Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000   Jeu 26 Nov 2009 - 11:31

Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000 euros nets de primes de mérite chaque mois


Le ministère de la Défense vient de répondre à une question écrite de la député Marylise Lebranchu (PS, Finistère) sur les primes allouées aux personnels civils et militaires et notamment sur "le montant de chaque prime individuelle allouée aux grands subordonnés (CEMA, DGA, SGA), aux chefs d'état-major et directeurs centraux", soit une quarantaine de personnes. On peut lire la question et sa réponse, parue au Journal officiel, sur le site de l'Assemblée nationale.

La réponse n'est pas simple à décrypter mais il apparait qu'en moyenne la quarantaine (41 pour trois primes, 38 pour une autre) des plus grands responsables militaires et civils de la défense percoivent chaque mois plus de 5000 euros bruts (5592 exactement, soit environ 4200 nets) de primes sous diverses formes : primes de rendement, indemnités forfaitaires pour travaux supplémentaires, indemnités de fonctions et de résultats et indemnité de performance. Les sommes globales ont représentées 2,7 millions d'euros en 2008.

Dans la haute fonction publique, civile ou militaire, les diverses primes représentent parfois près de la moitié du traitement perçu.
http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2009/11/les-grands-chefs-militaires-et-civils-touchent-plus-de-5000-euros-de-primes-chaque-mois.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
humungus
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 332
Localisation : Limousin
Emploi : GD
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000   Jeu 26 Nov 2009 - 11:43

MARSOUIN 26 a écrit:
Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000 euros nets de primes de mérite chaque mois


.../... : primes de rendement, indemnités forfaitaires pour travaux supplémentaires, indemnités de fonctions et de résultats et indemnité de performance. Les sommes globales ont représentées 2,7 millions d'euros en 2008.

Dans la haute fonction publique, civile ou militaire, les diverses primes représentent parfois près de la moitié du traitement perçu.
http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2009/11/les-grands-chefs-militaires-et-civils-touchent-plus-de-5000-euros-de-primes-chaque-mois.html


Super, je comprends un peu mieux pourquoi lorsque l'on, pose la question des innombrables heures supplémentaires en gendarmerie (sauf ces grands officiers), tout le monde (en haut) est fasciné par ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patoche315
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 1345
Age : 59
Localisation : 31 Haute Garonne
Emploi : Invalide
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Re: Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000   Jeu 26 Nov 2009 - 12:49

Prime de rendement = Plus de Km sur chaise à roulette ( en cuir bien sur)

Indemnités forfaitaires= Paiement total car c'est écolo de pas tout consommer

Travaux supplémentaires= se lever pour fermer la porte derrière un subordonné qui vinet de s'en prendre plein la tronche pour avoirfait

des heures sup mais pas assez !

Indemnité de fonction = si t'es grand chef ça paye les plumes

Indemnités de performance= Réussir à faire taire la base

Indemnités de résultats = Arriver à faire faire ses propres taches par la base et en silence !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GD...SOS
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 205
Localisation : Dans la pampa...
Emploi : GD en rodage permanent
Date d'inscription : 26/11/2007

MessageSujet: Re: Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000   Jeu 26 Nov 2009 - 15:07

Salut,

et après on nous casse les pieds pour:

- Réduire les factures de chauffage
- Réduire les factures d'électricité
- Réduire la consommation de Gasoil
- réduire la consommation de papier et de toner


Et quand on voit

- pas ou peu de pécules attribués
- les primes au mérite distribuées à tous les gradés supérieurs et officiers en lieu et place des gens de terrain
- la pression qu'on nous met à mettre des TA

Eh bien je me dis que je lève le pied cette fois.

Mais au moins je suis bien content que cet argent soit distribué à mes chefs bien aimés là haut dans les hautes sphères car je sais qu'ils penseront au pauvre petit gendarme dont la femme ne travaille pas car étant dans le trou du cul du monde et qui vit sur une seule solde.

Merci encore, je pense fort à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Prime individuelle allouée aux grands subordonnés (CEMA,DGA,   Mar 1 Déc 2009 - 15:45

Rémunération au mérite. Prime individuelle allouée aux grands subordonnés (CEMA,DGA,SGA etc.)

Question N° : 52200 de Mme Lebranchu Marylise (Socialiste, radical, citoyen et divers gauche Finistère)
Texte de la QUESTION :
Mme Marylise Lebranchu interroge M. le ministre de la défense sur la politique mise en place au sein de son ministère concernant la rémunération de la performance des agents civils et militaires.

À ce titre, elle souhaite connaître, pour l’année 2008, le montant total des primes allouées tant aux militaires qu’aux personnels civils, ainsi que les critères d’attribution de ces primes et les modalités d’évaluation des agents ayant bénéficié de ces primes.

Elle souhaite notamment connaître le montant de chaque prime individuelle allouée aux grands subordonnés (CEMA, DGA, SGA), aux chefs d’état-major et directeurs centraux.

Texte de la REPONSE :
Le dispositif indemnitaire du personnel civil du ministère de la défense s’articule de manière générale autour de deux catégories de primes : les primes de sujétions spéciales (forfaitaires) et les primes liées à la manière de servir (éventuellement modulables).

En 2008, le montant des indemnités forfaitaires pour travaux supplémentaires (IFTS) s’est élevé à 33,4 millions d’euros.

Les bénéficiaires ont été principalement les fonctionnaires de catégorie B (62 %), puis les fonctionnaires de catégorie A (34 %) et les non titulaires (4 %).

Actuellement, la prime de rendement, prime liée à la manière de servir, fait l’objet d’une modulation pour les seuls agents relevant des corps des administrateurs civils, des attachés d’administration et des secrétaires administratifs ayant atteint le 8e échelon (administration centrale) ou le 6e échelon (services déconcentrés).

Elle a représenté 10,6 millions d’euros en 2008 et a bénéficié aux agents de catégorie A (à hauteur de 58 %), à ceux de catégorie B (pour 41 %) et, de façon marginale, aux non-titulaires.

Le ministère envisage à court terme une extension de cette modulation à l’ensemble des fonctionnaires des catégories A et B, quelle que soit leur filière.

Enfin, l’indemnité de fonction et de résultat (IFR), également modulable, n’a été versée qu’à des agents de catégorie A, pour un montant total de 4,1 millions d’euros en 2008.
Les modalités d’attribution des primes varient en fonction des corps statutaires.
Ainsi, pour les administrateurs civils et les attachés d’administration, l’exercice de modulation est lié à celui de l’évaluation annuelle.

Le montant de la modulation, qui porte sur l’IFTS, la prime de rendement et l’IFR, dépend de l’appréciation portée par le supérieur hiérarchique sur la manière de servir de l’agent lors de l’évaluation annuelle et du bilan sur la réalisation des objectifs assignés.

Pour les secrétaires administratifs concernés par le système de modulation des primes, le montant de leurs primes est actuellement apprécié par leur chef de service au regard de leur notation.

Les primes modulées sont l’IFTS (en administration centrale et dans les services déconcentrés) et la prime de rendement (en administration centrale).

S’agissant de l’évolution de ces dispositifs d’attribution des primes, le ministère de la défense est pleinement engagé dans la démarche consistant à faire de l’instrument indemnitaire un outil efficace de valorisation des fonctions exercées par chaque agent et de reconnaissance de leur mérite et de leur performance.

Ainsi, la prime de fonctions et de résultats, créée par le décret n° 2008-1533 du 22 décembre 2008, qui se substitue aux diverses primes existantes, sera-t-elle, dans un premier temps, mise en oeuvre au profit des attachés dès la fin 2009.

Les travaux de mise en place, actuellement en voie de finalisation, permettront de distinguer clairement la part liée aux fonctions exercées de la part liée aux résultats individuels de chaque agent.

S’agissant du personnel militaire, les mécanismes issus d’une rémunération à la performance concernent les militaires appartenant à l’encadrement supérieur du ministère, en raison du haut niveau de leurs responsabilités exercées.

L’indemnité d’activité et de service (IAS), dont le montant s’est élevé à 1,37 million d’euros en 2008, est ainsi attribuée aux membres du corps militaire du contrôle général des armées (CGA).

Cette indemnité comprend une part fixe, éventuellement majorée d’un complément forfaitaire pour compenser les sujétions liées aux déplacements dans le cadre de leur mission permanente de contrôle et d’enquête, ainsi qu’une part variable tenant compte des fonctions exercées et de la qualité des services rendus, du contenu et de la difficulté des fonctions exercées, ainsi que de la contribution aux différents travaux et actions du CGA.

L’évaluation de chaque contrôleur est réalisée par son chef de groupe qui soumet une proposition à une instance du contrôle chargée de conseiller le chef du CGA.

Cette évaluation conduit à un classement de l’ensemble des contrôleurs dans chaque grade.
De même, des primes sont versées aux ingénieurs militaires de la direction générale de l’armement : allocation spéciale de développement, prime de service et de rendement et prime de service.

Le principe est celui d’une allocation modulable fixée semestriellement par le ministre de la défense dans la limite d’un plafond.

Ces primes, qui ont représenté un montant total de 11,72 millions d’euros en 2008, tiennent compte de la nature des fonctions exercées et des services rendus.

L’extension aux autres militaires de ce mécanisme de rémunération à la performance fait actuellement l’objet d’une réflexion.

L’une des orientations envisagées pourrait consister à récompenser la performance collective dans un esprit de cohésion des unités militaires.

En outre, certains emplois pourraient utilement être soumis à ce régime de rémunération, dès lors que l’action individuelle du militaire qui l’occupe peut être déterminante.

Au-delà de cette réflexion, les nouveaux statuts particuliers des militaires comportent des mécanismes destinés à récompenser les militaires les plus méritants.

En effet, les militaires dont les résultats sont remarquables progressent plus rapidement en grade, tandis que la réduction de l’ancienneté dans les premiers échelons des grades permet d’atteindre plus rapidement le niveau de rémunération supérieur.

Ces dispositions répondent à une logique d’intéressement individuel, tout en préservant la cohésion des unités opérationnelles.

S’agissant des trois grands subordonnés du ministre ainsi que des chefs d’état-major et des directeurs d’administration centrale, le tableau ci-dessous donne, pour chaque prime, le montant global versé et le montant moyen attribué au titre de l’année 2008.


PRIME DE
rendement
IFTS
IFR
INDEMNITÉ
de
performance
Montant global des primes allouées en 2008
512 924 EUR
861 802 EUR
789 452 EUR
544 575 EUR
Moyenne annuelle
12 510 EUR
21 020 EUR
19 255 EUR
14 331 EUR



Source : JO du 20/10/2009 page : 9917
NOTE DE L’ADEFDROMIL


Dans sa réponse à la question parlementaire de Mme Marylise Lebranchu, relative à la rémunération au mérite s’agissant du ministère de la défense, M. Hervé Morin communique un tableau chiffré, pour le moins imprécis.

En effet, il ne détaille pas les sommes versées, ni par ligne budgétaire, ni par catégories de personnel ce qui amène à se poser les questions suivantes quant à la part financière :
- de la nouvelle bonification indiciaire dite “de haut niveau”, jusqu’à 200 points de majoration d’indice ;

- de l’admission de certains officiers généraux “au traitement”, sur liste d’emplois ou sur décision nominative, afin qu’ils puissent bénéficier de primes non prévues par les régimes de solde des militaires;

- de la prime de fonction et de résultats de certains personnels des administrations centrales attribuée aux emplois de “haut niveau” et dont bénéficient notamment certains officiers généraux placés à cet effet “au traitement” ;

- de la prime de performance des directeurs d’administration centrale, dont bénéficient notamment certains officiers généraux placés à cet effet “au traitement” ;

- de l’admission de certains officiers généraux au “hors échelle E flottant” lié en principe à la fonction, dans les faits véritable “droit acquis” ;

- de la prime sui generis versée sans texte réglementaire fondateur (absence de décret) au général Cambournac “chef de la mission réforme” par décision du ministre Morin.

http://adefdromil.org/?p=3457
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Re: Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000   Sam 5 Déc 2009 - 0:20

Up !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Comment l'armée française soigne ses très chers généraux ?   Mar 8 Déc 2009 - 18:18

Comment l'armée française soigne ses très chers généraux

Par Jacques Bessy | Vice-président de l'Adefdromil | 04/07/2009 | 10H50


Les généraux, une caste méconnue dont les avantages n'ont rien à envier aux meilleurs « golden parachutes » des PDG.

Poursuivant un travail entamé il y a plusieurs années, l'Adefdromil, qui défend les droits des militaires, s'est longuement penchée sur le sort des généraux de l'armée française. Coup de gueule.
L'approche de la fête du 14-Juillet nous rappelle que la France dispose d'une armée professionnelle de plus en plus petite, mais proportionnellement de plus en plus encadrée par des officiers généraux. Une situation en contradiction avec le discours officiel sur la réforme des armées entreprise dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP).

En sept ans, l'armée va réduire ses effectifs de 54 000 militaires. Mais cette période de disette financière n'empêche pas nos très chers généraux de rester d'éminents privilégiés de la République.

Moins de soldats mais toujours autant de généraux
Combien sont-ils ? Jean Guisnel, spécialiste des problèmes de défense et auteur de l'enquête « Les Généraux » (1990), publie le 5 juin 2008 dans Le Point une estimation de leur nombre :



« Le nombre des officiers généraux en activité (ce que les militaires appellent la “première section”) était fin 2007 de 633 :



  • armée de terre : 202
  • délégation générale pour l'armement : 120
  • armée de l'air : 81
  • contrôle général des armées : 80
  • marine nationale : 65
  • service de santé : 58
  • gendarmerie nationale : 54
  • service des essences : 3…

En moyenne, les généraux en première section ont une vie administrative courte : quatre ans à peine. En règle générale, ils sont tenus de quitter leur poste à 57 ans, sauf si un contrat lié à une promotion leur permet d'atteindre les 61 ans du général à cinq étoiles. »

Ce nombre est stable depuis plus de trente ans, puisqu'on en comptait, selon une réponse officielle publiée en 2002, 612 en 1975 et 629 en 1985. Il s'agit là de « postes budgétaires » : cela signifie qu'il est possible de nommer deux officiers pour six mois chacun, leur permettant ainsi de partir à la retraite à un échelon supérieur.

L'Adefdromil s'est livrée à un modeste relevé de décisions dans les journaux officiels de juin et juillet 2008. Elle a compté pas moins de 210 noms d'officiers généraux en à peine plus d'un mois, dont seulement deux personnels féminins et deux « quarts de place », appelés ainsi car nommés le jour de leur départ du service actif, ce qui leur permet de bénéficier de la carte de réduction SNCF à 75%.

Le RSA (revenu de solidarité active) des généraux

Combien gagnent-ils ? Selon un article reprenant les données du ministère de la Défense et publié en mai 2008 sur le blog de Jean-Dominique Merchet, journaliste à Libération, la solde moyenne d'un officier général serait de 5 850 euros, moyenne d'une fourchette comprise entre 5 200 et 6 600 euro.

Ces chiffres ne correspondent en fait qu'à un peu plus de 50% de la réalité, puisqu'ils n'expriment que la solde de base brute mensuelle d'un général de division. En fait, de 46 à 60% de la rémunération nette est constituée par des primes, comme dans le reste de la haute fonction publique -hors nouvelle bonification indiciaire et prime de résultat.

Un âge limite de départ du service actif rarement respecté

En 2005, l'âge limite de départ du service actif a été fixé à 61 ans pour les généraux des forces (hors personnels navigants) et jusqu'à 65 ans dans les services. Il correspond à ce qui existe dans d'autres corps civils de l'Etat. Il n'y a donc aucune contrainte statutaire qui justifie les dérives actuelles.

Dans les faits, la plupart des généraux sont incités à quitter le service actif avant ses limites d'âge par des mesures de gestion convaincantes.

Ainsi, nos très chers généraux peuvent bénéficier d'une disponibilité spéciale pendant laquelle ils perçoivent au minimum six mois de solde de base, c'est à dire qu'il percevront un salaire plein pendant six mois tout en ayant cessé leur activité, avant de commencer à percevoir leur pension.
Ceux qui ont piloté peuvent bénéficier d'un congé du personnel navigant qui peut durer trois ans au maximum. Ils ont droit également à de juteuses indemnités de reconversion.


Jamais à la retraite, mais tranquilles


La « deuxième section » des officiers généraux a été créée en 1839 sous Louis-Philippe, en théorie pour permettre de rappeler facilement à l'activité les généraux compétents en temps de guerre. Cent soixante-dix ans plus tard, la France mène surtout des opérations extérieures sous mandat international et avec des effectifs réduits. Mais le mode de gestion a été conservé : on ne change pas une équipe qui gagne !
Dans un rapport de présentation d'un projet de loi modifiant l'ancien statut général des militaires en 2004 (n°1741), Guy Tessier, président actuel de la Commission de la défense précisait :


« Bien que sans emploi, les officiers généraux de la deuxième section sont considérés comme étant en activité sans limite d'âge et sans limitation de nombre.
Ils restent pour la plupart, de manière très théorique, à la disposition du ministre de la Défense qui peut les employer en fonction des nécessités de l'encadrement, notamment en temps de guerre. Ils sont soumis au
devoir de réserve et aux règles statutaires relatives à la liberté d'expression… »

Et le rapporteur de dénombrer 5 500 généraux en deuxième section pour 95 rappels annuels à l'activité !

Pas de problèmes d'emploi des seniors pour les généraux

Compte tenu des nombreuses nominations de généraux et de leurs départs tout aussi rapides du service actif, on a créé spécialement pour eux, en 2005, une Mission de reconversion à la vie civile des officiers généraux (Mirvog), financée par le ministère.

Deux tiers des officiers généraux retrouveraient ainsi un emploi après avoir quitté le service actif (site du ministère).


  • C'est ainsi que des généraux peuvent occuper des emplois à la société nationale immobilière qui gère le parc des logements militaires dans les principales garnisons de France. Certains se reconvertissent par cooptation dans les mutuelles militaires d'assurance comme à l'AGPM ou au GMPA. D'autres encore trouvent à s'employer dans les sociétés de sécurité et d'intelligence économique comme chez Géos qui compte ou a compté comme brillants prestataires de service les généraux de Saqui de Sannes et Poncet, sans parler des sociétés du complexe militaro-industriel comme les groupes Thalès, EADS ou Dassault qui salarient en permanence plusieurs généraux.

Pour les plus étoilés, il n'est pas besoin d'aller chercher bien loin sa reconversion. A plusieurs reprises, les anciens chefs d'état-major de l'armée de terre ont ainsi été embauchés comme conseillers d'Etat en service extraordinaire. C'est le cas actuellement du général Thorette.


  • Quelques fois, cela se passe moins bien. L'actualité récente nous a révélé qu'un contre-amiral travaillant pour EDF et présumé innocent, est devenu témoin assisté dans l'affaire du piratage de l'ordinateur d'un responsable de Greenpeace

  • Mais, indiscutablement, le poste qui, dans le genre, permet de manger au meilleur râtelier est celui de conseiller militaire à Bercy, poste ouvert sur la base du décret-loi de 1938 relatif aux réquisitions des pailles, grains et fourrages… bref de quoi s'imaginer qu'il s'agit d'un fromage.

Charité bien ordonnée commence le 1er janvier

Les mesures indiciaires de rattrapage par rapport à la fonction publique civile préconisées par le haut comité d'évaluation de la condition militaire (HCECM) ont été annoncées et planifiées sur trois ans pour mise en œuvre de 2009 à 2011.

Les nouveaux statuts particuliers, qui fixent les conditions d'accès aux différents échelons de chaque grade étant entrés en vigueur au 1er janvier 2009, la première tranche du rattrapage indiciaire leur a été associée. Les officiers généraux se sont servis en premier et en totalité dès le 1er janvier 2009, démontrant une fois de plus leur esprit de sacrifice et d'anticipation de la crise financière…

Vous l'aurez compris, chers lecteurs de Rue89, le maintien des avantages catégoriels dont bénéficient nos très chers généraux, se fonde moins sur le sens du service du pays que sur celui de leurs intérêts matériels au sens le plus étroit.

C'est pourquoi l'Adefdromil propose :


  • la suppression pure et simple de la deuxième section, archaïsme aussi inutile que coûteux, y compris en termes d'effectifs au sein du fameux BOG (bureau des officiers généraux) rattaché directement au ministre.

de réduire notablement le nombre de places de recrutement direct dans les écoles militaires d'officiers, maintenu au même niveau depuis quarante ans, tout comme d'ailleurs le nombre d'officiers généraux. Est-ce une coïncidence ?

Le chef des armées, par ailleurs patron de l'Elysée, a t-il les moyens de le faire ? Sans doute ! En aura-t-il la volonté ? Nous laissons à nos lecteurs la responsabilité de le conjecturer.


A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89


  • Le ministère de la Défense à la (double) solde des généraux

Ailleurs sur le Web


  • Le site de l'Adefdromil, l'association de défense des droits des militaires
  • Dans le Point, en juin 2008: "Les armées réduisent le nombre de leurs généraux"
  • Secret Défense, le blog de Jean-Dominique Merchet sur Libé.fr


http://www.rue89.com/2009/07/04/comment-larmee-francaise-soigne-ses-tres-chers-generaux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le-fieu
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: primes   Mar 8 Déc 2009 - 18:35

MARSOUIN 26 a écrit:
Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000 euros nets de primes de mérite chaque mois


Le ministère de la Défense vient de répondre à une question écrite de la député Marylise Lebranchu (PS, Finistère) sur les primes allouées aux personnels civils et militaires et notamment sur "le montant de chaque prime individuelle allouée aux grands subordonnés (CEMA, DGA, SGA), aux chefs d'état-major et directeurs centraux", soit une quarantaine de personnes. On peut lire la question et sa réponse, parue au Journal officiel, sur le site de l'Assemblée nationale.

La réponse n'est pas simple à décrypter mais il apparait qu'en moyenne la quarantaine (41 pour trois primes, 38 pour une autre) des plus grands responsables militaires et civils de la défense percoivent chaque mois plus de 5000 euros bruts (5592 exactement, soit environ 4200 nets) de primes sous diverses formes : primes de rendement, indemnités forfaitaires pour travaux supplémentaires, indemnités de fonctions et de résultats et indemnité de performance. Les sommes globales ont représentées 2,7 millions d'euros en 2008.

Dans la haute fonction publique, civile ou militaire, les diverses primes représentent parfois près de la moitié du traitement perçu.
http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2009/11/les-grands-chefs-militaires-et-civils-touchent-plus-de-5000-euros-de-primes-chaque-mois.html

hé bien voilà, nous avons trouvé les fonds nécessaires pour nos véhicules et matériels afin que nous puissions travailler normalement !!!
no comment

le fieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIPM
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2042
Age : 61
Localisation : Lyon
Emploi : testeur harley davidson
Date d'inscription : 18/11/2008

MessageSujet: Re: Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000   Mar 8 Déc 2009 - 19:19

la deuxième section est un véritable scandale.............mais bon, il est facile de montrer du doigt les militaires.

Regardons également du côté des personnages politiques qui pour certains en fonction de fonctions momentanées perçoivent à vie des "indemnités".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Les salaires des patrons du CAC décortiqués.   Mer 9 Déc 2009 - 18:38

S'ils ont baissé de 20% depuis la crise, ils atteignent 3,6 millions d'euros, soit 211 fois le Smic. Les dirigeants les mieux payés sont Bernard Arnault chez LVMH et Arnaud Lagardère, à plus de 13 millions.

Les chiffres proviennent une étude publiée mercredi par la société de conseil Proxinvest, qui appelle à de plus grands efforts en terme de transparence. D'autant qu'"il n'y a pas de lien entre les rémunérations et la performance" des entreprises, selon l'un des auteurs de l'étude. Les patrons des 40 plus grandes entreprises françaises ont vu leurs rémunérations reculer de 20% en 2008, sous l'effet de la crise. La rémunération moyenne des présidents exécutifs du CAC 40 s'est élevée l'an dernier à 3,6 millions d'euros, soit 211 fois le Smic, selon cette étude. La baisse des rémunérations a aussi touché les entreprises du SBF 120 (les 120 plus grandes entreprises) dont les patrons ont touché en moyenne 18% de moins qu'en 2007.

Les dirigeants les mieux payés sont Bernard Arnault chez LVMH, avec 16,8 millions d'euros par an, suivi par Arnaud Lagardère de Lagardère SCA avec 13,3 millions et Bernard Charlès de Dassault Systèmes avec 8,1 millions. Ils passent devant le directeur général de L'Oréal Jean-Paul Agon, qui était en tête de palmarès en 2007. Dans le détail, le salaire fixe des dirigeants du SBF 120 n'a pas bougé sur un an, tandis que la rémunération variable, les stock-options et les actions gratuites dont ils bénéficiaient ont reculé. En moyenne, le salaire fixe a représenté 30% de leur rémunération totale, la part variable 35% et la part actionnariale 35%, selon cette étude.

http://lci.tf1.fr/economie/entreprise/2009-12/les-salaires-des-patrons-du-cac-decortiques-5586323.html

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Les sénateurs bénéficient d'un régime spécial de retraite «trop bien» géré.   Mar 22 Déc 2009 - 0:15

Les sénateurs sont assis sur un tas d'or. Leur très généreuse caisse de retraite disposait, fin 2008, de 575 millions d'euros de réserves. De quoi financer 23 années de prestations ! C'est ce que révèle une étude de Sauvegarde retraites, dont Le Figaro dévoile le contenu en exclusivité.

L'association, qui entend promouvoir l'équité entre la retraite des salariés du privé et celle des autres actifs (fonctionnaires, ressortissants des régimes spéciaux…), s'appuie sur des ­documents officiels, publics ou non. Elle souligne le «rendement hors norme» du régime du Sénat : compte tenu de l'espérance de vie et de son âge de départ en retraite (67,5 ans), un sénateur «moyen» percevra, avant son décès, 4,90 euros de pension pour chaque euro cotisé pendant sa carrière - contre 1 euro de pension environ pour un salarié du privé et 2 pour un fonctionnaire.

http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/retraite_senateurs.pdf

http://www.lefigaro.fr/retraite/2009/12/22/05004-20091222ARTFIG00003-les-senateurs-beneficient-d-un-regime-special-de-retraite-trop-bien-gere-.php

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moulinier
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 1276
Age : 69
Localisation : guilherand granges 07
Emploi : retraité et grand père trois fois
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: les grands chefs   Jeu 24 Déc 2009 - 0:46

C'est ce qui s'appelle un train "de vie" de "Sénateur".

On gratte au tampon "Gex" les fonds de tiroirs des revenus des plus faibles et des classes moyennes. Mais au dessus, et bien on se sert bien, on chouchoute, on se bichonne, et on se plaint encore..... on fignole sa carrière et son cursus eton se fait des ronds de jambes....

Ce ne sont pas ceux qui gagnent le plus qui sont les plus généreux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moulinier.guy@wanadoo.fr
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Le Noël des fonctionnaires de police.   Mer 6 Jan 2010 - 18:19

Des primes en veux-tu en voilà : à Noël, les fonctionnaires de police ont été particulièrement gâtés par le ministère de l’Intérieur.

Les agents de police français ont bénéficié cette année, à la veille de Noël, d’une série de primes. Il y en a pour tous les goûts.

Un premier arrêté du ministère de l’Intérieur fixe une »indemnité compensatoire pour sujétions spécifiques allouée à certains fonctionnaires du corps d’encadrement et d’application de la police nationale ». Les agents de police de Paris et de Corse toucheront ainsi, chaque mois, une prime de 1 740 euros, et ceux de Versailles de 1 621 euros.

Un second arrêté fixe « les montants de la prime de commandement allouée aux fonctionnaires du corps de commandement de la police nationale ». Ainsi, chaque mois, un commandant touchera désormais une prime de 401 euros, un capitaine 366 euros, un lieutenant 332 euros, un lieutenant stagiaire 139 euros.

Un troisième arrêté vient fixer « le montant de l’allocation de maîtrise allouée aux fonctionnaires du corps d’encadrement et d’application de la police nationale ». Cette prime au titre difficilement compréhensible pour les non initiés consiste à distribuer 2 635 euros par an à chaque « fonctionnaire du corps de maîtrise et d’application de la police nationale ».

Enfin, un dernier arrêté revoit à la hausse les « montants forfaitaires de l’indemnité de fidélisation en secteur difficile attribuée aux fonctionnaires actifs de la police nationale ». Des primes qui s’échelonnent, selon le poste et l’ancienneté, de 202 euros à 1 205 euros par an.

http://www.lecri.fr/2010/01/06/le-noel-des-fonctionnaires-de-police/9120
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NARDO
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 5372
Age : 57
Localisation : Gironde - Libourne
Emploi : Gérant de société
Date d'inscription : 03/11/2007

MessageSujet: Re: Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000   Jeu 7 Jan 2010 - 13:59

moulinier a écrit:
C'est ce qui s'appelle un train "de vie" de "Sénateur".

On gratte au tampon "Gex" les fonds de tiroirs des revenus des plus faibles et des classes moyennes. Mais au dessus, et bien on se sert bien, on chouchoute, on se bichonne, et on se plaint encore..... on fignole sa carrière et son cursus eton se fait des ronds de jambes....

Ce ne sont pas ceux qui gagnent le plus qui sont les plus généreux.
Faut en parler à M. de Montesquiou, il connaît le sujet, lui !

Ben je trouve ça normal, moi.

Je ne me vois pas me lever tous les matins, pour moins de 4000 euros / mois, non ?

Vous si ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcos
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 315
Emploi : retraite actif
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000   Jeu 7 Jan 2010 - 18:15

C'est bien, vous commencez à comprendre, bossez bossez, certains en profitent.
Continuons comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
buck danny
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 542
Localisation : France
Emploi : Mdl/Chef de base
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000   Jeu 7 Jan 2010 - 20:56

Et oui les gars, il fallait bosser à l'école
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Proglio obtient 450.000 euros annuels à Veolia......   Mar 19 Jan 2010 - 15:17

Le nouveau P-DG d'EDF, Henri Proglio a obtenu de conserver une rémunération de 450.000 euros annuels à son ancienne entreprise Veolia Environnement, dont il a conservé la direction du conseil d'administration, selon le Point.fr. La décision a été prise juste avant Noël par les administrateurs de Veolia, écrit le site. Comme il a aussi obtenu une augmentation de 45% de sa rémunération au titre d'EDF, le dirigeant obtient donc globalement ce qu'il demandait, deux millions d'euros annuels.......!!!!!



http://lci.tf1.fr/filnews/economie/proglio-obtient-450-000-euros-annuels-a-veolia-5644947.html

http://videos.tf1.fr/infos/2010/salaire-de-proglio-lagarde-huee-a-l-assemblee-5646979.html


Henri Proglio, P-DG d'EDF et président du conseil d'administration de Veolia Environnement, a fini par renoncer à sa rémunération annuelle de 450.000 euros chez Veolia après la vive polémique concernant sa double rémunération, rapporte LeMonde.fr jeudi.

http://actu.europe1.fr/cmc/scanner/economie/201003/proglio-renonce-a-son-salaire-chez-veolia_290034.html?popup


Dernière édition par MARSOUIN 26 le Jeu 21 Jan 2010 - 21:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Rémunération au mérite. Prime individuelle allouée aux grands subordonnés (CEMA,   Mar 19 Jan 2010 - 17:45

Texte de la QUESTION :

Mme Marylise Lebranchu interroge M. le ministre de la défense sur la politique mise en place au sein de son ministère concernant la rémunération de la performance des agents civils et militaires.
À ce titre, elle souhaite connaître, pour l’année 2008, le montant total des primes allouées tant aux militaires qu’aux personnels civils, ainsi que les critères d’attribution de ces primes et les modalités d’évaluation des agents ayant bénéficié de ces primes.
Elle souhaite notamment connaître le montant de chaque prime individuelle allouée aux grands subordonnés (CEMA, DGA, SGA), aux chefs d’état-major et directeurs centraux.

Texte de la REPONSE :

S’agissant du personnel militaire, les mécanismes issus d’une rémunération à la performance concernent les militaires appartenant à l’encadrement supérieur du ministère, en raison du haut niveau de leurs responsabilités exercées.
L’indemnité d’activité et de service (IAS), dont le montant s’est élevé à 1,37 million d’euros en 2008, est ainsi attribuée aux membres du corps militaire du contrôle général des armées (CGA).
Cette indemnité comprend une part fixe, éventuellement majorée d’un complément forfaitaire pour compenser les sujétions liées aux déplacements dans le cadre de leur mission permanente de contrôle et d’enquête, ainsi qu’une part variable tenant compte des fonctions exercées et de la qualité des services rendus, du contenu et de la difficulté des fonctions exercées, ainsi que de la contribution aux différents travaux et actions du CGA.
L’évaluation de chaque contrôleur est réalisée par son chef de groupe qui soumet une proposition à une instance du contrôle chargée de conseiller le chef du CGA.
Cette évaluation conduit à un classement de l’ensemble des contrôleurs dans chaque grade.
De même, des primes sont versées aux ingénieurs militaires de la direction générale de l’armement : allocation spéciale de développement, prime de service et de rendement et prime de service.
Le principe est celui d’une allocation modulable fixée semestriellement par le ministre de la défense dans la limite d’un plafond.
Ces primes, qui ont représenté un montant total de 11,72 millions d’euros en 2008, tiennent compte de la nature des fonctions exercées et des services rendus.
L’extension aux autres militaires de ce mécanisme de rémunération à la performance fait actuellement l’objet d’une réflexion.
L’une des orientations envisagées pourrait consister à récompenser la performance collective dans un esprit de cohésion des unités militaires.
En outre, certains emplois pourraient utilement être soumis à ce régime de rémunération, dès lors que l’action individuelle du militaire qui l’occupe peut être déterminante.
Au-delà de cette réflexion, les nouveaux statuts particuliers des militaires comportent des mécanismes destinés à récompenser les militaires les plus méritants.
En effet, les militaires dont les résultats sont remarquables progressent plus rapidement en grade, tandis que la réduction de l’ancienneté dans les premiers échelons des grades permet d’atteindre plus rapidement le niveau de rémunération supérieur.
Ces dispositions répondent à une logique d’intéressement individuel, tout en préservant la cohésion des unités opérationnelles.
S’agissant des trois grands subordonnés du ministre ainsi que des chefs d’état-major et des directeurs d’administration centrale, le tableau ci-dessous donne, pour chaque prime, le montant global versé et le montant moyen attribué au titre de l’année 2008.

PRIME DE
rendement
IFTS
IFR
INDEMNITÉ
de
performance
Montant global des primes allouées en 2008
512 924 EUR
861 802 EUR
789 452 EUR
544 575 EUR
Moyenne annuelle
12 510 EUR
21 020 EUR
19 255 EUR
14 331 EUR


Source : JO du 20/10/2009 page : 9917

NOTE DE L’ADEFDROMIL


Dans sa réponse à la question parlementaire de Mme Marylise Lebranchu, relative à la rémunération au mérite s’agissant du ministère de la défense, M. Hervé Morin communique un tableau chiffré, pour le moins imprécis.
En effet, il ne détaille pas les sommes versées, ni par ligne budgétaire, ni par catégories de personnel ce qui amène à se poser les questions suivantes quant à la part financière :
- de la nouvelle bonification indiciaire dite “de haut niveau”, jusqu’à 200 points de majoration d’indice ;
- de l’admission de certains officiers généraux “au traitement”, sur liste d’emplois ou sur décision nominative, afin qu’ils puissent bénéficier de primes non prévues par les régimes de solde des militaires;

- de la prime de fonction et de résultats de certains personnels des administrations centrales attribuée aux emplois de “haut niveau” et dont bénéficient notamment certains officiers généraux placés à cet effet “au traitement” ;
- de la prime de performance des directeurs d’administration centrale, dont bénéficient notamment certains officiers généraux placés à cet effet “au traitement” ;

- de l’admission de certains officiers généraux au “hors échelle E flottant” lié en principe à la fonction, dans les faits véritable “droit acquis” ;
- de la prime sui generis versée sans texte réglementaire fondateur (absence de décret) au général Cambournac “chef de la mission réforme” par décision du ministre Morin.



http://adefdromil.org/?p=3457
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: René et Jean-Jacques, députés pour 11 548 euros   Mer 27 Jan 2010 - 8:03

René Dosière et Jean-Jacques Urvoas, députés socialistes, ont, par souci de transparence, dévoilé leurs comptes sur leurs blogs.
Les députés touchent un salaire mensuel de 5 219 euros. A cette somme s'ajoutent deux enveloppes :


  • L'une est destinée à rémunérer les collaborateurs parlementaires des députés : 9 021 euros mensuels. Les députés ne la touchent pas directement, mais bénéficient dessus d'un droit de tirage pour rémunérer leurs assistants parlementaires et leurs secrétaires. Théoriquement, il ne peuvent en bénéficier, mais une partie est détournée en pratique chaque fin d'année à leur profit, comme l'avait révélé Rue89.



  • L'autre, l'IRFM, l'indemnité représentative de frais de mandat, s'élève à 6 329 euros mensuels.



Couvrir les frais liés à la fonction de député


Ce sont les dépenses liées à cette enveloppe que les deux députés ont publiées sur leurs blogs. Cette somme permet de couvrir plusieurs frais liés à la fonction de député : les frais de permanence en circonscription (loyer, meubles, matériel, électricité…) ; les frais de déplacement et essence ; les frais de restauration ; les frais d'habillement…
Des avantages viennent compléter ces frais couverts pas l'Assemblée : le train et les transports en public sont gratuits pour les députés ; ils peuvent bénéficier de 40 billets d'avion par an entre leur circonscription et Paris ; une partie des frais d'hôtellerie à Paris est prise en charge par l'Assemblée ; une résidence, un coiffeur et une buvette réservés aux députés affichent des prix très avantageux ; un abonnement téléphonique est réglé par l'Assemblée à hauteur de 4700 euros (députés parisiens), 6 600 euros (députés de province) ou 10 000 euros (députés d'Outre-mer) par an.




René Dosière


Le député de la 1ère circonscription de l'Aisne, spécialiste du budget de l'ELysée a, le premier, mis en ligne un document de 9 pages dans lequel il s'emploie à expliquer comment il dépense son IRFM :

Frais liés au local de circonscription : 1715 euros




Location : 804
Personnel de service : 150
Electricité-Chauffage : 130
Assurance : 36
Entretien courant : 190
Location du photocopieur : 165
Fournitures de bureau : 150
Frais postaux : 90
Frais liés à l'activité parlementaire : 3 767 euros




Rémunération des collaborateurs (en sus du crédit collaborateur) : 720
Hébergement à Paris (hôtel) : 300
Restauration : 880
Frais de déplacements : 843
Surcoût habillement : 200
Surcoût coiffeur : 21
Documentation : 200
Presse-médias : 150
Cartes de vœux : 23
Compte rendus de mandat : 350
Contributions diverses : 80
Tous les mois, René Dosière dépense 5 482 euros et épuise donc son enveloppe. Les 356 euros restant servant à financer sa participation au fonctionnement du groupe socialiste.
Il précise que ce financement existe pour permettre « à des députés sans fortune personnelle ou familiale (ce qui est mon cas) d'exercer leur mandat dans des conditions matérielles satisfaisantes. »
Pas assez pour les collaborateurs


Toutes les dépenses dont le député fait état sont longuement commentées et justifiées sur son blog. Par exemple, René Dosière relève que l'enveloppe servant à rémunérer les collaborateurs est « insuffisante », c'est pourquoi il reverse une partie de son IRFM à ses assistants parlementaires.
Concernant les frais de téléphone et de transport, le député se félicite de ne pas ponctionner toute les crédits :

« Aucune dépense de téléphone ne figure car chaque député dispose, en outre, d'un forfait annuel de 6610 euros (les factures sont payées par un gestionnaire agréé par l'Assemblée).
En 2008, malgré une activité soutenue, j'ai pris soin de limiter cette dépense. A ce titre j'ai utilisé 4988 euros, soit pour l'Assemblée une économie de 1622 euros.
Pour les déplacements dans Paris, l'Assemblée rembourse les frais de taxi des députés dans la limite d'un plafond annuel de 2750 euros.
En ce qui me concerne, en 2008, j'ai demandé le remboursement de 328 euros. J'utilise plus fréquemment métro et bus, disposant d'une carte libre circulation. »



Jean-Jacques Urvoas



Moins détaillé mais témoignant se sa bonne volonté, le compte-rendu de Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère en 2007, attire l'attention sur un avantage peu connu du grand public : les prêts.
Les députés peuvent obtenir des prêts à taux préférentiels, de trésorerie dans la limite de 18 000 euros. Pour leur logement, le montant moyen des prêts consentis aux députés, d'une durée de dix ans à 2 %, s'élève à 76 225 €.
Tous les mois, son IRFM est répartie comme suit, soit :


  • Prélèvement CSG : 460.43


  • Prélèvement RDS : 30.70


  • Cotisation au groupe socialiste : 343


  • Remboursement d'un prêt d'honneur consenti pour une permanence à Quimper : 950


  • Remboursement d'un emprunt contracté pour l'achat d'une permanence : 1.950 euros


  • Assurance pour ces deux prêts : 37.25 euros


  • Abonnements média : 350 euros


  • EDF : 190 euros


  • Syndic de copropriété de la permanence : 200 euros


  • Entretien et matériel de bureau : 200 euros


  • Installations et fournitures informatiques : 327 euros


  • Hôtels (3 nuits par semaine) : 275 euros


  • Repas : 300 euros


  • Parking : 100 euros


  • Entretien et usage de son automobile, frais de pressing et d'habillement… : 230 euros


Aucun contrôle n'est réalisé pour vérifier que cette enveloppe est utilisée à bon escient. Pour vérifier qu'il n'y a pas eu enrichissement personnel durant le mandat des députés, une déclaration de patrimoine est obligatoire en début et fin de mandat. Une législation que René Dosière juge « incomplète et, dans les faits, inutile ».

http://eco.rue89.com/2009/07/22/rene-et-jean-jacques-deputes-pour-11-548-euros

http://www.rue89.com/2009/05/20/comment-les-deputes-gerent-leurs-frais-de-representation?page=0#comment-867430

http://www.rue89.com/tag/porte-monnaie

http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/indemnite.asp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Johnny, Proglio, Henry : qui gagne vraiment le plus ?   Mer 27 Jan 2010 - 8:13

C'est un des arguments favoris des défenseurs d'Henri Proglio : si son salaire vous choque, vous devriez être outré par celui de votre chanteur ou sportif préféré. A première vue, les chiffres leur donnent raison. Mais cette comparaison a-t-elle vraiment un sens ?

Comparons, par exemple, les rémunérations des dix PDG, sportifs et chanteurs les mieux payés, avec ces palmarès publiés dans la presse :

  • Les dix PDG les mieux payés selon Alternatives Economiques (salaires fixe et variable, stock options…)
  • Les dix sportifs les mieux payés selon L'Equipe Magazine (incluant le salaire, les primes et les contrats publicitaires)
  • Les dix chanteurs les mieux payés selon Le Figaro (ventes de disques, concerts…)

La comparaison n'est pas encore possible pour 2009 (les entreprises du CAC 40 n'ont pas encore publié leurs comptes annuels). Voici le résultat pour 2008 :
Ils gagnent plus de 10 millions d'euros par an

  • Thierry Henry : 17,7 millions d'euros
  • Bernard Arnault (LVMH) : 17,3 millions
  • Arnaud Lagardère (Lagardère) : 13,2 millions

Ils gagnent plus de 5 millions d'euros par an

  • Tony Parker : 9,6 millions
  • Chris Viehbacher (Sanofi-Aventis) : 9,3 millions
  • Franck Ribery : 8,3 millions
  • Franck Riboud (Danone) : 8,3 millions
  • Patrick Vieira : 8 millions
  • Sébastien Loeb : 7,5 millions
  • Henri de Castries (Axa) : 7,4 millions
  • Boris Diaw : 6,7 millions
  • Nicolas Anelka : 6,3 millions
  • Karim Benzema : 6 millions
  • Djibril Cissé : 5,9 millions
  • Martin Bouygues (Bouygues) : 5,9 millions
  • Claude Makelele : 5,7 millions
  • Jean-Bernard Lévy (Vivendi) : 5 millions

Ils gagnent plus d'un million par an

  • Baudouin Prot (BNP Paribas) : 4,9 millions
  • Jean-Paul Agon (L'Oréal) : 4,8 millions
  • Patrick Kron (Alstom) : 4,8 millions
  • Francis Cabrel : 4 millions
  • Bénabar : 2,3 millions
  • Johnny Hallyday : 2,2 millions
  • Christophe Maé : 2,1 millions
  • Bernard Lavilliers : 1,8 million
  • Thomas Dutronc : 1,45 million
  • Mylène Farmer : 1,4 million
  • Alain Souchon : 1,3 million
  • Renan Luce : 1 million

En 2008, Thierry Henry a donc gagné davantage que le PDG le mieux payé, Bernard Arnault (LVMH). Henri Proglio, qui touchera 1,6 million d'euros chez EDF, se serait classé entre Bernard Lavilliers et Thomas Dutronc, et loin derrière Francis Cabrel.
Le classement des chanteurs les mieux payés en 2009, établi par Le Figaro, confirme la tendance. Il révèle aussi une des faiblesses de la comparaison entre PDG, chanteurs et sportifs..........

http://eco.rue89.com/2010/01/25/johnny-proglio-henry-qui-gagne-vraiment-le-plus-135357
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: .Raffarin: limiter les hausses de salaire des patrons d'entreprises.   Mer 27 Jan 2010 - 21:51

Le sénateur UMP de la Vienne Jean-Pierre Raffarin a plaidé aujourd'hui pour "un plafonnement des augmentations de salaire des patrons d'entreprises dont l'Etat est actionnaire".

Evoquant la polémique entourant la rémunération du président d'EDF Henri Proglio, "il y a un certain nombre de choses de cette nature là qui ne concernent pas EDF, qui ne concernent pas Henri Proglio en tant que tel, (mais) qui concernent la gestion publique des entreprises publiques", a estimé l'ancien Premier ministre dans l'émission Questions d'Info de LCP/AFP/France Info. "Et là l'Etat devrait avoir une gouvernance qui serait mieux cadrée".

M. Raffarin a aussi regretté les "hésitations" du gouvernement. "Dans cette affaire, on a donné le sentiment d'avancer, de reculer (...). Et les hésitations ne sont jamais très bonnes pour la pédagogie", a-t-il affirmé.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/01/27/01011-20100127FILWWW00710-raffarin-plafonner-les-hausses-de-salaire.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moulinier
3 étoiles
3 étoiles


Nombre de messages : 1276
Age : 69
Localisation : guilherand granges 07
Emploi : retraité et grand père trois fois
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: les grands chefs militaires   Jeu 28 Jan 2010 - 16:14

OUAIE ! Il faut moraliser tout celà.

D'abord poser la question de la deuxième section ? Est ce utile ? On peut supposer que nos grands chefs militaires paient leurs impôts en France, même à la retraite ! Donc la dessus pas de problème.

Combien gagne en plus de sa solde; un général en retraite employé de GMPA et AGPM ? Ne vaudrait il pas mieux dans ce monde mutualiste employer des gens que l'on paiera moins et qui seront tout aussi compétents, si ce n'est plus. Ces gens ne connaissent généralement pas le bénévolat. Ce sont les mutualistes et les adhérents qui paient les cotisations et plus ils avancent dans l'âge, plus ils les trouvent cheres pour des prestations qui diminuent.

Pour les civils : Les peoples qui ont choisi de payer leurs impôts hors la France. Pas d'honneurs élyséens, pas de bénéfice de la sécurité sociale également.
Pour les autres, qu'ils paient leurs impôts au pourcentage de ce qu'ils gagnent. Et que tous les revenus soient pris en compte pour le calcul de l' impôt, sauf cas exceptionnels inscrits au grand livre de la dette publique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moulinier.guy@wanadoo.fr
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Age : 64
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Des économies, pour qui ?   Dim 30 Mai 2010 - 8:53

Des économies, pour qui ?

Le gouvernement cherche 600 nouveaux millions d'euros d'économies sur le dos de la Sécurité sociale. Pourquoi ? Le seuil d'alerte a été dépassé. Les frais "dérapent", nous explique-t-on. François Baroin et Roselyne Bachelot ont rapidement identifié des pistes d'économies: baisses de prix de médicaments, baisse des indemnités journalières d'arrêt maladie, gel de certains crédits, les idées ne manquent pas… D'autres dépenses dérapent, mais les autorités de Sarkofrance n'en font pas tout un plat: vendredi, le député René Dosière s'est inquiété de l'évolution des dépenses élyséennes : en 2009, elles ont progressé de 2,9 millions d'euros, dépassant l'enveloppe allouée pour l'exercice. L'Elysée ne tient pas ses comptes. Les seuls frais de voyages ont dérapé de 8 millions d'euros par rapport à 2008. Au passage, on apprend que l'utilisation du château de la Lanterne, à Versailles, pour les weekends du monarque coûte près de 200 000 euros l'année.

Vendredi, l'Assemblée nationale a également refusé, à trois reprises, des amendements de l'opposition visant à ce que les ministres qui ont conservé un mandat de maire ou d'élu local ne perçoivent, «au titre de ses mandats locaux, aucune rémunération, aucune indemnité et aucun avantage». La quasi-totalité des ministres et secrétaires d'état sont concernés. La rigueur n'est pas pour tout le monde.

Le même jour, une association dénonçait l'avantageux système de retraites des parlementaires, et surtout des députés: il suffit d'un mandat de 5 ans pour qu'un élu à l'Assemblée nationale dispose de l'équivalent de 40 annuités de cotisation d'un salarié.

http://www.marianne2.fr/sarkofrance/160eme-semaine-de-Sarkofrance-comment-Sarko-a-endormi-les-Francais-sur-les-retraites_a78.html

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2010-05-28/train-de-vie-depenses-le-depute-dosiere-part-a-la-chasse-au-gaspi-du/917/0/460472

LE CUMUL DES INDEMNITÉS
LE TRAITEMENT DES MINISTRES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les grands chefs militaires et civils touchent plus de 4000
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Archives du forum :: Archives rémunération / grilles indiciaires-
Sauter vers: