Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 L'Histoire de la Gendarmerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erwin
Nouveau membre
Nouveau membre
avatar

Nombre de messages : 9
Age : 38
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: L'Histoire de la Gendarmerie   Sam 14 Nov 2009 - 13:03

La gendarmerie est fille de la maréchaussée. Force militaire née au 12ème siècle, chargée initialement de surveiller les "gens de guerre et pillards" et de rendre la justice aux armées. Dans le désordre des polices et des juridictions de l'ancien régime, ses compétences se sont accrues peu à peu.

Puissant instrument aux mains du pouvoir royal, elle contribue à l'avènement de l'État moderne. L'édit de PARIS en 1536, qui lui confie la répression des crimes de grand chemin, étend ses attributions au delà du domaine militaire.
Dotée d'attributions mixtes, civiles et militaires, la maréchaussée est à la fois une force de police au service du roi ou des juges ordinaires et une juridiction d'exception.
Ses structures s'organisent: le 18ème siècle jette sur le territoire un filet de brigades où patrouillent chaque jour des cavaliers aux tenues désormais uniformes.
En 1789, la maréchaussée, incarnation de l'autorité royale, jouit d'une grande popularité, au point d'être qualifiée dans les cahiers de doléance, de "corps le plus utile de la nation".
La révolution elle même a bientôt besoin d'ordre. Elle reconduit dans ses attributions passées l'ancienne maréchaussée, rebaptisée gendarmerie nationale en 1791 et double ses effectifs. Seules disparaissent ses fonctions juridictionnelles peu conformes avec la théorie de la séparation des pouvoirs.
La loi du 28 germinal an VI, véritable charte de la Gendarmerie, codifie pour longtemps ses principes d'action et ses attributions, faisant notamment le partage entre ses missions de police administratives et celles de police judiciaire.
Sous l'empire comme sous la révolution, elle se couvre de gloire sur les champs de bataille, à Hondschoote puis à Dantzig Burgos ou Villodrigo. La Gendarmerie devient l'Arme favorite de Napoléon. Il lui confie sa garde personnelle et la comble d'honneurs. Avec leur haute taille et leur grande vertu, les gendarmes, en 1800, sont devenus,selon les mots du général Radet "les premiers soldats de la république.
Après 1814, sa fidélité obstinée aux légalités constitutionnelles successives, la place, à chaque révolution, dans le camp des vaincus. Elle subi la concurrence répétée de la garde nationale. Pourtant, au 19ème siècle, les textes réglementaires, relatifs à la gendarmerie modifient peu à peu les grandes orientations de la loi de germinal an VI. Ces périodes de disgrâce ont aussi la vertu de forcer les gendarmes à se replier dans les campagnes. Ils y trouvent l'estime que PARIS leur refuse et enracinent pour longtemps la notoriété de l'institution.

En 1950, chaque canton a sa brigade. Puis les régimes découvrent l'intérêt de disposer d'une force militaire chargée de veiller à l'ordre public. Ils créent de nouvelles unités: la gendarmerie d'Afrique en 1833, les voltigeurs corses en 1835 ou la garde républicaine en 1848.
Ce n'est qu'avec la IIIème république que la gendarmerie retrouve la stabilité politique nécessaire à l'accomplissement de ses missions. Elle est de tous les rêves de la république. Ambassadeur de la république au village, le gendarme renseigne autant qu'il réprime. Hors de la métropole, il est la cheville ouvrière de l'aventure coloniale. Brocardé, mais respecté, confirmé dans ses missions par le décret de 20 mai 1903, "pandore" a retrouvé sa place dans la vie de la nation.
La participation aux guerres de ce siècle lui confère un rang équivalent à celui des autres armes. Au XX siècle, elle épouse résolument le progrès technique. La bicyclette,l'automobile puis l'informatique dès 1970 pour s'adapter aux profondes mutations de la société française.
Aujourd'hui, la gendarmerie présente toujours la singularité de savoir conjuguer les exigences de la modernité avec les richesses de la tradition. Chaque unité, même récemment créée, semble trouver un écho dans l'histoire de l'arme.






Source : http://pagesperso-orange.fr/eugene.bigotte/historique.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Histoire de la Gendarmerie   Sam 14 Nov 2009 - 14:36

Erwin a écrit:
La gendarmerie est fille de la maréchaussée. Force militaire née au 12ème siècle, chargée initialement de surveiller les "gens de guerre et pillards" et de rendre la justice aux armées. Dans le désordre des polices et des juridictions de l'ancien régime, ses compétences se sont accrues peu à peu.

Puissant instrument aux mains du pouvoir royal, elle contribue à l'avènement de l'État moderne. L'édit de PARIS en 1536, qui lui confie la répression des crimes de grand chemin, étend ses attributions au delà du domaine militaire.
Dotée d'attributions mixtes, civiles et militaires, la maréchaussée est à la fois une force de police au service du roi ou des juges ordinaires et une juridiction d'exception.
Ses structures s'organisent: le 18ème siècle jette sur le territoire un filet de brigades où patrouillent chaque jour des cavaliers aux tenues désormais uniformes.
En 1789, la maréchaussée, incarnation de l'autorité royale, jouit d'une grande popularité, au point d'être qualifiée dans les cahiers de doléance, de "corps le plus utile de la nation".
La révolution elle même a bientôt besoin d'ordre. Elle reconduit dans ses attributions passées l'ancienne maréchaussée, rebaptisée gendarmerie nationale en 1791 et double ses effectifs. Seules disparaissent ses fonctions juridictionnelles peu conformes avec la théorie de la séparation des pouvoirs.
La loi du 28 germinal an VI, véritable charte de la Gendarmerie, codifie pour longtemps ses principes d'action et ses attributions, faisant notamment le partage entre ses missions de police administratives et celles de police judiciaire.
Sous l'empire comme sous la révolution, elle se couvre de gloire sur les champs de bataille, à Hondschoote puis à Dantzig Burgos ou Villodrigo. La Gendarmerie devient l'Arme favorite de Napoléon. Il lui confie sa garde personnelle et la comble d'honneurs. Avec leur haute taille et leur grande vertu, les gendarmes, en 1800, sont devenus,selon les mots du général Radet "les premiers soldats de la république.
Après 1814, sa fidélité obstinée aux légalités constitutionnelles successives, la place, à chaque révolution, dans le camp des vaincus. Elle subi la concurrence répétée de la garde nationale. Pourtant, au 19ème siècle, les textes réglementaires, relatifs à la gendarmerie modifient peu à peu les grandes orientations de la loi de germinal an VI. Ces périodes de disgrâce ont aussi la vertu de forcer les gendarmes à se replier dans les campagnes. Ils y trouvent l'estime que PARIS leur refuse et enracinent pour longtemps la notoriété de l'institution.

En 1950, chaque canton a sa brigade. Puis les régimes découvrent l'intérêt de disposer d'une force militaire chargée de veiller à l'ordre public. Ils créent de nouvelles unités: la gendarmerie d'Afrique en 1833, les voltigeurs corses en 1835 ou la garde républicaine en 1848.
Ce n'est qu'avec la IIIème république que la gendarmerie retrouve la stabilité politique nécessaire à l'accomplissement de ses missions. Elle est de tous les rêves de la république. Ambassadeur de la république au village, le gendarme renseigne autant qu'il réprime. Hors de la métropole, il est la cheville ouvrière de l'aventure coloniale. Brocardé, mais respecté, confirmé dans ses missions par le décret de 20 mai 1903, "pandore" a retrouvé sa place dans la vie de la nation.
La participation aux guerres de ce siècle lui confère un rang équivalent à celui des autres armes. Au XX siècle, elle épouse résolument le progrès technique. La bicyclette,l'automobile puis l'informatique dès 1970 pour s'adapter aux profondes mutations de la société française.
Aujourd'hui, la gendarmerie présente toujours la singularité de savoir conjuguer les exigences de la modernité avec les richesses de la tradition. Chaque unité, même récemment créée, semble trouver un écho dans l'histoire de l'arme.

Source : http://pagesperso-orange.fr/eugene.bigotte/historique.htm

Aujourd'hui, loin d'être brocardée, la Gendarmerie est ignorée, décrédibilisée et méprisée par l'actuelle République, ou devrais-je plutôt dire "nouveau Régime"...

Et je crains que nous ne soyons en train de voir s'écrire le déclin, l'agonie, et malheureusement la mort d'une Institution qui a participé à l'histoire, à la construction et à la Grandeur de notre Nation, et qui n'est plus finalement aujourd'hui, que le reflet même de cette Nation... ignorée, décrédibilisée et méprisée par une grande partie de ceux qu'elle a fait rêver par sa Révolution de 1789 et les idées qu'elle a générée, et qui se sont rependues de par le monde...
Revenir en haut Aller en bas
Marrem
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 1587
Age : 45
Localisation : Près des miens !
Emploi : Quadra !
Date d'inscription : 26/07/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire de la Gendarmerie   Sam 14 Nov 2009 - 21:55

"Aujourd'hui, loin d'être brocardée, la Gendarmerie est ignorée, décrédibilisée et méprisée par l'actuelle République, ou devrais-je utôt dire "nouveau Régime"..."

Entièrement d'accord mais arrêtons également de nous auto-détruire (La base et le commandement) car des fois je comprends qu'on soit décrédibilisé et méprisé...................

Ce matin, j'ai appris que la B.M.O. de mon groupement prenait, le week-end, le MASTER (ou véhicule similaire), de couleur blanche, avec galerie sur le toit, des S.T.I. pour le placer au bord de la route et faire des "vitesses" à l'aide des jumelles.....

Comme quoi la photo qui circule sur le net, avec un gendarme debout dans un véhicule de société, entrain de faire également des vitesses, dans une zone de travaux, sur une autoroute, n'est pas un montage Nul Nul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Histoire de la Gendarmerie   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Histoire de la Gendarmerie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Forums annexes :: Divers : TOUT SAUF LE BOULOT !-
Sauter vers: