Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Mar 6 Oct 2009 - 16:59

Rappel du premier message :

Dans ce sujet, on pourrait rassembler les informations et articles de presse concernant la sécurité des personnes et des biens,
en France, aussi bien qu'au niveau international.

Vaste et inépuisable sujet, tant est grande l'imagination des malfaiteurs en tous genres, des criminels et des terroristes,
à trouver de nouvelles astuces, à mettre au point de nouvelles techniques, presque toujours en avance sur les parades
et moyens de lutte légaux, dans une lutte incessante entre le glaive et le bouclier...

Ce sujet est donc destiné à l'information rapide de toutes les forces de sécurité, de même qu'à la mise en garde des citoyens.


**************





Pour commencer, c'est nouveau et ça vient de sortir (pardon pour ce jeu de mot un peu scabreux) :
la bombe-suppositoire.

http://www.liberation.fr/monde/0101595193-la-bombe-suppositoire-inquiete-les-services-de-securite
" La bombe-suppositoire inquiète les services de sécurité.

Selon une note interne de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), révélée par le Figaro, les terroristes islamistes
seraient dorénavant capables de dissimuler leur bombe à l'intérieur de leur corps.

C'est un attentat, revendiqué par une branche d'Al-Qaeda, contre le prince Mohammed bin Nayef, le 28 août en Arabie Saoudite,
qui a alerté les services de renseignement du monde entier.
L'auteur a utilisé «un explosif ingéré, ou plutôt introduit comme un suppositoire. Autant dire indétectable.
Le kamikaze n'avait plus qu'à le déclencher grâce à son téléphone mobile que les cerbères du palais n'ont pas eu la présence d'esprit
de lui retirer», a commenté un haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur à Paris.

Casse-tête sécuritaire
Cette escalade technologique dans la terreur inquiète au plus haut point les experts de la sécurité.
Cité par Le Figaro, un officier de la direction centrale de la police aux frontières (DCPAF) explique que «nos plates-formes aériennes
sont équipées de détecteurs de métaux, mais dans le cas du kamikaze saoudien, seul un contrôle aux rayons X aurait permis
de détecter l'explosif, comme on repère les capsules de drogue dans le ventre des passeurs. (...)
Or, on imagine mal devoir faire passer des millions de passagers à la radio avant de monter à bord.»

Confiscation des téléphones ?
D'autant plus que des expositions répétées aux rayons X sont dangereuses pour la santé en raison notamment
des risques de cancer.
Impensables pour les frequent flyers qui accumuleraient alors les radiations au même rythme que les miles de fidélité.

Si l'ingestion d'explosifs se révèle impossible à détecter de manière sûre et rapide, la seule solution
resterait d'empêcher leur déclenchement par radiofréquence, ce qui pourrait par exemple se traduire
par le retrait des téléphones portables durant les vols. "


Dernière édition par clint le Mer 7 Oct 2009 - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Lun 20 Déc 2010 - 14:45

L'usurpation d'identité.
Des citoyens, aux prises avec d'innombrables difficultés, n'en voient pas la fin ...


http://www.ladepeche.fr/article/2010/12/20/974213-Ces-escrocs-qui-prennent-votre-nom.html

" Des dizaines de milliers de Français se font usurper leur identité chaque année.
Ils subissent de lourds préjudices financiers et psychologiques. Ils mettent souvent des mois voire des années pour rétablir leur situation.
[...........]
Le phénomène de l'usurpation d'identité touche aux alentours de 200 000 personnes par an en France soit davantage que les cambriolages (150 000).

On se souvient du rugbyman toulousain, Frédéric Michalak, enferré dans une affaire d'usurpation d'identité sur internet. [............]

Et Monsieur Tout-le-Monde n'est pas à l'abri d'une telle mésaventure via internet mais pas seulement.
Fin 2008, Yamine, un Castrais de 24 ans racontait son calvaire. Il avait été radié de l'ANPE et des Assedic pour cause de dossier transféré à la prison de Fleury Mérogis, interdit bancaire, poursuivi par les huissiers… simplement parce qu'un autre se faisait passer pour lui auprès des administrations.
[..........]
« Ce sont souvent des gens qu'on connaît qui usurpent notre identité, souligne Franck Lehuédé, chef de projet au Credoc [............].
Ca peut être un ex-mari, une petite amie, un voisin ou même un frère. Ils connaissent les informations personnelles et les utilisent. »

Les poubelles sont aussi très souvent une source d'informations pour ces délinquants.
Photocopies de papiers d'identité devenues inutiles, numéro de sécurité sociale inscrit sur un bout de papier, vieux relevés de comptes, il existe des bandes organisées qui fouillent les ordures.
Certains métiers sont des cibles privilégiées comme les agences immobilières qui se débarrassent des documents fournis en vue d'une location ou d'une vente.
Les victimes de ces usurpateurs peuvent en subir les conséquences pendant des mois voire des années.
[...........]

Témoignage:
Depuis dix-huit ans, Gabriel Sabatier, un Toulousain de 43 ans, est victime d'une usurpation d'identité.
« Tout a commencé en 1992, relate-t-il.
J'étais étudiant près de Paris et j'ai hébergé une personne pour lui rendre service.
Quelque temps plus tard, je me suis aperçu qu'il m'avait volé mon passeport. »
[.........] « J'ai eu un redressement fiscal.
Des huissiers sont venus chez moiJ'ai été interdit bancaire pendant 5 ans.
Tout ça m'a coûté une fortune en avocats. Aujourd'hui, je me bats tout seul. »

Depuis des années, il multiplie les démarches. [............]
Gabriel est fonctionnaire. « Cette histoire m'est préjudiciable. Je ne m'autorise pas à changer de poste
car, si je bouge, ce sera encore plus difficile. Actuellement, mon employeur peut attester que j'étais
à Toulouse s'il arrive un problème à Paris. »

Aujourd'hui, il est « fatigué de la situation. Je voudrais savoir qui sont ces gens.
Moi, on me trouve facilement.
Faudra-t-il attendre que je sois mis en prison si un meurtre ou un attentat est commis sous mon identité ?
Tous les jours, je crains qu'un problème surgisse. C'est épuisant. »
[...................................] "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Lun 21 Mar 2011 - 20:17

Les "Sages" du Conseil constitutionnel et la CNIL se montrent très sourcilleux (trop ?), quant à la tenue des fichiers
de police et de gendarmerie.
Pourtant, les données de ces fichiers ne concernent normalement que des individus ayant commis
de mauvaises actions ...

Tandis que pour les citoyens honnêtes, il existe d'autres menaces bien plus vicieuses et dangereuses,
pesant sur leur vie privée ...
Ainsi par exemple, l'on peut constater que Google n'est pas toujours notre ami !...

http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/google-condamne-par-la-cnil-a-une-amende-record-21-03-2011-1309237_47.php
" Google condamné par la CNIL à une amende record.

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a annoncé lundi avoir infligé une amende
de 100 000 euros à Google pour avoir collecté des données privées à travers son programme
controversé Street View.
[.............]
En mai 2010, Google avait reconnu que les voitures ("Google Cars") parcourant pour son compte les rues
pour prendre des photos avaient collecté par inadvertance des données personnelles transmises
par Wi-Fi dans la rue.

"Compte tenu de la gravité des faits et du risque d'atteinte à la vie privée des utilisateurs des réseaux Wi-Fi
concernés, la Cnil a mis en demeure la société, le 26 mai 2010, de cesser toute collecte de données à l'insu
des personnes et de lui fournir une copie de l'intégralité des données de contenu captées sur le territoire
national", a précisé la Cnil dans un communiqué.

Après analyse, il s'est avéré que Google "avait enregistré, outre des données techniques (...),
de nombreuses données concernant des particuliers, identifiés ou identifiables
(données de connexion
à des sites web, mots de passe de messagerie, adresses de courrier électronique, échanges de courriels
révélant notamment des informations sensibles)", a poursuivi la commission.
Google, a-t-elle ajouté, "a pris l'engagement de cesser la collecte de données Wi-Fi par ses Google Cars
et de supprimer les données de contenu enregistrées, selon elle, par erreur".

En revanche, la Cnil "constate que Google n'a pas renoncé à utiliser les données identifiant les points
d'accès Wi-Fi de particuliers à leur insu", collecte qui s'opère désormais "directement par le biais
des terminaux mobiles des utilisateurs se connectant au service de géolocalisation Latitude

(smartphones, etc.)".

Selon la commission, "ce défaut d'information constitue une collecte déloyale au sens de la loi,
qui était déjà à l'oeuvre avec les Google Cars".
Dans ces conditions, "compte tenu des manquements constatés et de leur gravité, ainsi que des avantages
économiques que retire la société Google de ces manquements, la formation contentieuse de la Cnil a décidé
de prononcer à son encontre une sanction pécuniaire de 100 000 euros", a conclu le communiqué. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Lun 3 Oct 2011 - 19:22

Suites de la crise libyenne => ce qui nétait pas prévu :
de nouvelles menaces à craindre pour l'aviation civile et les transports aériens !

http://www.lefigaro.fr/international/2011/10/03/01003-20111003ARTFIG00550-l-otan-s-inquiete-de-la-disparition-de-missiles-libyens.php

" L'Otan est alarmiste : selon le journal allemand Spiegel Online, 10.000 missiles sol-air ont disparu des arsenaux libyens, faisant craindre un attentat contre des avions civils.
[........................]
S'exprimant samedi sur les stocks d'armes de Kadhafi, Mohamed Hadia, responsable de l'armement du Conseil national de transition (CNT), a reconnu avoir perdu la trace d'au moins 5.000 missiles sol-air sur les 20.000 munitions achetées par le Guide à la Bulgarie et à l'Union soviétique.
[...........]
Ce matériel est léger,facilement transportable et peut être tiré par un homme seul.
Une partie de l'arsenal, notamment 500 missiles anti-aériens soviétiques SAM-7, a été retrouvée et neutralisée par le CNT. Selon le général Hadia, 14.000 ont été utilisés ou sont hors-d'usage, le reste est dans la nature. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Lun 12 Déc 2011 - 21:17

Nouvelles menaces de pays émergents.
Les Américains, moins forts ou en tout cas, moins prévoyants, que le Professeur TOURNESOL ?!...

http://www.lepoint.fr/monde/l-iran-va-copier-le-drone-furtif-americain-dont-il-s-est-empare-12-12-2011-1406411_24.php

" L'Iran va copier le drone d'observation furtif américain RQ-170 dont il s'est emparé la semaine dernière et en équiper ses forces, a déclaré un important parlementaire iranien cité lundi par la télévision d'État.
"Nous sommes en train d'achever le décryptage des codes" du drone et "la prochaine étape sera la reproduction de l'appareil", a affirmé Parviz Sorouri, [.....].
"Dans un avenir proche, nous serons capables de le produire en série", a ajouté le parlementaire en affirmant que la version iranienne du drone serait même "supérieure" à l'appareil américain.

Téhéran a annoncé que ses unités de guerre électronique avaient pris, le 4 décembre, le contrôle d'un RQ-170 Sentinel ayant pénétré à l'intérieur du territoire iranien depuis l'Afghanistan et l'avaient fait atterrir sans dommages majeurs à 250 km de la frontière dans la région désertique de Tabas (nord-est).
La télévision iranienne a diffusé, jeudi, des images présentées comme celles de cet appareil ultrasophistiqué qui aurait été, selon la presse américaine, en mission de surveillance des sites nucléaires iraniens pour les services de renseignements américains CIA au moment de l'incident.

Washington s'est inquiété à plusieurs reprises depuis 2010 du développement des drones iraniens et de leur impact sur la sécurité des forces américaines dans la région.
Parviz Sorouri a estimé que l'Iran allait "acquérir des informations importantes concernant les techniques d'espionnage américaines lorsque les codes auront été cassés". "Je ne peux pas dire quand cela interviendra, mais nous sommes sur la bonne voie", a-t-il ajouté.
[..............]
Téhéran a annoncé en 2010 travailler sur un programme de drones d'observation ou d'attaque furtifs, sans donner de détails sur les performances de ces appareils ou l'état d'avancement du projet censé aboutir en 2011.
"Nous avons déjà développé des drones utilisant les technologies furtives, que nous avons testés avec les meilleurs radars", a déclaré la semaine dernière le général Hossein Salami, commandant en chef adjoint des Gardiens de la révolution.
[...............]
Des responsables américains ont toutefois exprimé des doutes sur la capacité de l'Iran, redoutée par certains experts occidentaux, à exploiter technologiquement l'appareil qu'il a capturé.
"Les technologies américaines sont remarquablement avancées, et il n'est pas sûr que les Iraniens disposent de l'expertise nécessaire" pour percer les secrets du drone, a estimé la semaine dernière à l'AFP l'un de ces responsables sous le couvert de l'anonymat.
Le RQ-170 Sentinel, construit par la firme américaine Lockheed-Martin, est un drone d'observation de très haute altitude ultrasecret, dont l'existence n'a été confirmée qu'en 2010 par l'US Air Force. "


Même s'il convient de ne pas tout gober de la propagande iranienne, grisée par ce succès militaire et probablement entachée de fanfaronnade et de bluff, il faut bien constater les progrès des Iraniens dans certaines technologies de pointe.

Les militaires des Etats-Unis ont-ils sous-estimé la capacité des descendants de Xerxès, à prendre le contrôle de leur drone furtif de dernière génération ?
Ont-ils péché par excès de confiance ??

Il reste que, finalement, les Américains ont été beaucoup moins prévoyants que Hergé, auteur de la BD "Objectif Lune" ...
En effet, dans cette histoire de Tintin, lorsque la fusée d'essai est détournée de sa trajectoire de retour, par des services secrets ennemis, le Professeur Tournesol décide de la faire exploser en vol, afin qu'elle ne tombe pas aux mains d'une puissance étrangère.
Eh oui, le bon Professeur, pas si "dans la lune" que cela, avait tout prévu, lui !
Comme quoi, la lecture des BD classiques peut rester instructive, près de 60 ans après leur sortie !... cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ASSOCIATION G&C
2 étoiles
2 étoiles


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Jeu 15 Déc 2011 - 23:19

Le texte pour mettre les mineurs délinquants sous la garde des militaires a été voté.
Qu'en sera-t-il de l'application de cette mesure?
ça n'est pas gagné.
http://sites.google.com/site/assogendarmesetcitoyens/COMMUNIQUES/lesmineursdelinquantssousl%E2%80%99uniforme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christian
Membre de l'équipe G&C
Membre de l'équipe G&C
avatar

Nombre de messages : 5419
Age : 65
Localisation : Var La Crau
Emploi : Matricule 113217X
Date d'inscription : 06/12/2008

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Ven 16 Déc 2011 - 8:12

Les gendarmes pourront s'en occuper, car la PM fera son travail et permettra de dégager du temps pour parfaire l'éducation de nos bambins.

C'est pas gagné tout cela

_________________
La liberté peut être définie de manière positive comme l'autonomie et la spontanéité
d'une personne douée de raison. La liberté est la possibilité de
pouvoir agir selon sa propre volonté, dans le cadre d'un système
politique ou social, dans la mesure où l'on ne porte pas atteinte aux
droits des autres
et à la sécurité publique.



Etre et durer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
interceptor
4 étoiles
4 étoiles
avatar

Nombre de messages : 2306
Emploi : CBTA
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Ven 16 Déc 2011 - 9:20

je reste assez dubitatif
j'espère que cela fonctionnera
Mais en tout cas, je me suis posé la question .... et bien figurez vous que d'y être détaché pendant qques mois me tenterai bien.
De pouvoir "tester" un système nouveau mais surtout d'essayer de "redresser" des jeunes me parait être un beau challenge. Car après tout, jusque maintenant, il y avait quoi ?
Souhaitons que le programme soit à la hauteur ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Mar 24 Jan 2012 - 23:34

Bon à savoir : l'imparable escroquerie à la carte bancaire.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/l-imparable-escroquerie-a-la-carte-bancaire-24-01-2012-1826971.php

" Un dispositif permettant de neutraliser la sécurité des puces des cartes bancaires a été utilisé pour la première fois en France.
Plusieurs escrocs ont été arrêtés, mais cette arnaque n’a toujours pas de parade.

Des escrocs, particulièrement expérimentés, sont parvenus à contourner la sécurité de la puce incorporée aux cartes bancaires — réputée inviolable —, avant de multiplier les arnaques.
La technique employée — mise au jour en 2010, par un universitaire anglais, le professeur Ross Anderson — a été appliquée pour la première fois en France par une équipe établie en région parisienne et dans le Nord.

Plusieurs d’entre eux viennent d’être interpellés par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC).
Selon les premiers éléments de l’enquête, les malfrats ont réalisé près de 6000 achats pour un préjudice de plus de 500 000 €.

Les policiers craignent de voir cette technique se répandre.
« Pour l’heure, même si la personne qui s’est fait voler ou qui a perdu sa carte fait opposition sur cette dernière, les escrocs peuvent, malgré tout, continuer à s’en servir, note un policier spécialisé.
C’est tout le problème de cette arnaque. Les voleurs rajoutent sur la carte dérobée une deuxième puce qui trompe le terminal de paiement chez le commerçant, en lui faisant croire que le code confidentiel composé est bien le bon.

Les malfaiteurs ne doivent ensuite pas dépasser le montant de 100 € au-delà duquel une autorisation de paiement est demandée à la banque. Mais au- dessous de cette somme, l’achat est toujours accepté. »
Les enquêteurs de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) ont été mis sur la piste de ce gang après une plainte déposée en mai 2011 par le groupement d’intérêt économique (GIE) des cartes bancaires.
Cet organisme, chargé notamment de veiller à la sécurité des transactions, avait détecté qu’une dizaine de cartes, volées quelques mois plus tôt en France, continuaient à être utilisées par des inconnus, dans des commerces en Belgique.
[...................] "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Mar 7 Fév 2012 - 21:24

Ces mafias qui prospèrent en France !...

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/02/06/01016-20120206ARTFIG00720-ces-mafias-qui-prosperent-en-france.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dahu73
2 étoiles
2 étoiles


Nombre de messages : 112
Date d'inscription : 28/02/2010

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Mar 7 Fév 2012 - 22:57

En 2012, les Gendarmes ne peuvent pas travailler en civil et n'ont pas de véhicule banalisé.
Faut pas s'étonner du reste......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Jeu 24 Mai 2012 - 19:18

Le suppositoire qui tue !... La prothèse mammaire aussi !...

" Avions : la hantise de la "bombe humaine.
Pour déjouer les contrôles et faire sauter un avion en vol, les artificiers d'al-Qaida travaillent à une technique pour l'instant imparable, qui donne des cauchemars aux services de sécurité : implanter la bombe dans le corps même d'un kamikaze [......].
Au Yémen, le chef artificier d'al-Qaida dans la péninsule arabique (Aqpa), le Saoudien Ibrahim Hassan al-Asiri, a développé des engins explosifs chimiques, sans aucune pièce métallique, capables de passer les détecteurs installés dans les aéroports.
Il a déjà équipé des volontaires de slips dans lesquels l'engin de mort était cousu, caché entre les jambes. L'étape suivante est donc d'implanter chirurgicalement ou de cacher dans une cavité du corps du kamikaze une bombe, commandée à distance... "

La suite ici :
http://www.lepoint.fr/societe/avions-la-hantise-de-la-bombe-humaine-24-05-2012-1464812_23.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Ven 20 Juil 2012 - 18:51

http://www.valeursactuelles.com/actualités/monde/leurope-des-gros-calibres20120717.html

" L'Europe des gros calibres.
L’ouverture des frontières à la suite des accords de Schengen et l’intégration de pays peu fiables expliquent la prolifération des kalachnikovs et des lance-roquettes. Chez les voyous ou les islamistes.

[.......] plus de 30 000 armes à feu circuleraient illégalement en France.
Des kalachnikovs, pistolets Glock et Sig Sauer, les mêmes modèles que ceux utilisés par la police et la gendarmerie françaises.
Pour les attaques de fourgons blindés, les plus chevronnés optent pour le lance-roquettes antichar.[......]

L’abolition des frontières au sein de l’espace Schengen et l’élargissement, en 2007, de l’Union européenne à des pays peu fiables, [.......] expliquent en grande partie cette prolifération des armes de guerre.[........]

En 2009, les forces de l’ordre avaient saisi 1 487 armes à feu dans les cités (4 200 au total sur l’ensemble du territoire).
Le bilan est passé à 2 719 en 2010 et à 3 555 en 2 011. La hausse est de 139 % en deux ans.

Pour les seules Bouches-du-Rhône, la police a relevé depuis 2005 plus de cent règlements de comptes meurtriers à l’arme de guerre. [........]

En parallèle de quelques grands flux maîtrisés par le crime organisé, la majorité des armes entrant illégalement sur le territoire français provient d’un trafic de fourmis, quasi à l’unité. Dans des États comme la Croatie, la Serbie, le Kosovo ou l’Albanie, beaucoup d’anciens soldats ont conservé leurs armes et sont prêts à les vendre pour une poignée de dollars. Des criminels s’approvisionnent également en Russie, en Ukraine ou en Transnistrie, région sécessionniste de Moldavie et plaque tournante européenne du trafic d’armes.

À condition de maîtriser sommairement le russe ou l’anglais, il est possible de rencontrer ces petits marchands de mort : une relation sur place organise cela en quelques jours.
Le contact peut même être établi par courriel ! Ne reste qu’à s’entendre sur le prix de la marchandise : une kalachnikov n’ayant jamais “servi” – sous-entendu, pour un braquage – s’achète 500 euros dans les Balkans pour être revendue 3 000 à Sarcelles ; pour une “occasion”, c’est de 700 à 1 500 euros ; quelques centaines d’euros suffisent pour un fusil à pompe ; l’Uzi israélien se négocie autour de 2 500 euros ; le kilo de dynamite peut en atteindre 4 000.

Pour rapporter la cargaison, les acheteurs traversent la mer Adriatique jusqu’en Italie et entrent en France par le Sud-Est.
D’autres dissimulent l’arme dans leur voiture et pénètrent dans l’Union européenne via la Hongrie, la Slovénie, la Bulgarie ou la Roumanie. Plus fiable encore, le bus – réputé moins contrôlé – , avec l’arme dans la soute à bagages.

On peut même acheter une arme de guerre sur Internet et la recevoir en pièces détachées… par la poste !
[......] en 2010, un Belge a pu envoyer en France 200 armes par correspondance. Il passait la frontière pour s’épargner des affranchissements trop coûteux !

Le printemps arabe a renouvelé le trafic.
Sur la Côte d’Azur, arrivent des copies chinoises d’AK-47 sorties des stocks de l’armée de Kadhafi.
Ces armes transitent jusqu’en France via la Turquie et les Balkans ou passent par le Maghreb, puis l’Italie ou l’Espagne, avec des filières plus “professionnelles”.
Négociée autour de 50 euros en Libye, une contrefaçon de kalachnikov est revendue 250 euros à Marseille.
[................]
Sur le forum Internet Cobra 13, au fait des misères de la banlieue, on explique que le plus dur, « c’est pas d’avoir un gun, c’est les munitions ».
Vendue 1 euro dans les Balkans, la cartouche de kalachnikov coûte au moins le triple au marché noir. Pour le reste, il faut se contenter de 9 mm, au pouvoir d’arrêt plus faible.
[.................] "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   Sam 8 Déc 2012 - 1:13

Deux articles dont la lecture peut être instructive :

1) Pour améliorer la sécurité des entreprises :
http://www.lefigaro.fr/hightech/2012/12/06/01007-20121206ARTFIG00569-explosion-des-cyberattaques-contre-les-entreprises.php
" Explosion des cyberattaques contre les entreprises. "


2) Pour les détenteurs de smartphones :
http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/guerric-poncet/la-dcri-explique-comment-pirater-un-smartphone-07-12-2012-1547075_506.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: L’ingénieux système des escrocs à la carte bancaire !   Ven 5 Avr 2013 - 10:32

Trois fraudeurs ont été écroués après avoir détourné de l’argent à l’insu des commerçants chez qui ils avaient installé des terminaux trafiqués. De grandes enseignes comme C&A et Quick ont été piégées.

Une nouvelle technique pour détourner les coordonnées confidentielles des cartes bancaires de particuliers vient d’être mise au jour. Pour la première fois en France, des escrocs ont trouvé le moyen de pirater, à l’insu des commerçants, les terminaux électroniques de paiement (TPE), ces boîtiers dans lesquels sont insérées les cartes bancaires afin de régler un achat.


Les malfrats y incorporent un petit dispositif comprenant une carte électronique et destiné à transmettre les données confidentielles des cartes des clients avec un système de transmission sans fil Bluetooth.

Des centaines de victimes


Après réception de ces coordonnées sur un simple téléphone portable ou un ordinateur, les aigrefins les enregistrent sur des cartes vierges, puis multiplient les retraits dans des pays où la sécurité de la carte à puce n’est pas requise.

« Les retraits effectués avec des cartes dupliquées ont été opérés aux Etats-Unis, indique un proche de l’affaire. Nous avons déjà recensé plusieurs centaines de victimes. »

Le premier signalement remonte au mois de juillet 2012 à Champfleury (Marne). Plusieurs inconnus parviennent à détourner l’attention d’une vendeuse d’une parfumerie d’un centre Leclerc. Les caméras de vidéosurveillance des lieux filment alors un homme en train de s’emparer d’un TPE situé à proximité de la caisse avant de lui substituer un modèle identique et trafiqué qu’il porte sur lui. Les inconnus quittent ensuite les lieux. Quelques jours plus tard, le terminal de paiement cesse de fonctionner. L’examen de l’appareil permet de découvrir les éléments électroniques qui y ont été ajoutés.

« Un signalement de ce mode opératoire a été diffusé sur l’ensemble du territoire et des rapprochements ont pu être effectués avec plusieurs autres affaires en province, notamment à Marseille et à Bordeaux, et en région parisienne, poursuit la même source. Les investigations menées laissent apparaître plusieurs niveaux de responsabilité dans cette structure. Il y a ceux qui piratent les TPE, ceux qui les posent dans les boutiques et récupèrent les données confidentielles et ceux qui dupliquent les cartes puis effectuent les retraits d’argent à l’étranger. »

Le 25 mars, l’enquête accélère. Deux suspects sont interpellés dans les allées du centre commercial Rosny 2 à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Les deux inconnus, âgés de 16 et 20 ans, avaient été repérés quelques jours plus tôt en train d’échanger un TPE dans le magasin C&A. Au cours de la perquisition de leur domicile par les enquêteurs de la brigade des fraudes aux moyens de paiement (BFMP), quatre terminaux, dont un piraté, ainsi que 4 000 € en espèces ont été saisis. Un troisième complice de 22 ans a également été arrêté. Après vérifications, outre le magasin C&A, l’enseigne de restauration Quick ainsi que le complexe de cinémas de Rosny 2 ont été victimes des mêmes personnes. Mis en examen, les trois escrocs présumés ont été écroués.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/l-ingenieux-systeme-des-escrocs-a-la-carte-bancaire-05-04-2013-2699609.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Montpellier : l’adjudant Perrin, faux gendarme, vrai escroc !   Sam 20 Avr 2013 - 11:40

Une vingtaine de victimes à Montpellier et Sète, entre 2009 et 2011, décrivent toutes le même stratagème, machiavélique, pour lequel Belabbes a été condamné à plusieurs reprises, partout en France.J’ai eu un coup de fil de la gendarmerie, l’adjudant était très très gentil... Après, la police m’a dit que j’avais eu à faire à un professionnel du vol ! J’ai un gros regret : lui avoir dit merci en raccrochant."
À la barre du tribunal correctionnel, mardi, cette victime vient expliquer comment elle a été bernée par Abib Belabbes. Dans le box, le prévenu, 42 ans, polo mauve, crâne rasé, voix grave et assurée, maintient qu’il n’est pas ce redoutable escroc de haut vol. Et pourtant, la vingtaine de victimes recensées à Montpellier et Sète, entre 2009 et 2011, décrivent toutes le même stratagème, machiavélique, pour lequel Belabbes a été condamné à plusieurs reprises, partout en France.

"Le banquier m’a dit : “Vous avez le code ?” et je lui ai donné le code de ma carte bancaire"
Une des victimes
Les plaignants, essentiellement des dames âgées, sont d’abord la cible d’un vol de sac à main, soit pris dans leur voiture ou dans leur appartement, après avoir été suivis. Le voleur recherchait la carte bancaire et le numéro de téléphone de ses proies. Et c’est là que l’adjudant Perrin, Martial ou Perrier, de la brigade de Béziers, Poussan ou Carcassonne, entre en jeu. Il les appelle pour leur signaler qu’une partie des papiers vient d’être retrouvée, mais pas la CB...

"D’habitude, vous assumez. Là, vous mégotez ! "

"Le gendarme m’a dit qu’il fallait faire opposition sur ma carte bancaire et il m’a donné un numéro", détaille une victime. Mais à l’autre bout du fil, c’est un faux banquier qui succède au faux gendarme... "Il m’a demandé tellement de choses sur la carte, je savais plus, et il m’a dit : “Vous avez le code ?” et je lui ai donné le code", poursuit cette dame qui décrit là encore un homme d’une courtoisie à toute épreuve. Les comptes étaient alors débités le plus rapidement possible, jusqu’à 3 500 € de préjudice pour certains...

Belabbes a été repéré par la vidéosurveillance alors qu’il achetait des cigarettes avec une carte subtilisée puis des sacs de marque dans une maroquinerie.

"1 150 € de sacs achetés, votre femme a dû apprécier", ironise la présidente Laporte.
- "C’était pas pour ma femme, on les a revendus", rétorque le prévenu. Qui s’entête à ne reconnaître que ces deux recels de carte qu’il ne peut pas nier.

- "Vous avez quelques heures de vol, treize condamnations, vous connaissez la maison ! D’habitude, vous assumez. Là, vous mégotez ! C’est votre marque de fabrique ! Allez, vous avez quelques secondes pour vous ressaisir", lance la magistrate.

- "Je ne suis pas l’auteur de ces faits, je ne suis jamais allé à Sète", persiste Abib Belabbes.

Il n’a pas convaincu le tribunal et devra indemniser les victimes. Notamment ces parents qui ont perdu beaucoup plus que de l’argent mais leur fille, qui s’est suicidée quelques jours après avoir été dépouillée par l’escroc, même si aucun lien direct n’est démontré. "Nous avons la conviction que cette escroquerie a été un facteur supplémentaire dans sa décision de mettre fin à ses jours, il a abusé de sa confiance, c’est ignoble", ont-ils écrit dans un courrier lu au cours de l’audience.


Trois ans ferme

Le tribunal a finalement condamné Belabbes à trois ans de prison ferme. Le procureur, lui, a requis quatre ans d’emprisonnement, soulignant l’absence de tout amateurisme : « Il utilise des réflexes de professionnel, c’est une technique qui ne s’improvise pas et qu’il a utilisée à la chaîne. Il a eu des avertissements judiciaires, il n’en a pas tenu compte. »

Me Malgras, en défense, a rappelé qu’on ne peut lui imputer formellement que le recel et non pas les 23 vols : « Rien ne prouve qu’il était au bout du fil ! Il faut démonter le modus operandi. Là, on lui fait un prix de gros, on prend toutes les plaintes et on les lui met sur le dos. Ce n’est pas le seul à utiliser l’escroquerie du faux gendarme. » L’avocat a obtenu, en revanche, la confusion de la peine : les trois ans ne s’ajouteront pas aux six ans de prison prononcés par le tribunal de Grenoble pour une quarantaine d’autres arnaques.


http://www.midilibre.fr/2013/04/19/montpellier-l-adjudant-perrin-faux-gendarme-vrai-escroc-2,682122.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Un contrat entre Microsoft et le ministère de la Défense fait jaser !   Dim 21 Avr 2013 - 17:00

En mai 2009, la Direction Interarmées des Réseaux d’Infrastructures et des Systèmes d’Information (DIRISI) et Microsoft signaient un accord cadre d’une durée de 4 ans portant sur le maintien en condition opérationnelle des systèmes informatiques du ministère de la Défense. Arrivant bien à terme, il est sur le point d’être reconduit pour une durée identique. Ce qui n’est pas sans sucister de polémiques.

Il y a quatre ans, il s’agissait alors pour ce dernier de disposer des dernières mises à jour des programmes fournis par l’éditeur américain, en particulier les suites bureautiques comme MS Office (Word, Excel, ect…) via la mise en place d’un centre de compétence “Microsoft” au sein de la DIRISI et d’une location de produits logiciels avec une option d’achat.

En outre, cet accord, signé sans appel d’offres préalable mais “en conformité avec le code des marchés publics”, selon Hervé Morin, à l’époque, ministre de la Défense, permettait au ministère de la Défense de piocher dans le catalogue de logiciels de Microsoft, d’où son nom “open bar”, pour un coût de 100 euros HT par poste.
Seulement, ce contrat fut contesté dès le départ. Ainsi dès 2008, soit avant la signature de l’accord, deux rapports avaient invité le ministère de la Défense à la prudence.

Le premier, émanant de la commission des marchés publics de l’État, qui donna finalement un avis de conformité, s’inquiétait des pratiques de l’éditeur américain en rappelant sa condamnation de Microsoft pour abus de position dominante et les enquêtes menées à ce sujet par la Commission européenne ou encore en évoquant un possible “délit de vente liée”.
En clair, il était redouté la mainmise de Microsoft sur les systèmes informatiques du ministère de la Défense avec la dépendance de ce dernier aux produits de l’éditeur de Redmond.

Quant au second rapport, évoqué par le Canard Enchaîné du 17 avril du Canard, a été rendu également en 2008 par un groupe de travail de la Direction Générale des Systèmes d’Information et de Communication (DGSIC) du ministère de la Défense. Et si l’on en croit l’hebdomadaire satirique, le document évoquerait, outre un surcoût de 3 millions d’euros en cas d’accord avec Microsoft, une “perte de souveraineté nationale” vis-à-vis des Etats-Unis étant donné que la NSA (National Security Agency, les “grandes oreilles” américaines) “introduit systèmatiquement des portes dérobées (back door)” dans les logiciels exportés.

Là, ce serait donc le réseau informatique des forces françaises qui pourrait être “d’être victime d’une intrusion de la NSA dans sa totalité”. Si tel est le cas, alors il faudrait se passer des systèmes d’exploitation de Microsoft (et passer à Ubuntu comme l’a fait la gendarmerie nationale en 2010?) et plus largement éviter tous les logiciels conçus par des éditeurs américains ainsi que les ordinateurs fabriqués à l’étranger. Après tout, l’administration américaine avait bien mis sur liste noire ceux assemblés par Lenovo, le groupe chinois qui avait mis la main sur l’activité PC d’IBM en 2005…

Dans les faits, la NSA a bel et bien collaboré avec Microsoft pour la mise au point de Windows7 afin d’en améliorer la sécurité. Mais voilà, le nom de l’éditeur accolé à celui de l’agence d’espionnage américaine a de quoi faire froncer les sourcils.

Qui plus est, en 1999, l’affaire de la découverte d’une clé publique appelée _NSAKEY dans le système d’exploitation Windows NT 4 (SP5) avait provoqué de la suspicion et donna naissance à l’hypothèse selon laquelle un accord secret aurait été conclu entre la NSA et Microsoft pour l’espionnage des utilisateurs. Ce que la firme fondée par Bill Gates réfuta. D’ailleurs, cette fameuse clé est toujours présente dans Windows sous le nom de _Key2.

Quoi qu’il en soit, cette question de possible espionnage de la NSA n’est pas le seul problème soulevé par l’accord entre Microsoft et le ministère de la Défense. Il est en effet mis en avant le fait qu’il a été signé avec la filiale irlandaise de l’éditeur américain et non avec son siège européen situé à Issy-lès-Moulineaux.

Or, depuis février, Microsoft est visé par un redressement fiscal de 52,5 millions d’euros réclamés par Bercy et portant sur les prix de transferts réalisés justement avec sa filiale basée en Irlande. En pleine polémique sur les fraudes fiscales, ça fait un peu désordre. Cela étant, il semblerait que l’antenne irlandaise de l’éditeur soit la seule habilitée à signer le type de contrat comme celui conclu avec le ministère de la Défense.

Cela étant, faute d’avoir pu mettre en place un climat qui aurait pu permettre l’éclosion, en France ou en Europe, de concurrents aux éditeurs américains (Apple a vu le jour dans un garage…), l’alternative aujoud’hui est à rechercher du côté des logiciels libres. Ces derniers seraient, selon leurs promoteurs, plus sûrs etant donné que, leurs codes sources étant disponibles (Microsoft garde les siens confidentiels notamment pour des raisons des raisons commerciales et éviter qu’ils soient copiés), chaque utilisateur peut s’assurer qu’ils ne sont pas piégés.

D’ailleurs, l’APRIL, l’association représentant le logiciel libre, s’est saisie de ce contrat passé par la Défense avec Microsoft en écrivant “au Premier Ministre, au Ministre de la Défense, aux députés et sénateurs des commissions traitant des affaires de Défense afin de les informer sur le dossier et demander la suspension des négociations et la transparence autour” de cette affaire.

Pour l’APRIL, “d’autres ministères pourraient être intéressés par ce type de contrat”. Et d’estimer que “ce type de pratique, qui plus est dans un ministère régalien aussi crucial que la Défense, crée un précédent particulièrement dangereux”, alors que, en septembre 2012, le Premier ministre avait signé une circulaire intitulée “Orientations pour l’usage des logiciels libres dans l’administration”.

Ce texte encourageait les ministères à adopter plus largement les logiciels libres pour des raisons de “moindre coût”, de “souplesse d’utilisation”, de “support à long terme” et de “transparence accrue.”

http://www.opex360.com/2013/04/21/un-contrat-entre-microsoft-et-le-ministere-de-la-defense-fait-jaser/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces   

Revenir en haut Aller en bas
 
SECURITE : nouveaux défis, nouvelles menaces
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Gendarmes Et Citoyens : le Forum PRINCIPAL-
Sauter vers: