendarmerie, mais pratiqués différement.

La Gendarmerie est beaucoup plus, c’est le réservoir de forces qui protège nos libertés, grâce à son statut militaire.

Une fusion en une seule force de police du ministère de L’Intérieur ?

Cette pensée me donne froid dans le dos.
« Quand ont explore toutes les richesses de la nature humaine, au travers de sa communication et de son expression, on ne peut alors que prendre pleinement conscience de son «insolvabilité personnelle » en la matière…« (L’adjudant A. suspendu pour avoir publié un poème » Il pleut sous les képis », dans lequel il exprimait sa peine).
Isabelle Voidey
4 avril 2010

http://osezdevenir.wordpress.com/2010/04/04/gendarme-radie-gendarme-suspendu-pour-un-poeme-appel-du-4-avril/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: LE BLUES DU BRIGADIER Par G.R (gendarme en reconversion)   Lun 15 Nov 2010 - 18:33

Article publié le 9 novembre 2010



Beaucoup de militaires des trois armées ne comprennent pas le malaise des gendarmes. Car, voici des militaires, qui expriment régulièrement leur mécontentement, leur mal être, leur ras le bol ; alors qu’ils sont tous sous-officiers, tous « de carrière » -sauf pendant les premières années de service- qu’ils sont globalement mieux payés que les militaires des autres armées à grade équivalent, et en plus, logés gratuitement. Et, pourtant, près de la moitié des dossiers traités par l’Adefdromil concerne des gendarmes. C’est dire qu’il y a de véritables problèmes dans cette institution. Cet article rédigé par un gendarme de terrain explique avec précision et sans excès comment toutes les taches d’exécution convergent vers « le brigadier » de base, broyé par les instructions multiples et variées de ses chefs, son devoir au service de la population et du citoyen et les contraintes des différents codes qu’il se doit d’appliquer sous le contrôle de l’autorité judiciaire. On comprend mieux qu’il ait le blues !



La suite.....

http://adefdromil.org/8051
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
interceptor
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2306
Emploi : CBTA
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Mar 16 Nov 2010 - 15:17

J'ai lu, toujours comme d'hab ... on sent bien la même rengaine ... présenter cela comme étant le mal être des Gendarmes c'est encore aller vite en besogne.
On croirait lire des journaux en manque de crédibilité à la recherche de sensationnel pour vendre ...
On sent l'anti OGN primaire couplé à une jalousie maladive de celui qui réussi ou bien même qui en aurait tout simplement envie. En 30 seconde, le profil du rédacteur (s'il existe), il a la quarantaine, gendarme, s'est rendu compte qu'il n'a pas sa place en Gie car faut bosser dur sans espérer de remerciements, il n'a jamais postulé à rien et se demande pourquoi il n'est pas payé comme l' ADC (vieux modèle ...) proche de la retraite et qui ne prend pas le planton ...

au prochain article "vérité"

Ceci dit tout mon soutien à nos camarades des autres Armées qui ont bien raison de ne pas tout comprendre chez les gendarmes ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
du fin fond du froid
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2686
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Mer 17 Nov 2010 - 23:22

t'as mal lu, il fait la reconversion le type

et il précise qu'il ne veut pas verser dans "l'anti-tout" de base !

sur le fond et l'accumulation des messages, il n'a pas tort, mais il me semble en avoir déjà parlé par ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
interceptor
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2306
Emploi : CBTA
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Jeu 18 Nov 2010 - 13:25

Bjr du FFDF

j'ai bien vu qu'il était en reconversion, je ne vois pas le rapport ?

il a précisé qu'il ne faisait pas de l'anti tout de base pour justement en faire ... on ne doit pas comprendre le Français de la même façon ?

DFFDF,
pour le fond (sans jeu de mot) , de quoi tu parles ? qu'il existe des gens qui se trompent de voie et accusent la terre entière pour ne pas reconnaitre leur tort par lâcheté ? alors oui ... mais là cela s'appelle se couper en se rasant

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
angell
2 étoiles
2 étoiles


Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 03/11/2010

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Dim 21 Nov 2010 - 20:17

Comme quoi on peut être brillant, irréprochable, travailleur mais incompatible face aux politiques !

Les compétences ne valent rien en regard des orientations politiques !

Mais c'est valable pour tout un chacun.......

Vos compétences, heures supp ne valent rien si vous déplaisez à la hiérarchie !!!!!!!!!!!


Il vaut mieux un type travaillant peu,se taisant, acceptant des situations iniques, qu'un type mordu de boulot, intègre mais, manifestant son opposition pour lutter contre des aberrations du système.

Lutter contre le système pour l'assainir, doit permettre plus de transparence, moins de magouilles[u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 371
Localisation : Centre
Emploi : En activité
Date d'inscription : 28/03/2010

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Mer 8 Déc 2010 - 13:45

angell a écrit:
Comme quoi on peut être brillant, irréprochable, travailleur mais incompatible face aux politiques !

Les compétences ne valent rien en regard des orientations politiques !

Mais c'est valable pour tout un chacun.......

Vos compétences, heures supp ne valent rien si vous déplaisez à la hiérarchie !!!!!!!!!!!


Il vaut mieux un type travaillant peu,se taisant, acceptant des situations iniques, qu'un type mordu de boulot, intègre mais, manifestant son opposition pour lutter contre des aberrations du système.

Outre J-Hugues MATELLY, je connais également un ''poète'' qui en a fait les frais...

On peut se battre contre des cons et même remporter quelques victoires, mais se battre contre la connerie... c'est malheureusement une guerre perdue d'avance !


Lutter contre le système pour l'assainir, doit permettre plus de transparence, moins de magouilles[u]

+ 1 Angell !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Matelly : la gendarmerie ne lâche rien‎   Mer 12 Jan 2011 - 22:52

Par Jean Guisnel

En mars 2010, Nicolas Sarkozy signait un décret tout à fait exceptionnel de radiation des cadres à l'encontre du chef d'escadron de gendarmerie Jean-Hugues Matelly. Motif : manquement à son obligation de réserve. Cet officier supérieur n'avait pourtant commis aucune bavure, ni provoqué aucun scandale : il avait publiquement critiqué le rapprochement police/gendarmerie. Rien de plus, rien de moins. Mercredi, le Conseil d'État a remis les pendules à l'heure : la plus haute instance française de justice administrative a annulé le décret du président de la République, en des termes durs : "Les propos tenus (par Jean-Hugues Matelly) fin 2009 constituaient une critique de fond, sous la forme d'une défense de la gendarmerie, formulée en termes mesurés et sans caractère polémique. En outre, l'excellente manière de servir de l'intéressé était attestée par les notations produites au dossier. En faisant le choix de la mesure la plus lourde, équivalente à un licenciement, alors qu'elle disposait d'un éventail de sanctions larges (...), l'administration a prononcé à l'encontre de cet officier de gendarmerie une sanction manifestement excessive."

Après un premier examen de l'affaire en avril dernier, le Conseil d'État avait déjà contraint la gendarmerie à rendre à Jean-Hugues Matelly la solde qui lui avait été supprimée ainsi que son logement de fonction. Depuis, l'officier n'avait pas été réintégré dans ses fonctions et ne s'était vu attribuer aucun travail. C'est cette position à laquelle le Conseil d'État met aujourd'hui fin, et la Direction générale de la gendarmerie nationale a indiqué dans un communiqué : "Conformément à cet arrêt, l'intéressé sera réintégré au sein de la gendarmerie."

Nouvelle procédure

Pourtant, l'affaire n'est pas finie. Dans son arrêt, le Conseil d'État remarque que l'officier ne s'est pas conformé au devoir de réserve défini par l'article L. 4121-2 du Code de la défense : "Les propos tenus par l'intéressé ayant dépassé cette réserve, ils constituaient une faute professionnelle justifiant une sanction disciplinaire." La Direction de la gendarmerie n'allait pas laisser passer une telle occasion et a donc annoncé "une nouvelle procédure disciplinaire en raison de la faute commise". Défenseur de Jean-Hugues Mattely, l'avocat William Bourdon suggère aux supérieurs de l'officier d'ouvrir "un dictionnaire aux pages des mots paix et apaisement" et de "renoncer à leur logique d'acharnement et de harcèlement"

L'autre problème que soulève l'arrêt du Conseil d'État, c'est qu'il ne dit pas un mot du statut de chercheur en sociologie, affilé au CNRS et spécialiste des questions de sécurité publique, de Jean-Hugues Matelly. S'il est éventuellement compréhensible - chez les esprits obtus - de demander à un militaire en service de s'abstenir de faire état de ses réflexions sur les décisions de ses chefs, cela le devient beaucoup moins quand un officier est un chercheur. Parfaitement autorisé à exercer ses talents incontestés dans l'université, Matelly peut-il être interdit de publier quoi que ce soit qui ne recevrait pas l'agrément préalable du directeur de la gendarmerie ou du chef des armées ? Non, bien sûr... Il y a là une difficulté de fond que les armées feraient bien de prendre en considération !
http://www.google.fr/url?sa=t&source=news&cd=1&ved=0CCcQqQIwAA&url=http%3A%2F%2Fwww.lepoint.fr%2Fchroniqueurs-du-point%2Fjean-guisnel%2Fmatelly-la-gendarmerie-ne-lache-rien-12-01-2011-1284786_53.php&ei=MAUuTZjEB4PFswaf0_XlBw&usg=AFQjCNG-i93sUAkT_63JBM6F-bzmlKjrDQ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: «Les gendarmes ont le droit d’avoir une opinion»   Lun 11 Avr 2011 - 7:04

(Par Anne-Diandra Louarn – Lefigaro.fr)
Article publié le 10 avril 2011

Après l’affaire Jean-Hugues Mattely, officier radié pour avoir publiquement critiqué le rapprochement police-gendarmerie, un autre gendarme avait été suspendu le 3 avril dernier. En cause, son soutien affiché à l’officier Mattely dans un poème anonyme intitulé «Il pleut sous nos képis» et publié par l’Association de défense des droits militaires (Adefdromil). Identifié et auditionné par sa hiérarchie, l’adjudant A., auteur du poème, a été sanctionné de 30 jours d’arrêt pour manquement au devoir de réserve et a été muté dans un service administratif, explique Jacques Bessy, vice-président de l’Adefdromil.

Ces deux épisodes ont naturellement relancé le débat sur le rapprochement police-gendarmie effectif depuis le 1er janvier 2009, mais ils ont aussi suscité de nombreuses réactions quant à l’obligation de réserve à laquelle sont soumis les militaires et donc les gendarmes. Atteinte à la liberté d’expression pour certains, devoir inhérent à la fonction pour d’autres, sur le Figaro.fr beaucoup d’internautes semblent partagés sur la question.

«Le devoir de réserve est une protection pour les militaires»

«La force de la gendarmerie est d’être une police à statut militaire», estime l’internaute jbbruxelles pour qui cela «implique des devoirs supplémentaires et une restriction à la liberté d’expression.» Des contraintes d’autant plus naturelles qu’elles sont «consenties par celui qui rejoint la gendarmerie», poursuit jbbruxelles. Du même avis, l’internaute Patrick Puchois considère que les moyens de communication actuels permettent de savoir à quoi s’en tenir lorsqu’on s’engage dans l’armée. «Rien ne l’oblige une personne à rester dans la gendarmerie. Si elle y reste, elle doit en appliquer les règles», juge-t-il.

Au-delà du respect de l’obligation de réserve, pour jbbruxelles il est question de la sécurité des gendarmes. «Le fait d’être soumis à une obligation de réserve stricte est une protection pour les militaires qui sont amenés à intervenir dans leurs communes. C’est une différence essentielle avec les policiers, notamment compte tenu du fait que le gendarme, logé sur son lieu d’exercice, est connu de la population locale», exprime-t-il.

Les gendarmes réduits à «des sous-citoyens» sans liberté d’expression

Inquiets pour la liberté d’expression, d’autres internautes s’élèvent contre l’intransigeance de l’obligation de réserve. Pour l’internaute Mowglie, les militaires sont aujourd’hui réduits à «des « sous-citoyens« qui n’ont pas le droit d’avoir d’opinion sur des sujets qui les concernent.» Mowglie ne comprend d’ailleurs pas en quoi déroger au devoir de réserve peut nuire au travail du gendarme.

Sortir de son obligation de réserve devient même impératif, selon l’internaute Michel Railleux : «Quand on est officier, on a le devoir de défendre son institution quand elle semble en mise en péril par une politique à courte vue», défend-t-il. Un argument rejoint par l’internaute Alexandraldo qui remet en question le rapport des militaires à la hiérarchie et aux élites dans leur ensemble : «Le devoir de réserve est une notion qui doit être plus clairement définie sinon c’est la porte ouverte à toute dérive hiérarchique.»

«Il faut trouver un équilibre entre la police et la gendarmerie»

Au cœur du débat,….

Lire la suite sur le site lefigaro.fr en cliquant [ICI]

http://adefdromil.org/13254
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stjohn91
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 331
Age : 45
Localisation : Genève / Montpellier / Essonne
Emploi : Voiture 4 ou 14
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Un homme d'exception   Ven 16 Déc 2011 - 1:53

J'aimerai surtout que l'on défende l'honneur de Jean-Hugues MATELY qui a si bien décrit les conditions inhumaines de nos gendarmes et de la grande muette. Aussi doué soit ce grand Commandant, il en résulte qu'à l'heure où je rédige ce message, mon pays à depuis 2007 basculé dans une dictature. Celle du silence, d'une démocratie à deux vitesses et celle des réformes. Oui une sorte de dictature que l'on voit dans nos médias, que l'on veut nous faire avaler. Une France qui croule sous les affaires d'Etats et qui coûtent un pognon monstre au contribuable.
Et derrière ce miroir aux alouettes, des hommes comme ce Commandant et des femmes qui sont bâillonnés(es), radié(es) de leur poste parce qu'ils ont eu le tort de mettre le doigt sur un point qu'il ne fallait pas.
Mais la roue tourne ! Très vite ! Des comptes et des vérités seront révélés en son temps !

Le symbole de l'Université de Caen et le "Phoenix". Celui-ci renaît toujours de ces cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GLAIVE
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 1016
Age : 68
Localisation : PICARDIE
Date d'inscription : 09/12/2010

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Lun 26 Déc 2011 - 0:53

Ce n'est pas mieux dans la Justice :le ministère a tenté d'obtenir un avis favorable du Conseil Supérieur de la Magistrature pour sanctionner un magistrat du parquet de Bobigny, après un premier avis défavorable, pour des propos tenus à l'encontre de policiers qui ont été jugés coupables d'avoir établi de faux procès-verbaux, déclaration d eculpabilité par la suiteconfirmée en appel avec des peines moindres, en organisant une nouvelle audience le 23 décembre. Il faut savoir que le parquetier en cause prend sa retraite le 1er janvier 2012. On voit l'intérêt de cet acharnement !!!! Le CSM a renvoyé le ministre dans ses buts le jour même. Il y a vraiment une tentative de ce pouvoir exécutif de terroriser et réprimer aussi bien les policiers et gendarmes que les magistrats qui ne se conforment pas à la pensée officielle. Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdesherauts.com
electron84
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 3445
Age : 48
Localisation : là où il fait bon vivre
Date d'inscription : 18/12/2007

MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   Mer 7 Mar 2012 - 7:57

Citation :
Jean-Hugues Matelly a presque réussi le pari de transformer une problématique existentielle - la liberté d’expression du chercheur - en problématique collective, la liberté d’expression de la société militaire. (...) Il en arrive à la conclusion que la liberté d'expression du gendarme ou du militaire (bref, du fonctionnaire d’autorité) reste la condition de la démocratie en favorisant la transparence du pouvoir et surtout la possibilité de dénoncer tous les abus et tous les dévoiements. Il ajoute, en reprenant des accents jaurèssiens, que « la liberté d'expression des militaires est, en réalité, le meilleur moyen de contrôle permanent de la force armée ».


C'est une belle quête et on réussira à l'atteindre , car ne nous détrompons pas , les gendarmes ne sont pas des moutons de panurge et ceux ci confrontés aux réalités quotidiennes couplées à un niveau de recrutement de plus en plus élevé , ont acquis , auront acquis une conscience sociale forte ...et celle- ci passera par une liberté d'expression quasi inéluctable ....croyez -moi!!!!!! Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Désormais un gendarme ne pourra plus penser différemment" .........
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Gendarmes Et Citoyens : le Forum PRINCIPAL :: Affaire Jean-Hugues MATELLY-
Sauter vers: