Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 Justice et PRISONS-Peines exécutées,conditions de détention,

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Justice et PRISONS-Peines exécutées,conditions de détention,   Mar 21 Juil 2009 - 20:11

Rappel du premier message :

Ce doit être démoralisant pour les gendarmes et les policiers de faire leur boulot, tout en sachant que l'intendance la Justice ne suit pas !...

En tout cas, pour les citoyens c'est consternant.
Il ne s'agit pas ici de crier haro sur la Justice, qui fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle a :
son petit budget, indigne d'une nation comme la nôtre ;
ses magistrats et ses greffiers pas assez nombreux ;
ses prisons, dont beaucoup sont vétustes et qui, surtout, n'offrent pas assez de places pour loger tous les délinquants.

Avec ce problème des prisons constamment engorgées, on touche du doigt l'une de "nos" faiblessses bien françaises :
toujours très forts, quand il s'agit de théoriser, de multiplier les lois, les décrets, les circulaires d'application,
"nous" sommes beaucoup moins doués dans la mise en pratique ...
Ca fait combien d'années que l'on sait qu'il n'y a pas assez de magistrats et de greffiers, ni assez de places de prison ?

Evidemment, en période de crise, les moyens font encore plus défaut.
Mais la crise est récente. Avant, qu'avons-nous fait ?
Imprévoyance sans doute, mauvaise gestion des moyens budgétaires, probablement, volonté politique insuffisante peut-être ...

On pourra toujours continuer à durcir les lois sur la sécurité, condamner plus de personnes à aller en prison,
mais à quoi bon, s'il faut ensuite attendre très longtemps, trop longtermps, pour incarcérer les délinquants,
voire s'il faut, pour désengorger les prisons, aménager des peines de substitution qui n'ont plus qu'un lointain rapport avec la prison.

Les citoyens, tournés vers leurs plus hautes autorités, voudraient plus de résultats, eux aussi ...
SVP, moins de textes de lois et plus de mesures concrètes : il faut enfin devenir efficace et crédible !


Voici un article qui a largement inspiré mon mécontentement de citoyen :
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/plus-de-80-000-peines-de-prison-non-executees_775872.html

" Plus de 80 000 peines de prison non exécutées
Par LEXPRESS.fr avec Reuters, publié le 21/07/2009 12:55

Selon le rapport de l'Inspection générale, 82 000 peines de prison ferme restent en attente d'éxécution ou d'aménagement. Une situation inacceptable pour la garde des Sceaux.

Le gouvernement s'est engagé à résorber les 82 000 peines de prison ferme en attente d'exécution ou d'aménagement, que les syndicats de magistrats imputent à l'engorgement du système judiciaire et pénitentiaire.
Le chiffre, révélé après une enquête de l'Inspection générale du ministère de la Justice tenue secrète, avait déjà été donné par Nicolas Sarkozy dans son discours au Congrès de Versailles le 22 juin mais était alors passé inaperçu.

Michèle Alliot-Marie, qui a succédé le 24 juin à Rachida Dati au poste de ministre de la Justice, a repris lundi la statistique, annoncé la publication prochaine du rapport et déclaré que la situation était inacceptable.
"L'exécution des peines dans un délai raisonnable est l'une des conditions de la crédibilité et de l'efficacité de notre justice", a-t-elle dit aux présidents de cours d'appel, procureurs généraux, directeurs d'administrations, président et procureur général de la Cour de cassation, réunis à Paris.
Dans ce discours diffusé par son cabinet, elle annonce une circulaire prochaine sur "les bonnes pratiques".

"Engorgement du système"
Elle a par ailleurs fixé comme priorité de son action l'adoption du projet de loi pénitentiaire, en souffrance depuis près de deux ans, qui prévoit de développer les possibilités de libération et d'aménagement de peines.
Le syndicat de magistrats majoritaire a estimé que le problème venait de l'engorgement du système d'exécution des peines aggravé par le durcissement des lois, comme celle sur les "peines-plancher" pour les récidivistes.
Ce texte et une vingtaine d'autres adoptés depuis 2002 sur la sécurité ont fait passer les entrées annuelles en prison de 67 308 en 2001 à 89 054 en 2008, selon les chiffres officiels.
Virginie Duval, secrétaire nationale de l'Union syndicale des magistrats (USM) rejette par avance la circulaire ministérielle: "Soit on applique la loi, soit on ne l'applique pas. Les bonnes pratiques, ça ne peut pas exister".
Une vague d'incarcérations massive est impossible, car le système pénitentiaire français est déjà proche du record de surpopulation avec 63 189 détenus pour 51 000 places environ au 1er juillet.
Les prisons sont frappées par une vague de suicides, 115 officiellement en 2008 et 83 depuis le début de l'année, selon l'association Ban public.
Les détenus dorment fréquemment à cinq ou six par cellule de 10 à 20 m2, dans des maisons d'arrêt vétustes.
Trois anciens détenus victimes de telles conditions de détention jugées indignes ont obtenu en justice une condamnation financière de l'Etat le 8 juillet dernier à Nantes.

Services de probation
Les syndicats de magistrats, notamment le Syndicat de la magistrature (SM, gauche), estiment donc que la résorption du chiffre de 82 000 personnes frappées de peines non exécutées passe par un renforcement des services de probation.
Les peines supérieures ou égales à un an ferme -grande majorité des cas en instance- doivent en effet obligatoirement être examinées par un juge d'application des peines.
Ce magistrat est appelé soit à incarcérer soit, dans les cas où il le juge pertinent, à ordonner un aménagement de peine, comme une semi-liberté avec prison seulement la nuit, un placement sous bracelet électronique, ou autres modalités.
L'afflux de petites peines a paralysé le fonctionnement des cabinets de ces magistrats et des services de suivi. "La meilleure voie pour mettre en oeuvre de 'bonnes pratiques' est selon nous de renforcer ces moyens", dit Emmanuelle Perreux, présidente du SM.

Les finances font cependant défaut, plusieurs cours d'appel étant même presque en état de cessation de paiement. Michèle Alliot-Marie a annoncé dans son discours une réunion à l'automne avec les magistrats chargés de l'application des peines. "


Dernière édition par clint le Dim 15 Nov 2009 - 1:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
GLAIVE
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 1016
Age : 69
Localisation : PICARDIE
Date d'inscription : 09/12/2010

MessageSujet: Re: Justice et PRISONS-Peines exécutées,conditions de détention,   Sam 9 Fév 2013 - 23:14

Ventura a écrit:
luna5967 a écrit:
pour travailler de temps en temps avec les services de probation, ils font eux aussi ce qu'ils peuvent avec environ 150 dossiers par éducateur et à peu près 20 minutes par personne suivie, avec un entretien mensuel en moyenne...
c'est ce qui s'appelle avoir les moyens de ses ambitions...

ça non plus, cela ne va pas! Sad

Souvenez vous que c'est ce qui a déclenché il y a deux ans une protestation et des manifestations sans précédent des magistrats et des membres de l'administration pénitentiaire contre Nicolas Sarkozy, à la suite de l'affaire Laetitia ou affaire de Pornic : une jeune fille tuée et découpée par un individu qui avait un sursis probatoire. Le président de la République avait réclamé des sanctions contre le juge et les fonctionnaires qui avaient laissé sans surveillance "un délinquant sexuel" qui, en fait, n'avait jamais attiré l'attention sur le plan sexuel, puisqu'il n'était condamné que pour un outrage à magistrat. Il s'était alors révélé que les services de Nantes et Saint-Nazaire étaient en sous-effectifs, il manquait le quart voire le tiers des effectifs, les postes existants, déjà insuffisants, n'étaient pas pourvus.....En résumé, un juge de l'application des peines qui n'existait pas n'avait pas pu faire transmettre par le secrétariat qu'il n'avait pas, un dossier de probation à un agent de probation qui n'existait pas.....L'attitude scandaleuse, agressive et haineuse de Nicolas Sarkozy lui a coûté très cher et lui a fait perdre de nombreux électeurs, il a été sanctionné en 2012 en bonne partie à la suite de cette attitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdesherauts.com
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Les chiffres-clés de la récidive !   Jeu 14 Fév 2013 - 5:23

Le phénomène continue d'augmenter en France, bien que moindre après des sanctions non carcérales.

RÉCIDIVE. Jeudi et vendredi, les experts se réunissent à Paris au sein d'une "conférence de consensus sur la prévention de la récidive". Objectif : apporter à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, de nouvelles pistes de travail pour une meilleure lutte contre ce phénomène. En France, le terme exact de "récidive légale" définit la situation d'un individu déjà condamné qui commet dans les cinq ans une infraction identique ou de même nature que lors de sa première condamnation. Quels sont les chiffres-clés de ce phénomène ? État des lieux.

6%. C'est le taux,en 2010, des individus condamnés pour crimes (homicides volontaires, viols, vols et destructions les plus graves) qui étaient en état de "récidive légale". Ils étaient 3,9% en 2006, selon les statistiques du ministère de la Justice.

33% pour les vols et l'alcool au volant. Pour les délits, le taux est passé dans le même temps de 7% à 11,1%. Mais il varie sensiblement selon le type de délit. Les statistiques s'envolent pour les faits de vol et recel (17%) ainsi que pour la conduite en état d'ivresse (16%). Le taux de récidive pour des violences volontaires et infraction à la législation sur les stupéfiants atteint les 10%, quand il représente un taux plus faible de 5% sur les délits sexuels.

59% d'anciens détenus recondamnés. Une étude sur les seuls sortants de prison, publiée en 2011 par deux chercheurs de l'Administration pénitentiaire, a porté sur 8.500 condamnés libérés entre juin et décembre 2002, dont le parcours judiciaire a été observé sur les cinq années suivantes.

Après un an de liberté, le taux de "recondamnation" était de 32% et de 59% sur cinq ans. Là aussi, le taux de récidive varie selon la nature des faits commis : les trois quarts des condamnés pour vol (74%) ou coups et blessures volontaires (76%) écopent d'une nouvelle condamnation dans les cinq ans, contre 19% des auteurs de viol sur mineur.

Trois quarts des mineurs récidivent. Plus l'âge augmente, plus la récidive diminue, selon cette étude. Ainsi, les mineurs sont particulièrement exposés : les trois quarts ont été recondamnés dans les cinq ans.

Les peines alternatives sont moins chères… Les peines alternatives à l'incarcération reviennent moins chères. Une journée sous bracelet électronique coûte 10,43 euros quand elle coûte 85,44 euros en maison d'arrêt et 196,14 euros dans une maison centrale (longues peines). Il en va de même pour une journée en semi-liberté (les détenus rentrent en prison le soir), avec un coût légèrement inférieur à 60 euros.

…Et plus efficaces ? Entre 2008 et 2011, le nombre de placements sous bracelet électronique a presque doublé mais les autres modalités d'aménagement de peine ont stagné ou diminué.

Les chercheurs constatent pourtant que "les risques de recondamnation des libérés n'ayant bénéficié d'aucun aménagement de peine demeurent 1,6 fois plus élevés que ceux ayant bénéficié d'une libération conditionnelle".

http://www.europe1.fr/France/Les-chiffres-cles-de-la-recidive-1414845/

http://www.liberation.fr/societe/2013/02/13/sept-facons-d-eviter-la-case-prison_881679
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Prison: le contrôleur général Delarue en Saint-Thomas offensif !   Lun 25 Fév 2013 - 22:45

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, a lancé plusieurs mises en garde fortes à la ministre de la Justice, Christiane Taubira.

"J'ai un saint-patron qui s'appelle Saint-Thomas, lance Jean-Marie Delarue. Je ne crois qu'à ce que je vois." Le contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) s'est montré très en forme ce matin en présentant son cinquième rapport annuel: le haut fonctionnaire a fait quelques invitations fortes aux pouvoirs publics, avec une assurance que lui donne une connaissance précise de trois quarts du parc pénitentiaire.

"Les nouvelles prisons sont des nids à violence", a lancé Jean-Marie Delarue. Une mise en garde très claire au gouvernement qui a prévu de construire 6000 places de prisons d'ici à 2017. Une façon de lui dire de ne pas reproduire le modèle des nouvelles prisons, propres mais inhumaines: "On a échangé la crasse contre la solitude", avait déclaré Delarue au cours d'une conférence publique organisée par la Grand Orient de France, le 20 février.

Dans un appel vibrant à la garde des Sceaux, le Contrôleur a lancé: "Je souhaite que Christiane Taubira soit le Robert Badinter d'aujourd'hui. Il a fait entrer la télé en prison, à elle d'y installer l'informatique et Internet." Pour lui, ces outils sont indispensable pour la recherche de logement et d'emploi... mais aussi la correspondance avec les familles. D'autant qu'il est techniquement possible d'en contrôler l'utilisation.

Des prisons fermées ET ouvertes

Jean-Marie Delarue poursuit sur sa philosophie. Les prisons ne sont pas un but en soit, elles ne sont qu'un moyen: accomplir une peine et préparer une réinsertion. Les prisons doivent donc être fermées ET ouvertes. C'est pourquoi le contrôleur général demande qu'il y ait en détention des antennes de Pôle emploi.
Jean-Marie Delarue s'est enthousiasmé pour la Conférence de consensus: "Par rapport à la méthode d'avant, des lois-faits divers comme après Pornic ou Chambon-sur-Lignon, c'est un incontestable progrès de réflexion. " Mais, Saint-Thomas toujours, il attend des actes et surtout des effets. Il n'a pas vu beaucoup d'évolution sur la surpopulation carcérale après la circulaire pénale de Christiane Taubira en septembre dernier. De la même façon, il attendra les effets concrets d'une nouvelle loi pénitentiaire. Exemple, le Jury de consensus a proposé de faire entrer le Droit du travail en détention. Mais à quelle dose? De quelle manière concrète?

Les promesses non tenues

Démontrant son opiniâtreté, Delarue n'hésite pas à rappeler les promesses non tenues, comme sur les Centre éducatifs fermés, qui ont tant fait polémique. Il n'a rien contre le fait d'en augmenter le nombre (François Hollande a promis de le doubler), mais il aimerait avant tout que la Chancellerie rédige un cahier des charges. C'était promis pour novembre 2011, souligne le CGLPL.

L'institution du Contrôleur général s'installe dans le paysage public. Pour autant, il demeure quelques résistances administratives, quelques vieux réflexes de résistance hostile. D'où l'appel de Jean-Marie Delarue: "Il faudrait que cessent les mesures de rétorsion à l'encontre des détenus qui nous écrivent."

> Lire aussi:L'enfermement des enfants doit être "l'ultime solution", selon le 5e rapport annuel de Jean-Marie Delarue

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/prison-le-controleur-general-delarue-en-saint-thomas-offensif_1224418.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: Justice et PRISONS-Peines exécutées,conditions de détention,   Dim 21 Avr 2013 - 19:59

Message de Khider à Taubira : Je vais partir, " je dois m’en aller, je n‘ai plus qu‘à jeter mes clés " …
Comment me recevez-vous ?... Parlez !…
(titre imaginé en pastichant Joe Dassin et le mode de communication des militaires dans les années 60)

En fait, le titre exact de l’article du JDD du 20 avril 2013 est :

" Khider : Je vais partir, c'est évident "

Un titre lourd de sens…
Mais sera-t-il entendu par notre ministre de la justice ?
Va-t-elle "défaillir" , elle qui osa affirmer qu‘il n‘y avait pas eu de "failles" avant l‘évasion récente de cet autre détenu, Redoine Faïd ?



http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/Khider-Je-vais-partir-c-est-evident-interview-603141

Voici des extraits de l’interview de Khider [*]
(oui, vous avez bien lu : « interview », obtenue grâce au téléphone portable dont dispose le détenu !):

" [………….……….]
_ Est-ce que Redoine Faïd a réussi là où vous avez échoué?
_ Moi, j'ai réussi à sortir de la centrale de Moulins, ce qui est une autre paire de manche que de sortir, comme lui, d'une maison d'arrêt. Ce n'est pas comparable.
[……………….]

_ Quelle est la réaction des autres détenus après évasion?
_ C'est génial. Tout le monde revit. Même les canailles de chez canaille qui seraient capables de dénoncer quelqu'un en train de préparer une évasion. C'est une explosion de joie. Ça tape dans les portes. Les mecs crient les noms des mecs qui sont partis.
[……………….]

_ Selon vous et en dehors de votre cas personnel, faut-il s'attendre à d'autres tentatives d'évasion?
_ C'est évident. Des évasions, il va y en avoir. Ça va exploser et il va y avoir des drames.
J'entends des discours qui ont de quoi faire peur…
Pas mal de mecs sont désespérés et sont prêts à passer à l'acte dans la violence.
Après dix ans de sarkozysme, les peines sont toujours plus lourdes. Et comme la sécurité dans les prisons devient extrême, le gars qui va s'évader va prendre tous les risques.
Je sais que moi, quoi qu'il arrive, je ne lâcherai pas mon arme, je ne les laisserai pas me ramener, en tout cas pas sans combattre…

_ L'évasion, il n'y a que ça qui vous aide à tenir. Pas vos enfants?
_ Mes enfants, je ne les vois pas assez pour qu'ils soient une sorte de phare qui m'éclairerait en pleine tempête. Mes amis, oui, mes amis d'enfance, c'est une sorte de carburant inépuisable.

_ Vous avez aussi dit à l'audience que vous alliez "briser ce qu'il y a de meilleur en vous". Qu'est-ce que ça veut dire?
_ Ce qui plaît encore à mes proches et si je suis toujours entouré, c'est parce que j'ai encore cette faculté en moi de ne pas être devenu haineux, amer, aigri, psychorigide. Mais il va falloir que je rabote le peu d'humanité qui me reste de façon à être performant et ressembler à ce qu'on dit de moi depuis très longtemps.
Alors oui, je vais prendre ce que j'ai de meilleur en moi, je vais l'éclater, l'imploser et là, je vais être performant.
Je le sais depuis longtemps. Si j'avais été plus méchant – pas obligatoirement tuer mais mettre tout de suite une rafale dans les jambes, ouvrir la tête à coups de crosse, montrer à ceux qui sont là qu'il y a un danger létal immédiat –, je sais que je serais déjà dehors.
[………………………………..……….]

_ Si vous aviez un message à l'intention de Christiane Taubira?
_ Ce que je voudrais lui dire, c'est qu'ils marchent sur la tête.
La première fois que j'ai eu un fusil d'assaut, c'était en prison.
La première fois que j'ai touché des explos, c'était en prison.
Si j'avais un message à lui dire, c'est de faire preuve du même courage qu'avec le mariage pour tous.
Le même courage pour dire qu'après un certain nombre d'années, si le cas n'est pas psychiatrique, il faut laisser les gens retrouver la liberté.
Ou alors il faut avoir le courage de ses opinions et rétablir la peine de mort, quelque chose d'abject, mais qui, au moins, a le mérite d'être clair.
Parce que substituer à la peine de mort ce qui s'apparente à une mort lente, c'est sadique, ça n'a aucun sens, c'est que de la vengeance, que de la haine !

Il faut aussi changer la formation des personnels.
Aujourd'hui, ce sont des gamins qui deviennent surveillants. Il faut les former et surtout virer tous ces vieux enfoirés qui transmettent leur haine et leur lassitude, qui pensent qu'ils travaillent à la SPA.
Attention, ils sont pas tous comme ça. Il y a toujours un gradé dans tous les quartiers d'isolement, professionnel, respectueux et d'ailleurs respecté de tous.
Mais il faut laver le système, le passer à la sableuse, décalaminer toutes ces mauvaises pensées…

_ La vie en quartier d'isolement, qu'est-ce que ça veut dire?
_ Ça veut dire une solitude extrême. Ça veut dire la crasse. La misère a une odeur.
Les cris en permanence. La souffrance. L'étroitesse des lieux. L'oppression…
Ça peut devenir très vite un vrai enfer pour ceux qui n'ont pas les capacités de transformer tout ça en carburant, de mettre la barre plus haut et de chercher à s'en extraire, au moins mentalement.
C'est très dur d'être confronté à ces personnes, de les entendre et ne pouvoir rien faire.
[………………………..] "




[*]
Une interview qui mérite d’être lue en entier, et qui révèle, aussi, que Christophe Khider
est loin d’être une brute imbécile, dépourvue de sentiments et d‘intelligence.
Dommage qu’il n’ait pas choisi le bon chemin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Justice et PRISONS-Peines exécutées,conditions de détention,   

Revenir en haut Aller en bas
 
Justice et PRISONS-Peines exécutées,conditions de détention,
Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Gendarmes Et Citoyens : le Forum PRINCIPAL-
Sauter vers: